PARTAGER

Dans les sports américains et plus particulièrement en NFL, les statistiques tiennent une place prépondérante à tel point qu’environ 99 % des joueurs possèdent aujourd’hui leur propre record dans une catégorie qui n’est probablement connue de personne. Du coup, Touchdown Actu vous propose une nouvelle rubrique basée sur l’analyse statistique, tout en remettant les chiffres dans leur contexte.

Au programme aujourd’hui, les performances des quarterbacks rookies en playoffs, avec un zoom sur Dak Prescott.

Que disent les chiffres ?

Ce soir, le quarterback rookie des Cowboys Dak Prescott va disputer son premier match de playoffs face aux Green Bay Packers. S’il a été exceptionnel durant la saison régulière, difficile de dire comment est-ce qu’il se débrouillera dans une rencontre à élimination directe. Par contre, ce que l’on sait, c’est que l’histoire ne joue pas en sa faveur.

Il n’y a qu’à jeter un œil au bilan victoires-défaites des quarterbacks rookies en playoffs pour s’en rendre compte (depuis la fusion entre l’AFL et la NFL, source CBS Sports) :

  • Connor Cook (Oakland Raiders) : 0-1 (2016)
  • Andrew Luck (Indianapolis Colts) : 0-1 (2012)
  • Robert Griffin III (Washington Redskins) : 0-1 (2012)
  • Russell Wilson (Seattle Seahawks) : 1-1 (2012)*
  • T.J. Yates (Houston Texans) : 1-1 (2011)*
  • Andy Dalton (Cincinnati Bengals) : 0-1 (2011)
  • Mark Sanchez (New York Jets) : 2-1 (2009)
  • Matt Ryan (Atlanta Falcons) : 0-1 (2008)
  • Joe Flacco (Baltimore Ravens) : 2-1 (2008)
  • Ben Roethlisberger (Pittsburgh Steelers) : 1-1 (2004)
  • Shaun King (Tampa Bay Buccaneers) : 1-1 (1999)
  • Todd Marinovich (Los Angeles Raiders) : 0-1 (1991)
  • Jim Everett (Los Angeles Rams) : 0-1 (1986)
  • Bernie Kosar (Cleveland Browns) : 0-1 (1985)
  • Dan Marino (Miami Dolphins) : 0-1 (1983)

*victoire face à un autre quarterback rookie

Avec huit victoires pour 15 défaites, on peut affirmer que les quarterbacks rookies connaissent des grosses difficultés à gagner en playoffs, ce qui est plutôt logique. Le bilan de ces derniers lors de leur premier match de postseason est un peu plus encourageant, puisqu’il est de six succès pour neuf revers selon ESPN Stats & Info.

Autre point à souligner, aucun lanceur de première année n’a réussi à mener son équipe au Super Bowl, et seuls Mark Sanchez, Joe Flacco, Ben Roethlisberger et Shaun King sont parvenus à atteindre les Finales de Conférence.

Dans le contexte

Manque d’expérience, pression, conditions de jeu parfois plus difficiles, défenses souvent plus fortes en face…Les paramètres qui expliquent pourquoi les quarterbacks rookies n’arrivent pas vraiment à faire gagner leurs équipes respectives au moment le plus important de la saison sont à la fois multiples et compréhensibles. Du coup, on peut légitimement douter des chances de Dallas d’aller au Super Bowl, voire même de battre les Packers ce soir. Cependant, on peut aussi croire en Dak Prescott et les Cowboys, et ce pour plusieurs raisons.

La première, c’est que le lanceur de « l’America’s Team » va évoluer à domicile pendant toute la durée des playoffs NFC, c’est-à-dire  dans un stade couvert dans lequel il se sent parfaitement à l’aise. Jouer chez soi plutôt que dans un environnement hostile est un avantage non négligeable, même si certains quarterbacks ne sont pas forcément affectés par le fait d’évoluer à l’extérieur. Dans le cas de Dak Prescott, les statistiques sont meilleures à l’AT&T Stadium (69,3 % à la passe, 16 touchdowns au total, 2 pertes de balle) que dans les autres stades (65,8 % à la passe, 13 touchdowns au total, 6 pertes de balle).

La seconde, c’est qu’il a le luxe de jouer derrière une ligne offensive exceptionnelle, qui non seulement le protège bien mais qui permet surtout au jeu de course d’être très performant. Durant toute la saison régulière, Dallas a pu contrôler le temps de possession et donc le rythme des matchs grâce à cette capacité à avancer au sol, qui est souvent la formule gagnante en playoffs. De plus, cela a également permis aux Cowboys de très bien limiter les attaques adverses, en les laissant sur la touche pendant de longues minutes.

Enfin, on ne peut pas dire que Dak Prescott et les Texans vont affronter une grosse escouade défensive ce dimanche. En effet, la ligne arrière de Green Bay est décimée et peu rassurante, bien qu’elle soit capable de réaliser des actions décisives. Au niveau du front seven, les Packers ont le potentiel pour mettre de la pression sur le quarterback et ralentir le jeu de course, mais on a vu en saison régulière que Dallas n’avait eu aucun mal à leur marcher dessus. Concernant Atlanta, adversaire des Cowboys si ces derniers atteignent la Finale de Conférence, la défense n’est pas vraiment un point fort. Jeune et inexpérimentée, elle est probablement la moins bonne parmi les six qui restent en playoffs, même si elle progresse et possède du talent.

Verdict

Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, Dak Prescott pourrait bien briller en playoffs et ainsi devenir le premier quarterback rookie de l’histoire à emmener son équipe au Super Bowl.

Les étoiles sont alignées, à lui de jouer désormais…

PARTAGER