PARTAGER

On dit souvent tout le temps que l’attaque fait gagner des matchs pendant que la défense fait gagner des titres. Si les Broncos, champions de l’an dernier, en étaient la preuve par l’image, cette année sera le contre-exemple parfait. Les quatre équipes encore en course pour remporter le Graal sont avant tout des attaques exceptionnelles. Si toutes ont forcément des arguments défensifs à faire valoir, elles sont avant tout dangereuses de l’autre côté du ballon. Résultat, on risque d’avoir des match spectaculaire avec beaucoup de points.

Entre un Falcons – Packers qui s’annoncent explosif en début de soirée, enchaîné par un Patriots – Steelers peu après minuit, ce dimanche propose deux affiches alléchantes. D’ailleurs, cet affrontement entre Tom Brady et Ben Roethlisberger assure une place au Super Bowl à l’un des deux quarterbacks. Ce sera donc la 14e fois sur les 16 dernières années que soit Tom Brady, soit Ben Roethlisberger, soit Peyton Manning se retrouvent au Super Bowl (seuls le Buccaneers – Raiders de 2002 et le 49ers-Ravens de 2012 échappent à la règle).

Coup d’envoi dimanche à 21h05
Atlanta Falcons (2) – Green Bay Packers (4)

Cette année, ce sera le deuxième duel entre ces deux équipes puisqu’elles se sont déjà affrontées en semaine 8. Mais si vous comptez sur ce match pour vous donner une idée du vainqueur ce dimanche, c’est peine perdu. D’abord parce que le score était tellement sérré (32-33 pour les Falcons) que la rencontre aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre ce soir-là.Mais surtout parce que ces deux équipes n’ont plus grand chose en communs avec les effectifs qui se présenteront au Georgia Dome ce week-end. Côté Packers par exemple, les deux receveurs principaux (Jordy Nelson et Davante Adams) seront probablement absents.

À l’inverse, les trois cibles qui les remplaceront (Randall Cobb, Jared Cook et Geronimo Allison) étaient eux absent lors de cette rencontre de septembre. À Atlanta, il manquera forcément Desmond Trufant en défense. Pour toutes ces raisons, il y a de fortes chances que Dan Quinn décide d’opter pour une défense de un contre un plutôt que l’habituelle zone utilisée. Les linebackers et/ou defensive end qui auront ainsi la respinsabilité de contenir Aaron Rodgers auront une lourde tâche car de là vient probablement le salut d’Atlanta de ce côté du ballon

En face, l’équation semble presque insoluble. Les lignes arrières de Green Bay sont décimées. Sauf qu’elles affrontent ce week-end, l’un des meilleurs receveurs de la NFL : Julio Jones. Comme contre New-York et Dallas, c’est probablemét Ladarius Gunter qui devra se charger du cas Jones. Si face à Odell Beckham cela avait plutôt bien fonctionné, c’était plus dur face à Dez Bryant. Gunter aura donc probablement l’aide d’un safety dans sa tâche et c’est là que les Packers vont s’exposer. Face à une attaque aussi complète que celle des Falcons, mettre deux joueurs sur un receveur est quasiment du suicide. Mais laisser Gunter seul face à Jones n’est pas beaucoup mieux. C’est Matt Ryan qui risque de s’amuser.

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi à 0h40
New England Patriots (1) – Pittsburgh Steelers (3)

Une fois de plus, le match entre ces deux équipes en saison régulière (semaine 7, victoire 27-16 des Patriots) ne veut pas dire grand chose. Ben Roethlisberger n’était pas présent et Landry Jones menait l’attaque des Steelers. Et même si on remonte à leur affrontement précédent (semaine 1 lors de la saison 2015, victoire des Patriots 28-21), c’est cette fois Le’Veon Bell qui manquait à l’appel. Les deux formations ne se sont donc pas affrontées au maximum de leur capacité depuis bien longtemps. Ce qui rend cette confrontation plutôt indécise.

Pittsburgh est-il capable de tenir le rythme des Patriots ? La défense des Patriots peut-elle contenir un Le’Veon Bell a qui tout réussi en ce moment ? L’attaque de New England peut-elle être freinée ? Autant de question qui resteront en suspend jusqu’à dimanche soir. En saison régulière, c’est Rob Gronkowski qui avait fait mal à la défense jaune et noir. Mais ce week-end le tight end ne sera pas là et Tom Brady va devoir s’adapter. Il l’a bien fait depuis que sa cible préférée est absente, en utilisant plus ses receveurs en profondeur et moins sur des tracés courts qu’avant. Mais contre Houston, tout n’a pas réussi aux champions 2014. Au contraire, la défense des Texans a su embêter (pendant un temps) l’attaque de Bill Belichick.

Comment ? En proposant beaucoup de différents alignements et en n’hésitant pas à positionner ses meilleurs joueurs (Jadeveon Clowney ou Withney Mercilus) à plusieurs endroits de la ligne, même lors de « first » ou « second downs ». Reste à voir si les Steelers utiliseront la même tactique, en bougeant Ryan Shazier, par exemple, un peu partout pour désorienter le quarterback star. Mais c’est peut-être de l’autre côté du ballon que se jouera ce match. La défense de New England est celle qui encaisse le moins de points en NFL, alors que la semaine dernière, les Steelers ont eu beaucoup de mal à convertir leur drive en touchdowns. L’une des clés sera donc pour eux d’être efficaces dans la red zone et ainsi suivre le rythme probablement élevé des Patriots.

Les affiches

Coup d’envoi dimanche à 21h05
Atlanta Falcons (2) – Green Bay Packers (4)
Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi à 0h40
New England Patriots – Pittsburgh Steelers (3)

Parier en ligne sur la NFL avec :
PARTAGER