PARTAGER

Jusqu’à la Draft, Touchdown Actu vous propose chaque jour les meilleures vidéos des meilleurs joueurs qui seront sélectionnés les 27, 28 et 29 avril prochains à Philadelphie.

Caleb Brantley – Defensive tackle – 22 ans – Junior – Florida

Taille : 1m88
Poids : 135 kilos
Position estimée dans la draft : 2e-3e tour

Stats 2016 : 11 matches, 31 plaquages, dont 9,5 pour perte, 2,5 sacks, un fumble forcé

Être lineman défensif des Florida Gators est devenu une petite référence ces dernières années : demandez plutôt à Dante Fowler ou Dominique Easley, sélectionnés au premier tour de la draft au cours de la dernière décennie. Le defensive tackle Caleb Brantley semble être leur prochain héritier.

Utilisé dans la rotation de la défense floridienne en 2016, Brantley s’est appuyé sur sa puissance physique, un premier pas foudroyant et une rapidité d’exécution pour s’affirmer comme un des meilleurs run stoppers du pays.

En plus de ces qualités, le natif de Crescent City a une technique plus que correcte. Relativement fluide dans ses déplacements, il est propre sur le premier contact et use d’une bonne panoplie de moves pour éviter son vis-à-vis. De quoi le rendre aussi précieux contre la course, mais aussi sur le pass rush, le défenseur ayant généré pas mal de pression dans sa carrière universitaire. La conclusion des actions n’est pas non plus à jeter, Brantley étant un as du plaquage.

Pour devenir une menace constante au plus haut niveau, le numéro 57 devra avant tout se discipliner. Car à vouloir avoir une longueur d’avance sur son opposant, Brantley démarre souvent trop tôt au snap et a souvent concédé des pénalités évitables. Cette problématique s’explique aussi par son profil assez unidimensionnel. Malgré son explosivité, l’intéressé doit composer avec un certain déficit de vitesse et de puissance qui peut l’handicaper pour jouer plus à l’intérieur, notamment comme un nose tackle. C’est donc une place entre le guard et le tackle qui l’attend, tel un D-Tackle classique de 4-3.

En définitive, Brantley n’est pas l’objet de tous les fantasmes de la part des scouts, mais il saura remplir le rôle précis qu’on lui donnera. Dans une défense 4-3 agressive, et en besoin de run stopper pur et dur, le Floridien pourra clairement s’épanouir et être oppressant à défaut d’être glamour.

Comparaison NFL : Jonathan Babineaux

Points forts
– Premier pas et premier contact
– Bonne panoplie de moves
– Habile sur la pénétration

Points faibles
– Anticipe trop
– Limité dans son utilisation

PARTAGER