Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

NCAA

Le journal de la NCAA – Semaine 9

La chronique NCAA est de retour sur Touchdown Actu. Cette année, elle est rédigée par nos camarades de ncaa.debats-sports.com.

Les résumés de la semaine

LSU (24) – Ole Miss (3) : 10-7

Terrence Magee et LSU ont réussi un gros coup.

Terrence Magee et LSU ont réussi un gros coup.

LSU revient dans la discussion nationale en accomplissant quelque chose de grand. Ole Miss n’aura pas survécu à un Tiger Stadium en ébullition et tombe dans les dernières minutes face à une valeureuse équipe de LSU, 10-7 en faveur des locaux ! Le jeu de course des Tigers, une force toute la soirée, remonte le terrain dans l’ultime période et permet à Anthony Jennings de lancer le touchdown de la victoire vers Logan Stokes !

Les premières minutes donnent le ton sans aucune transition : on aura droit à un véritable combat à l’ancienne entre programmes de la SEC. Les deux jeux au sol voient un nombre impressionnant de portées, les deux défenses sont rugueuses au possible et ne laissent rien passer. LSU se met en évidence en premier, porté par le running back freshman Leonard Fournette. Le kicker Colby Delahoussaye ne peut finir le travail et manque un field goal de 28 yards. Les Tigers tentent à nouveau leur chance sur la série suivante. Leonard Fournette porte sur son dos l’attaque mais commet l’irréparable à deux petits yards de l’en-but avec un fumble recouvert par Ole Miss. Les Rebels ne se font pas prier et infligent une punition à leur adversaire pour n’avoir converti aucune de leur entrée dans la ‘red-zone’. Bo Wallace se chauffe et remonte 80 yards, avant de lancer un touchdown vers Cody Core pour ouvrir le score. La défense d’Ole Miss assoit sa supériorité et le safety Cody Prewitt provoque un second fumble quelques minutes plus tard. Les visiteurs semblent tenir l’avantage mais l’attaque ne peut convertir. LSU orchestre par la suite un drive de neuf longues minutes et 90 yards mais ne récolte qu’un field goal pour cela. Les défenses ne sont pas venues pour rigoler et mettent énormément de pression sur l’opposition. 7-3 Ole Miss à la mi-temps.

Le troisième quart-temps démarre et les défenses se resserrent d’autant plus. Les chocs brutaux, les couvertures serrées et les plaquages pour perte se font de plus en plus présents. Ole Miss et LSU enchaine pas moins de SIX ‘3-and-out’, entrecoupé de deux vilaines interceptions lancées par le quarterback des Tigers, Anthony Jennings. Malgré cela, le score ne bouge pas. Les deux programmes de la SEC West délivrent des performances défensives exceptionnelles, n’offrant qu’une poignée de yards offensifs. Mais la face de la rencontre change à 11 minutes du coup de sifflet final. LSU trouve la solution pour faire fonctionner son jeu au sol et enchaine la bagatelle de DOUZE courses afin de remonter 92 yards ! Anthony Jennings surprend tout le monde en trouvant à la passe son receveur Logan Stokes au sein de l’en-but !

Les Tigers font sensation prennent la tête de cette rencontre à l’intensité incroyable à 5 minutes du terme ! Bo Wallace et les siens ne parviennent pas à recoller au score sur la série suivante et l’on croit que le sort des Rebels est bel et bien scellé. ‘Not so fast’, comme dirait notre ami Lee Corso. La défense d’Ole Miss offre à son attaque une dernière chance de renverser la vapeur. 1:19 sur le tableau des scores. Bo Wallace éprouve des difficultés à trouver une faille dans la défense adverse et doit s’en remettre à une ‘pass interference’ extrêmement couteuse du cornerback des Tigers, Jalen Mills. Ce dernier offre pas moins de 40 yards aux visiteurs ainsi que la possibilité de pouvoir botter un field goal pour égaliser ! Ole Miss possède la rédemption entre ses doigts… mais Coach Hugh Freeze gère très mal la fin de partie et Bo Wallace lance une interception consacrant l’exploit de LSU ! UPSET ! Score final : 10-7 en faveur des Tigers.

Quel match. De la bonne vieille confrontation 100% SEC comme on n’en avait pas vu depuis longtemps. L’intensité était à son paroxysme, la tension était vivante de bout en bout de la rencontre, le spectacle est passé par les performances défensives et le coaching. Les hommes de Les Miles font tomber de leur piédestal l’équipe classé #3 du pays au sein de l’AP Poll. La course au titre de la SEC West est une nouvelle fois relancée !

Mississippi State (1) – Kentucky : 45-31

Premier match de l’histoire de Mississippi State en tant que #1 du top-25 de l’AP Poll, avec un déplacement à Kentucky, l’une des bonnes surprises (encore) cette saison, avec notamment une victoire face à South Carolina. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Bulldogs ont eu chaud, très chaud même, mais au final, remporte ce match grâce notamment au retour de coup de pied de 61 yards de la part de Christian Holmes en fin de match.

Mississippi State peut remercier son running back Josh Robinson, qui a été sur tous les fronts de l’attaque hier. C’est lui qui inscrit les premiers points du match après une course de douze yards dans la end-zone (7-0). Notons le fumble recouvert de Dak Prescott dans la redzone, qui a permis à ce drive de continuer. La clé de ce match pour les Wildcats étaient la capacité à sortir des gros jeux et ce fut le cas dès le premier quart-temps, avec une réception de Demarco Robinson de 67 yards qui met les deux équipes à égalité (7-7).

L’attaque des Bulldogs est quelque peu en panne d’inspiration en cette fin de première période, Prescott s’en sort parfois à merveille avec un exploit individuel, parfois se retrouve dans des situations délicates. En atteste les deux sacks lors du second quart, la défense de Kentucky prend le dessus et limite au maximum l’attaque des Bulldogs. Cependant, offensivement du côté des locaux, cela pêche encore un peu, Patrick Towles étant plus à l’aise lorsqu’il faut improviser une course plutôt que de faire une passe qui amène six points de plus… On ne parlera pas du kicker freshman des visiteurs, qui pour son premier coup de pied de la saison, envoie le ballon dans les tribunes gauche, manquant ainsi trois points qui auraient fait du bien. Le score à la mi-temps est de 17 à 10 et c’est loin d’être terminer.

Le troisième quart-temps voit les deux quarter back inscrire un touchdown à la course (24-17). Le mano-a-mano va durer encore longtemps entre ces deux équipes, qui se rendent coup pour coup, touchdown après touchdown. Josh Robinson en début de dernier quart pense mettre définitivement à l’abri son équipe après une folle course qui ajoute six points de plus (38-24) mais c’était sans compter, encore une fois, sur Patrick Towles qui répond à la course (38-31). Sur le coup de pied qui suit, Christian Holmes récupère le cuir, brise quelques placages et s’en va tout seul dans la end-zone adverse, touchdown ! Ce retour de kick met un terme aux espoirs d’upset de Kentucky, à deux minutes de la fin. Victoire finale de Mississippi State sur le score de 45 à 31.
Josh Robinson termine le match avec 198 yards en 23 portées pour 2 touchdown, soit ce meilleur total en carrière. Dak Prescott a eu un peu de mal sur le jeu aérien (18/33, 216 yards, 1 touchdown et 1 interception) mais a été efficace sur le jeu au sol (18 portées pour 88 yards et 2 touchdown).

Michigan State (8) – Michigan : 35-11

Ca ne veut pas pour Michigan.

Ca ne veut pas pour Michigan.

Les Spartans n’auront laissé aucun espoir à leur adversaire. Michigan State défait avec une insolence totale son ennemi héréditaire Michigan sur le score de 35 à 11. Le niveau de jeu des Wolverines ne semble pas progresser, l’attaque reste aphone et ne peut rien développer. Devin Gardner a vécu une nouvelle journée cauchemar (15/30, 125 yards, 2 INTs, fumble). Journée relativement tranquille pour Michigan State, tout s’est déroulé selon la feuille de route.

Le premier ‘drive’ de la rencontre se termine. On sait déjà que Michigan State quittera le terrain avec la victoire en poche. Le quarterback Connor Cook distille deux passes longue distance (24 puis 28 yards) et récidive au sol avec une course de 13 yards, exacerbant la frustration générale de Michigan en provoquant une pénalité pour comportement anti-sportif. Le running back Jeremy Langford conclut ce drive avec un touchdown. Devin Gardner, quarterback des Wolverines, commet un nouveau turnover en relâchant le ballon sur la série suivante. La défense verte et blanche récupère la possession mais les Spartans ne peuvent ajouter de points à cause du vent prononcé en ce samedi après-midi ; la balle est déviée de sa trajectoire sur un field goal de 36 yards. Le reste de la mi-temps se résume principalement à un affrontement de défenses solides et d’attaques à la peine. Le terme d’attaque à la peine pour qualifier Michigan est extrêmement généreux. Si l’on compte les sacks encaissés, l’escouade offensive de ‘Big Blue’ compile la somme astronomique de TRENTE-SEPT yards au total, 42 à la passe et -5 à la course. La défense des Wolverines peut éventuellement se réjouir de son premier fumble recouvert de la saison (4e turnover récupéré de la saison), amenant quelques secondes plus tard à un field goal réussi par Matt Wile. Michigan State répond immédiatement avec le second touchdown au sol de la rencontre, toujours l’oeuvre de Jeremy Langford. 14-3 en faveur des locaux à la pause.

Le second acte débute exactement de la même manière que le précédent, c’est-à-dire des performances offensives faibles en opposition à des défenses jouant comme elles le devraient. Devin Gardner se met à nouveau en lumière, malheureusement pour de mauvaises raisons. Une passe du quarterback est touchée au niveau de la ligne de scrimmage, puis interceptée par le cornerback R.J. Williamson et retournée pour un touchdown vert et blanc ! Le clou est planté, le coup de marteau arrive deux minutes plus tard avec un touchdown de 70 yards pour l’attaque. Connor Cook lance une très belle passe en ‘back-shoulder’ et le receveur Tony Lippett se joue parfaitement du cornerback de Michigan pour filer dans l’en-but sans même être touché. Les Wolverines tentent de sauver leur rencontre au début du dernier quart-temps. L’attaque bleue et jaune se rapprochait de l’en-but adverse… jusqu’à ce que Devin Gardner décide de lancer une nouvelle interception. Sans qu’il y ait une pression terrible, le quarterback panique et lance une ‘shovel pass’ pour personne, si ce n’est le linebacker adverse Taiwan Jones. Michigan arrive tout de même à sauver son honneur en toute fin de match avec un touchdown anecdotique à mettre au crédit du running back De’veon Smith. Les Spartans ajoutent un dernier touchdown dans les dernières secondes afin d’humilier un peu plus les Wolverines. Score final : 35-11 en faveur de Michigan State.

Le trio Connor Cook – Jeremy Langford – Tony Lippett a dominé à lui-seul l’équipe de Michigan. ‘Big Blue’ est plus que jamais en crise et le head coach Brady Hoke sera sans doute le premier fusible. La stat’ qui tue ? Avant le dernier quart-temps, les Wolverines n’avaient pas inscrit de touchdowns face aux Spartans depuis 2011, soit la bagatelle de ONZE quart-temps.

Kansas State (11) – Texas : 23-0

Après son exploit à Oklahoma la semaine dernière, Kansas State (11) a confirmé sa bonne forme devant son public à Manhattan, KS. Les Wildcats se sont imposés 23-0, infligeant à Texas son premier shutout depuis 10 ans. Sans être brillants, ils restent invaincu dans la Big XII.
La prestation l’équipe de Bill Snyder a d’abord été laborieuse. Kansas State a voulu protéger Jake Walters en délicatesse avec son épaule depuis la semaine dernière. La sélection des actions s’appuie fortement sur la course. La paire de running backs Charles Jones-Demarcus Robinson fait avancer l’équipe. Les locaux valident leur domination par deux field goals de Matthew McCrane (19 et 32 yards). De son côté Texas peine à briller en attaque. Tyronne Swoopes (13/25, 106 yards) ne trouve pas son rythme et effectue une saison décevante. La ligne offensive des Longhorns est décimée par les blessures et les suspensions. Charlie Strong a toutes les difficultés du monde pour mettre son quarter back dans de bonnes conditions pour scorer. Il peut tout de même se reposer sur sa défense pour limiter les dégâts et ralentir les progressions de l’escouade offensive de Kansas State

Le match s’anime enfin en fin de deuxième quart-temps. Jake Walters conduit un drive depuis sa ligne des 8 yards jusque dans la end zone adverse. C’est la première série dans laquelle il peut réellement s’exprimer. Il trouve ses receveurs Curry Sexton et Ryan Lockett (8 réceptions, 103 yards) pour de gros gains. Demarcus Robinson conclu avec un TD à la course de 3 yards. Kansas State vire en tête 13-0 à la mi-temps et maîtrise son sujet.Le deuxième acte n’est qu’un remake du premier. Texas démarre de la plus mauvaise des manières avec un le fumble du freshman D’Onta Foreman, recouvert parle defensive tackle Valentino Coleman. En plus des difficultés à la passe, des incompréhensions entre les joueurs plombent toute les chances de retour des Longhorns. Le manque criant d’inspiration de l’attaque texane ne met pas en danger Kansas State. Ce derniers ajoutent un nouveau field goal de Matthew McCrane (38 yards) et un touchdown à la course de Charles Jones pour fixer le score final à 23-0. Jake Walters ne force pas son talent et protège son épaule. Il termine la soirée avec un 19/30 à la passe pour 224 yards. Il laisse même sa place au quarter back remplaçant Joe Hubener pour le dernier drive de la soirée.

Cette victoire propulse Kansas State en tête de la conférence Big XII avec 4 victoires et aucune défaite. Mais le plus dur se profile pour les Wildcats qui doit encore se déplacer à TCU, West Virginia et Baylor. Le titre de champion est loin d’être acquis pour Bill Snyder et ses joueurs.

Ohio State (13) – Penn State : 31-24

Premier véritable test pour Ohio State à l’extérieur, face à une équipe de Penn State qui n’est pas au mieux en cette saison.
Ce sont les Buckeyes qui prennent les devants dès le début de match, avec notamment une course d’Ezekiel Eliott (0-7). Le reste de la première période est terne, Penn State a du mal en attaque, Christian Hackenberg n’est pas en rythme et cela se traduit par zéro point au tableau d’affichage en première période. Pendant ce temps-là, J.T Barrett trouve Huerman pour un touchdown, qui donne 17 points d’avance !

Au retour des vestiaires, les Nittanny Lions reviennent avec de meilleures intentions même si cela reste brouillon, à l’image du match en général. Barrett se fait intercepter par Zettel, qui se transforme en pick 6, qui permet à PSU de marquer leurs premiers points du match (7-17). Cette action a réveillé l’équipe, qui revient au score grâce à Hackenberg (14-17) et Ficken marque un field goal (17-17) alors qu’il restait moins de dix secondes à jouer ! Overtime, qui l’eut cru en première période… On sent bien que le match peut échapper à Ohio State, reste à savoir si Barrett va élever son niveau de jeu pour faire gagner son équipe.

Penn State ouvre cette prolongation, Bill Belton sur une formation wildcat, prend le cuir et va inscrire un touchdown après une course de 10 yards (24-17) ! Oui, cela fait un 24-0, série en cours pour les locaux ! J.T Barrett prend ses responsabilités avec deux courses et répond immédiatement à Belton (24-24). Deuxième prolongation ! OSU commence en premier, Barrett sur une play action se rapproche de la end-zone adverse et sur un 3rd&2, il nous sort un QB Sneak qui lui permet d’avoir un 1st down… Mais il fait le dernier effort et inscrit le touchdown (31-24). L’attaque de Penn State n’avance plus et sur un 4th&6, il se fait sacker par la défense des Buckeyes, qui remportent finalement ce match sur le fil, 31 à 24.

Les résultats en bref

Alabama (4) 34-20 Tennessee
Auburn (5) 42-35 South Carolina
Oregon (6) 59-41 California
TCU (10) 82-27 Texas Tech
Arizona State (14) 24-10 Washington
Arizona (15) 59-37 Washington State
Nebraska (16) 42-24 Rutgers
East Carolina (18) 31-21 UConn
USC (20) 21-24 Utah (19)
Clemson (21) 16-6 Syracuse
West Virginia (22) 34-10 Oklahoma State
Marshall (23) 35-16 DIU
UCLA (25) 40-37 Colorado
Maryland 7-52 Wisconsin
Oregon State 14-38 Stanford

Les chiffres de la semaine

Zéro pointé pour Texas.

Zéro pointé pour Texas.

0 : le nombre de points marqués par Texas dans la déroute face à Kansas State. Les Longhorns enregistrent leur premier ‘shutout’ depuis 2004 (défaite face à Oklahoma).

1 : Illinois ouvre son compteur de victoires Big Ten cette année grâce à son succès 28-24 face à Minnesota. Ce résultat signifie également la première défaite de la saison pour les Gophers au sein de cette même conférence.

5 : le nombre de fumbles commis en un seul quart-temps par Pittsburgh. Les Panthers rejoignent East Carolina (1980) et San Diego State (1982) à égalité pour le record FBS de cette catégorie. Ces cinq fumbles ont conclu leurs cinq premières séries, en l’espace de 13 jeux au total, et offre la victoire sur un plateau à Georgia Tech (56-28).

11 : le nombre de quart-temps entre les deux derniers touchdowns de Michigan face à Michigan State. Avant ce samedi soir, la dernière intrusion des Wolverines dans l’en-but adverse remontait à 2011.

40 : Rakeem Cato, quarterback de Marshall, prolonge le record FBS qu’il détient en lançant au moins un touchdown pour son 40e match consécutif. Le Thundering Herd est toujours invaincu en 2014 avec un succès 28-16 face à Florida Atlantic ce week-end.

79 : le quarterback senior de Washington State, Connor Halliday, a effectué 79 passes lors du match face à Arizona, dont 56 passes complétées (record de la saison). Cela ne suffit pas pour les Cougars, qui se font corriger par les Wildcats sur le score de 59-37.

82 : le nombre de points inscrits en un match par TCU à la défense de Texas Tech. Ce total devient un record de l’université, comme le nombre de touchdowns à la passe en un match (7), marque à mettre au crédit du quarterback Trevone Boykin. Fun fact : l’équipe de basketball des Horned Frogs n’a dépassé la barre des 82 points à seulement une reprise en 2013 (98 face à Grambling State).

92 : la distance du touchdown à la course du running back d’UCLA, Paul Perkins. Il échoue à seulement 1 yard du record de l’université, détenu par Chuck Cheshire face à Montana en 1934. Ses 180 yards et 2 TDs aident les Bruins à se défaire difficilement de Colorado (40-37) au bout de deux prolongations.

117 : le nombre de points inscrits, en combiné, entre Western Kentucky et Old Dominion ! Ce sont ces derniers qui s’imposent sur le score de 66 à 51, pour la première rencontre entre ces deux équipes dans l’histoire.

185 : le nombre de yards accumulés en un seul quart-temps par le receveur d’Alabama, Amari Cooper. Aucun autre receveur de la SEC de ces dix dernières années n’avait réalisé cet exploit. Il attrape finalement pour 224 yards face à Tennessee et devient de ce fait le nouveau détenteur du record de yards à la réception en un match d’Alabama, trois yards devant Julio Jones (221).

198 : Josh Robinson, running back de Mississippi State, bat son record en carrière avec 198 yards au sol face à Kentucky. Il a été l’élément clé de la victoire 45-31 des Bulldogs au sein d’un match des plus disputés.

201 : le running back phare de Georgia Southern, Matt Breida, établit un nouveau record personnel en carrière face à Georgia State avec 201 yards au sol, accompagnés de quatre touchdowns. Les Eagles infligent une correction aux rivaux de Georgia State, en cumulant la bagatelle de 613 yards au sol (seconde équipe cette année à franchir la barre des 600 yards au sol après Wisconsin face à Bowling Green).

211 : le nombre de yards après contact de Mississippi State face à Kentucky, ce qui constitue le troisième meilleur chiffre d’une équipe de la SEC lors de ses trois dernières saisons.

212 : le record en carrière en réception du wide receiver de Western Michigan Corey Davis, le tout en neuf réceptions !

251 : le nombre de yards à la course empilés par le quarterback de la Navy, Keenan Reynolds. Cette marque est la plus élevée de la saison pour un quarterback FBS.

341 : le nombre de yards cumulés toutes phases de jeu confondues par Ameer Abdullah face à Rutgers. Le running back établit un record de l’université de Nebraska avec cette performance. Il se positionne aussi en seconde position dans l’histoire de la Big Ten en terme de yards cumulés en carrière toutes phases de jeu confondues (6604 yards), seulement derrière Ron Dayne (7429 yards).

480.4 : le QB rating de Sebastian Trelola après la victoire d’Arkansas sur Alabama-Birmingham. Fun fact : Sebastian Trelola est un offensive tackle de 160 kilos et a LANCÉ un touchdown pour les Razorbacks.

Les highlights

Le programme de la semaine prochaine

Florida State (2) vs Louisville (jeudi)
Mississippi State (1) vs Arkansas
Auburn (5) vs Ole Miss (3)
Oregon (6) vs Stanford
Notre Dame (7) vs Navy
Georgia (9) vs Florida
TCU (10) vs West Virginia (22)
Utah (19) vs Arizona State (14)
Arizona (15) vs UCLA (25)
Texas vs Texas Tech

Pour toute l’actu de la NCAA, rendez-vous sur NCAA.debats-sports.com

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Parier en ligne avec :
16-Déc à 23:30DET1.33pariez2.6CHI
17-Déc à 3:30KC1.8pariez1.7
17-Déc à 20:00BUF1.45pariez2.2MIA
17-Déc à 20:00CAR1.55pariez2GB
Soirées NFL
au Hard Rock Café

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une