Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Les trophées de la rédaction : MVP

une_jj_watt_300115

Le 31 janvier, la NFL va remettre ses trophées individuels de fin de saison. En attendant, pendant toute la semaine, la rédaction de Touchdown Actu vous livre ces choix.

Aujourd’hui, le titre de MVP.

Alain Mattei – News, podcast
J.J. Watt (Houston Texans)
Le choix est difficile, et si aucun poste n’est plus important et décisif que celui de quarterback, je vais quand même exceptionnellement pencher pour J.J. Watt. Sa capacité à être décisif depuis une position défensive le rend si exceptionnel, qu’il serait injuste de ne pas le récompenser.

Raphael Masmejean – News, podcast
J.J Watt (Houston Texans) et Aaron Rodgers (Green Bay Packers)
Oui j’appelle au co-MVP cette année ! Pour sa saison J.J Watt mérite amplement ces honneurs. Des pressions sur le quarterback en pagaille, des passes déviées, des plaquages pour pertes, des fumbles, des points sauvés et marqués et un impact monstre. De l’autre côté Rodgers le mérite tout autant pour une saison maîtrisé de main de maître où il a encore prouvé qu’il était le meilleur quarterback de la ligue. Un duo qui aurait bien plus fière allure que le Manning-McNair de 2003…

Raoul Villeroy – News, podcast
J.J. Watt (Houston Texans)
Ce n’est pas une surprise pour vous, je l’avais dit dans ma chronique réservée à Watt. Pas besoin de vous redonner les statistiques, tous mes collègues vous les donneront dans leur trophées. Pourquoi Watt ? Parce le terme de MVP récompense le joueur qui tire son équipe vers le haut de la manière la plus signifiante. Et si Aaron Rodgers mérite tout notre respect, il est bien mieux entouré que l’ami Watt chez les Texans. Tout ce qu’il a fait cette saison est tellement hallucinant que ne pas récompenser cette performance serait une insulte au football. #JJWattMVP

Benoit Jamet – Chronique portraits
JJ Watt (Houston Texans)
Une saison incroyable du Texan avec des totaux impressionnants dans chaque catégorie qui s’approchent, ou sont, à chaque fois le score du leader de la dite-catégorie, que ce soit au niveau des sacks, des passes défendues, des plaquages avec pertes de yards… D’accord, les Texans n’ont pas réussi à se qualifier en playoffs mais, sans JJ, ils n’auraient deja plus été dans la course dès la semaine 3 (j’exagère à peine…). Le Defensive End des Texans a même marqué cette saison trois fois plus de touchddowns en attaque que toute l’escouade de receveur des Chiefs!

Mehdi Jullien – News
J.J. Watt (Houston Texans)
Il a été déterminant dans la saison des Texans. Il a fait gagné et avancé son équipe alors que ce n’est « que » un defensive end. Il a été monstrueux statistiquement (20.5 sacks en 16 matchs, 1 interception de 80 yards retournée en touchdown, 4 fumbles forcés et 1 kick bloqué). Mais ce n’est pas tout, il a également été décisif en attaque où il a parfois joué tight end. Il a réceptionné 3 passes pour 3 touchdowns dans les end zones adverses. Seul bémol, son équipe très moyenne, notamment offensivement, qui n’a pas pu attendre les playoffs.

Nicolas Meichel – News, chronique rookies
Aaron Rodgers (Green Bay Packers)
Match après match, Aaron Rodgers était synonyme d’excellence cette année. Avec 38 touchdowns pour seulement 5 interceptions, le quarterback des Packers a une nouvelle fois guidé les siens tout au long de la saison. Déjà nommé MVP en 2011, Rodgers mérite de remporter cette distinction une seconde fois, afin de récompenser sa régularité au plus haut-niveau et son importance au sein de son équipe.

Romain Therasse – Graphiste
J.J. Watt (Houston Texans)
Il fait parti des rares joueurs de la ligue, hormis certains quarterbacks, à avoir une réelle influence sur le match, par son impact, son jeu, son « agressivité ». Malheureusement, je pense que le titre ira à un quarterback (je miserais pour Aaron Rodgers) mais mais s’il y a bien un « non-quarterback » qui mérite ce titre c’est bien Watt !

Axel Perrichet – News, chronique histoire
J.J. Watt (Houston Texans)
Il sack tout ce qui bouge, détourne les passes à tout va, inscrit des pick-6, force des fumbles, se prend pour un tight end avec un certain succès même s’il ne pige rien dans le huddle, déconne avec les gamins quand il s’échauffe. Bref, il est insupportablement parfait. Le meilleur défenseur et le joueur le plus dominant de la ligue à son poste. Le meilleur joueur tout court même.

Nelson Caignard – News, previews
Aaron Rodgers (Green Bay Packers) – J.J. Watt (Houston Texans)
Impossible pour moi de départager les deux stars de la saison. J’aimerai mettre Watt tout seul mais le fait que les Texans n’aillent pas en playoffs me refroidi. Rodgers pourrait être seul mais il m’est également impossible d’éliminer Watt de la course. Bref, un vrai dilemme car ces deux gars le méritent clairement. Pas la peine de plus s’étendre, leurs stats parlent pour eux.

Paul Harrer – News
Aaron Rodgers (Green Bay Packers)
Difficile de choisir entre J.J. Watt et lui, mais Aaron Rodgers a banalisé l’exceptionnel depuis quelques années maintenant. Une fois encore en 2014, il a été injouable. il fait la pluie et le beau temps à Green Bay et même diminué, il a réussi à emmener une nouvelle fois la franchise du Wisconsin en playoffs. Parce qu’une performance individuelle ne doit pas primer sur l’intérêt collectif, et quand Rodgers performe, c’est Green Bay qui gagne.

Clément Orione – Chronique Tableau Noir
J.J. Watt (Houston Texans)
MVP signifie pour moi le joueur qui apporte le plus à son équipe. Et si l’on suit cette considération, qui d’autre que J.J. Watt pour ce titre ? Le joueur des Texans a martyrisé les lignes offensives toute la saison, même en étant pris en double-team. On annonçait une ligne défensive incroyable avec Jadeveon Clowney, mais J.J. Watt n’en a même pas eu besoin … Et les touchdowns offensifs on en parle ?

Pierre Chambaud – Chroniqueur
Aaron Rodgers (Green Bay Packers)
Je sais, je sais, ne pas le donner à J.J Watt cette saison, c’est quasiment s’interdire de le donner à un défenseur. Mais deux choses, tout de même: Houston n’était pas en playoffs, et ça compte, et Aaron Rodgers fait une saison démentielle. 133 de rating en moyenne, à domicile. Le Lambeau est construit sur un cimetière indien, c’est impossible autrement…

Kevin Zermatten – Rédacteur
Aaron Rodgers (Green Bay Packers)
De tous les joueurs que la NFL compte, Aaron Rodgers est certainement celui qui fait le plus de différence quand il est présent ou absent. La saison passée, lors de son absence, Jordy Nelson avait été quasi-invisible. Cette saison, avec Rodgers aux commandes, il est l’un des meilleurs receveurs de la ligue. De plus, comme depuis ses premiers pas en tant que titulaire, son jeu n’a pas vraiment de faiblesse et c’est ce qui le rend si dangereux. Capable de passer en mouvement tout aussi bien que dans sa poche, de gagner des yards avec ses jambes ou de se sortir de situations plus qu’inconfortables quand sa poche se troue, il est l’arme ultime pour une équipe de football.

Kévin Renaudet – News, chronique MVP
J.J. Watt (Houston Texans)
J.J. Watt me semble un train devant les autres, hormis Aaron Rodgers. Et même si il n’a pas été en playoff, il a été en mesure de garder en course jusqu’aux dernières minutes une équipe des Texans qui n’en semblait pas forcément capable. Il a brillé dans un nombre incalculable de catégories statistiques et cette saison est la sienne. Et elle doit le rester avec ce titre.

Thomas Silva – Rédacteur
Aaron Rodgers (Green Bay Packers)
Aaron Rodgers ou J.J. Watt ? Entre les deux, mon coeur balance mais je vais donner mon vote au quarterback des Packers. Après trois premiers matches moyens pour un joueur de son calibre, Rodgers a littéralement écrasé la concurrence lors des dix rencontres suivantes, enregistrant 2955 yards, 30 touchdowns, seulement deux interceptions et une évaluation moyenne de 124,9 ! De plus, il a su se montrer décisif dans les moments clés avec des actions de grande classe, en témoigne son fake spike face à Miami. Dominateur, techniquement parfait, toujours très lucide et plein de sang-froid, Rodgers est le meilleur quarterback actuel et un des meilleurs de l’histoire. A seulement 31 ans, il peut même devenir le meilleur tout court.

Lucas Vola – News
J.J. Watt (Houston Texans)
De tout manière, c’est le Watt que je préfère. Ce choix est pour moi d’une évidence claire. Parce qu’il a été d’une régularité rare dans ses performances. Parce qu’il a su être décisif dans les moments importants avec des sacks voire des interceptions et des fumbles dans le money-time. Parce qu’il s’est même permis quelques folies en attaque. Et même si certains déplorent son absence en playoff, il reste sans aucun doute le joueur avec le plus de valeur pour son équipe, le « Most Valuable Player ». A l’arrivée, c’est l’occasion ou jamais de prouver que les défenseurs ne sont pas lésés au moment de l’attribution de ce trophée. Dans le cas contraire je perdrais tout espoir pour les joueurs de l’autre côté du ballon.

Luzier Robin – Instant ciné
J.J. Watt (Houston Texans)
Son nombre de touchdown donne à Watt une légitimité pour le MVP, mais cela ne doit pas occulter sa domination défensive. Aucun match avec un coup de moins bien, un impact sur toute l’équipe, une domination rarement vue à ce poste… Quand s’approcher de tous les records défensifs devient normal.

Scores : J.J. Watt (12), Aaron Rodgers (7)

Qui est votre MVP ?

View Results

Loading ... Loading ...

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Parier en ligne avec :
15-Déc à 3:25IND1.92pariez1.6DEN
16-Déc à 23:30DET1.3pariez2.7CHI
17-Déc à 3:25KC1.85pariez1.65
17-Déc à 20:00CAR1.55pariez2GB
Soirées NFL
au Hard Rock Café

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une