Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

A la une

NFL Semaine 10 (19h) : tous les scores et résumés

antonio-brown_151115

Les Packers sont-ils vraiment en difficulté ? Cela commence à y ressembler. La défaite de Green Bay au bout du suspense contre les Lions est en tout cas le fait marquant de la soirée en NFL.

Dans la course aux playoffs, les Panthers ont été plus tranquilles, avec un succès aisé contre les Titans. Même chose pour les Steelers, qui ont retrouvé Ben Roethlisberger un peu plus tôt que prévu pour battre Cleveland. Le carton du dimanche est pour les Redskins, derniers à profiter de la défense des Saints.

Green Bay Packers  (6-3) – Detroit Lions (2-7) : 16-18

Pittsburgh Steelers (6-4) – Cleveland Browns (2-8) : 30-9


Les Steelers espéraient laisser un peu de repos à Ben Roethlisberger (22/33, 379 yards, 3 TDs, 1 int), mais ils n’ont pas eu le choix. Si le numéro 7 a bien débuté sur le banc, il a été obligé d’entrer en jeu juste après le second drive lorsque Landry Jones s’est blessé à la cheville. La suite ? 286 yards et 2 touchdowns à la passe pour Big Ben… rien qu’en première mi-temps. Il trouve Antonio Brown (10 rec, 139 yards, 2 TDs) et Martavis Bryant (6 rec, 178 yards, 1 TDs) pour porter le score à 21-3 à la pause. L’addition aurait même pu être plus salée encore si Pittsburgh n’avait pas échoué sur une 4e et goal à 1 yard de la end zone en fin de second quart.

Pendant ce temps, Johnny Manziel (33/45, 372 yards, 1 TD, 1 int) complète beaucoup de passes, mais le jeu au sol des Browns est encore totalement absent, et deux fumbles couplés à un manque d’efficacité sur troisième tentative empêche Cleveland de suivre le rythme.

La deuxième mi-temps est marquée par un joli drive de dix minutes de Cleveland. Une superbe course de Manziel semble donner un touchdown à son équipe, mais le ralenti montre qu’il était trop court. Une pénalité et un sack plus tard, c’est finalement une interception. Sauf que Roethlisberger rend la pareille dans sa partie de terrain. Manziel saisit cette deuxième chance et envoie Gary Barnidge (6 rec, 65 yards, 1 TD) pour un touchdown (24-9). Pas de qui impressionner les locaux, qui répliquent avec un touchdown de 56 yards de Brown pour assurer leur succès.

Tennessee Titans (2-7) – Carolina Panthers (9-0) : 10-20


A 3 minutes de la fin, les Panthers marquent sur un touchdown au sol de Cam Newton (21/27, 217 yards, 1TD à la passe, 1 TD à la course) pour mener 27 à 10. Ce seront les derniers points d’un match dominé de bout en bout par Carolina, qui n’aura douté qu’en première mi-temps.

Si les Panthers finissent la première mi-temps en tête (10-14), elle n’a pas été de tout repos. Alors qu’ils mènent 7 à 0 après un touchdown de Jonathan Stewart (22 courses, 91 yards, 1TD), les Titans recollent au score (7-7) sur le drive suivant avec une course de 25 yards de Dexter McCluster. Les Panthers repassent devant (7-14) quelques actions après avec une passe de Cam Newton pour Ed Dickson. Mais les Titans n’abdiquent pas et reviennent à 4 points (10-14) après un field goal avant la mi-temps.

Au retour des vestiaires, le match baisse en intensité. La défense des Panthers s’illustre par ses nombreux plaquages, son interception sur Marcus Mariota (16/24, 185 yards, 1INT) et un fumble forcé. En attaque, les Panthers se contentent de deux field goals (10-20) puis d’un énième touchdown à la course pour l’emporter et continuer leur impressionnante série de victoires.

Philadelphia Eagles (4-5) – Miami Dolphins (4-5) : 19-20

Finalement, peut-être que Mark Sanchez (14/23, 156 yards, 1 int) n’est pas une meilleure solution que Sam Bradford (19/25, 236 yards, 1 TD). Suite à la blessure à l’épaule de son coéquipier, Sanchez a pris le relais vers la fin du troisième quart. Son bilan : punt, field goal, punt, interception et quatrième tentative ratée. Tout ça alors qu’il avait hérité d’une rencontre où son équipe menait 16-13.

Sur la deuxième action du quatrième quart, la passe de Ryan Tannehill (21/36, 217 yards, 2 TDs) a été déviée dans les airs, et Jarvis Landry était à la retombée pour un touchdown miraculeux. De quoi faire passer Miami devant (16-20). Un avantage qui sera donc préservé face à Sanchez.

Miami revient de loin, après une entame calamiteuse. Si les Dolphins marquent le premier field goal (0-3), ils laissent ensuite Bradford trouver Josh Huff pour un touchdown, puis Tannehill échappe le ballon, qui est retourné retourné pour un safety (9-3). Sur le drive suivant, Ryan Mathews (8 courses, 18 yards, 1 TD) enfonce le clou (16-3). À ce moment du match, les Eagles alternent bien en attaque et Miami semble encore égaré. Mais les choses se calment. Un field goal puis un touchdown de Lamar Miller (16 courses, 43 yards – 6 rec, 50 yards, 1 TD) réduisent même l’écart (16-13) avant la pause. Les deux équipes se neutralisent avant le dernier quart, que Miami finit donc par arracher.

Tampa Bay Buccaneers (4-5) – Dallas Cowboys (2-7) : 10-6

Décidément, Dallas n’y arrive pas sans Tony Romo. Après six défaites consécutives, les Cowboys n’étaient pourtant pas très loin de retrouver le sourire à Tampa Bay, mais ils ont une nouvelle fois craqué en fin de match pour s’incliner sur le score de 10-6. Bref, le scénario classique.

Durant la première mi-temps, il ne s’est pas vraiment passé grand chose et les défenses ont pris le meilleur sur les attaques. Dallas n’arrivait pas à imposer son jeu de course et Matt Cassel (19/30, 186 yards, 1 interception) jouait de manière conservatrice, sans prendre de risques. Du coté de Tampa Bay, le jeu de passe était presque inexistant puisque Jameis Winston (22/39, 284 yards, 2 interceptions, 1 touchdown à la course) complétait moins de la moitié de ses tentatives et se faisait même intercepter avant la pause. Du coup, on a eu droit plus au moins à une opposition de kickers avec Dallas qui menait 6-3 au moment de rejoindre les vestiaires.

Dans le troisième quart-temps, aucune des deux équipes n’est véritablement parvenue à prendre le match en main et le score n’évoluait pas. Offensivement, c’était carrément le désert étant donné qu’on assistait à un festival de punts et de maladresses, symbolisé par une seconde interception de Winston.
Finalement, il fallait attendre les deux dernières minutes du match pour voir un peu de spectacle et le premier touchdown de la rencontre. Suite à un drive bien mené de la part de l’attaque des Buccaneers, ces derniers se retrouvaient dans la zone rouge adverse. Et après un fumble annulé pour une pénalité texane, Winston parvenait à donner l’avantage à son équipe sur un bootleg d’un yard (10-6). Derrière, Dallas a bien jeté ses dernières forces dans la bataille mais une interception de Bradley McDougald a définitivement scellé le sort de la rencontre.

kirk-cousins_151115

Washington Redskins (4-5) – New Orleans Saints (4-6) : 47-14

Comme d’habitude les Saints ont encaissé un paquet de points. Sauf que cette fois l’attaque n’a pas suivi. Résultat : une très lourde défaite sur le terrain de Washington. Les Redskins quant à eux se sont amusés. D’abord au sol avec des coureurs en feu comme Alfred Morris (15 courses, 104 yards) ou Chris Thompson (2 courses pour 54 yards). Puis dans les airs à la fin des drives avec notamment Jordan Reed (2 TDs) ou Matt Jones (3 réceptions, 131 yards). Kirk Cousins sort l’une de ses meilleures performances de sa saison et peut-être même de sa carrière. Quatre touchdowns, 20 passes complétées sur 25, 325 yards et un « passer rating » parfait de 158.3.

Pourtant, le début de match ne laisse rien présager de cette valise. Drew Brees (16/24, 170 yards, 2 TDs, 1 Interception) réponds au premier touchdown de Cousins vers Jordan Reed pour 2 yards (7-0) par sa propre passe de touchdown pour 2 yards vers Brandin Cooks (7-7). Le quarterback des Redskins se remets alors au travail et reprends l’avantage en se connectant avec Jamison Crowder (14-7). Les Saints recollent une nouvelle fois grâce au même tandem Brees-Cooks qui se trouvent pour 60 yards et un touchdown (14-14). Toutefois, ce sera la dernière fois que New Orleans trouvera la end-zone ce soir.

Washington va ainsi inscrire 33 points sans jamais plus en encaisser. Kirk Cousins va rajouter deux touchdowns pour Matt Jones puis Jordan Reed, de nouveau. Dustin Hopkins lui y va de ses trois field goals (en plus de ses 5 extra-points) et pour couronner le tout DeSean Goldson intercepte Drew Brees puis retourne la balle pour 35 yards jusqu’à la end-zone. Une nouvelle soirée à oublier pour les Saints, Sean Peyton et Rob Ryan. Ce dernier qui est d’ailleurs sur la sellette à l’approche de la semaine de repos.

Saint-Louis Rams (4-5) – Chicago Bears (4-5) : 13-37

A 4 minutes de la fin du match, les Bears interceptent Nick Foles (17/36, 200 yards, 1INT). Un turnover qui assure une victoire logique des Bears tant l’équipe de Chicago aura dominé ce match de A à Z.

Grosse première mi-temps de Jay Cutler (19/24, 258 yards, 3TD) et de ses partenaires. Si les Rams avaient pourtant bien commencé avec un touchdown de Todd Gurley (12 portées, 3 réceptions, 89 yards, 1TD) sur leur premier drive (7-0), les Bears répondent deux actions après avec un touchdown de 87 yards pour Zach Miller (5rec, 107 yards, 2TD) (7-7).

Après un échange de field goals (10-10), les Bears enchaînent deux touchdowns : le premier sur une réception de Miller (10-17), le second (10-24) sur une passe/course de 83 yards pour le rookie Jeremy Langford (20 courses, 7 réceptions, 181 yards, 2TD).

En deuxième mi-temps, les Bears se contenteront de gérer leur résultat. La défense se montre efficace en limitant les Rams à un seul field goal (13-24). Quand en attaque, Culter et les siens avanceront juste ce qu’il faut pour permettre à Robie Gould de rentrer deux field goals puis à Langford d’ajouter un touchdown à la course pour permettre aux Bears de gagner 37 à 13.

Baltimore Ravens (2-7) – Jacksonville Jaguars (3-6) : 20-22

Jason Myers est le héros de la soirée à Jacksonville. Sur la dernière action du match, le kicker a réussi un coup de pied de 53 yards pour donner la victoire à son équipe. Une victoire inespérée qui doit beaucoup à Elvis Dumervil. Alors que les Jaguars tentaient une 4e et 4 yards avec 14 secondes à jouer, et que Blake Bortles a glissé en réalisant qu’il ne pouvait pas spiker le ballon, le défenseur a attrapé le facemask de Blake Bortles (22/45, 188 yards, 2 TD, 1 int) en le sackant.

La pénalité a donc fait avancer les visiteurs de 15 yards et leur a donné le droit à une dernière action. C’est là que Myers a pu frapper le coup de pied de la victoire alors que le chrono affichait « 0. »

S’il y a eu des erreurs, ces deux équipes ont eu le mérite de se rendre coup pour coup. Allen Hurns (5 rec, 62 yards, 1 TD) ouvre le score dans le premier quart, mais Crockett Gilmore (4 rec, 42 yards, 1 TD) lui répond un peu plus tard, et Maxx Williams permet aux Ravens d’atteindre la pause avec l’avantage 14-10. Un field goal puis un touchdown d’Allen Robinson (5 rec, 51 yards, 1 TD) remettent Jacksonville devant (14-19). Mais Joe Flacco (34/45, 316 yards, 3 TDs, 2 int) envoie Chris Givens dans la end zone à un peu moins de huit minutes de la fin pour reprendre la main (20-19). Deux punts plus tard, Bortles récupère le ballon et fait avancer son équipe jusqu’à la pénalité de Dumervil et le field goal de la victoire.

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Soirées NFL
au Hard Rock Café

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une