Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

De la NBA à la NFL

De la NBA à la NFL – Leçon 2 : Les Cardinals sont les Clippers

Alors que les fans NBA n’ont pas encore eu la chance de voir leur lockout se terminer, Touchdown Actu se propose de les accueillir le temps que leur ligue reparte (et plus s’ils le souhaitent). Pour faciliter la transition, cher fan NBA, nous te proposons une série d’articles permettant de passer doucement d’une ligue à l’autre en faisant des parallèles entre leurs différents éléments communs. Les articles seront publiés le lundi et le vendredi. Bienvenue dans le monde merveilleux de la NFL ! Leçon numéro 2 : les Arizona Cardinals.

Que serait une ligue sans son équipe d’irrécupérables losers ? En NBA, vous avez les Clippers. En NFL, nous avons les Cardinals. Eux aussi jouent en rouge et blanc, habitent une ville au climat chaud, ont un nom qui commence par un « C » et, surtout, eux aussi passent leur temps au fond du classement.

Larry Fitzgerald est un des receveurs les plus talentueux de la NFL mais il est seul... avec son ballon.

Comme les Clippers, les Cardinals ont d’abord une histoire de nomades. Les basketteurs ont fait Buffalo, San Diego, Los Angeles. Leurs homologues footeux sont passé par Chicago, Saint Louis, Phoenix et aujourd’hui Glendale dans l’Arizona. Mais au fil des déménagements, ils ont toujours gardé une constance dans la défaite qui force le respect.

Depuis 1920, les Cardinals n’ont joué que 8 fois les playoffs. Trois fois depuis qu’ils sont arrivé dans l’Arizona en 1988. Encore moins que les Clippers depuis cette date.

C’est là, fan NBA, que tu va peut-être me dire avoir entendu parler des Cardinals aussi récemment qu’en 2009, à l’occasion du Super Bowl, diffusé à l’époque sur France 2. C’est vrai. Mais te souviens tu lorsqu’un Sam Cassell en fin de carrière et un Elton Brand en pleine forme ont mené l’autre équipe de L.A en playoffs en 2006 ? A Glendale, en 2008 et 2009, le Cassell d’Arizona s’appellait Kurt Warner et leur Elton Brand était nommé Larry Fitzgerald. Warner parti, les Cards’ ont immédiatement retrouvé leur position de loser.

Les Cardinals font la même chose que les Clippers mais avec quelques années de retard. La signature du surcoté Baron Davis en 2008 pour un contrat bien trop élevé ? Kevin Kolb, un quarterback qui n’avait débuté que 7 matchs dans sa carrière a signé l’été dernier pour 15 millions de dollars. Comme Davis, il se blesse beaucoup et l’équipe joue mieux sans lui. A ce rythme, lui aussi pourrait finir sa carrière à Cleveland.

Attention, ça n’est pas parce qu’on perd qu’on ne s’amuse pas. Les Cardinals sont parfois aussi drôle à voir jouer pour les erreurs qu’ils peuvent commettre que pour les actions exceptionnelles qu’ils peuvent offrir. Ça ne te rappelle rien ?

Chez tout bon loser qui se respecte, il y à toujours une star seule, qui traine son âme en peine en espérant qu’un jour un prétendant au titre vienne le tirer de cette galère. Le problème, c’est que cette star signe souvent un énorme contrat qui va lui rapporter beaucoup tout de suite mais qui va la rendre intransférable un peu plus tard. Et on en revient à Larry Fitzgerald, l’Elton Brand local. Fitz’, c’est même Brand en mieux puisqu’il est dans le débat lorsqu’on cherche le meilleur receveur de la ligue. Mais lui aussi est trop seul.

Fitzgerald est assez fort pour qu’un quarterback médiocre comme Kolb ou son remplaçant aient l’air bons. Mais le receveur sait que, malgré tout son talent, il est coincé dans la galère de la lose joyeuse.

Comme cela est parfois le cas pour les Clippers, on attend aussi parfois beaucoup des Cardinals. Cette saison par exemple, Kolb le surpayé devait permettre à son équipe de jouer les premiers rôles dans une faible division. Bilan : 3 victoires, 6 défaites.

Le seul motif de sourire pour les hommes de l’Arizona lorsqu’ils regardent leurs homologues basketteurs, c’est que leur propriétaire à eux a au moins le mérite de ne pas être raciste.

Étant donné que les Cardinals suivent le plan des Clippers avec quelques années de retard, ils peuvent essayer de se réconforter en se disant qu’ils vont peut-être bientôt trouver leur Blake Griffin.

A venir : Nos Spurs, notre David Stern, notre Blake Griffin, notre Ron Artest, nos Knicks… et bien d’autres !

Pour découvrir la NFL, n’hésitez pas à parcourir nos pages Règles, Attaque, Défense, Postes en attaque, Postes en défense et Organisation du championnat.

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Signatures Free agency

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une