Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

NFL à Londres 0

NFL International Series : le top 5 des matches londoniens

NFL International Series : le top 5 des matches londoniens

Débarquée à Londres, en 2007, la NFL prépare sa 18e rencontre de saison régulière sur le sol anglais, avec la confrontation entre les Jacksonville Jaguars et les Baltimore Ravens. D’un point de vue historique, si de nombreux matches ont tourné court dans la capitale britannique, de belles passes d’armes ont réjoui les fans européens. Retour sur le top 5 de ces duels les plus mémorables …

1. Jacksonville Jaguars vs. Buffalo Bills, 2015

Sur le papier, cette rencontre s’annonce pénible. Des Jags avec une fiche de 1-5, des Bills (3-3) qui continuent de se chercher pour la première année de Rex Ryan aux commandes. Et un match de quarterbacks qui fait déjà rêver entre Blake Bortles et E.J. Manuel. Ce dernier va d’ailleurs rapidement devenir un acteur majeur de la partie malgré lui.

Buffalo a beau mener 3-0 à la fin du premier quart-temps, son numéro 3 délivre un deuxième acte catastrophique avec deux interceptions et un fumble perdu. Sur ses trois turnovers, Jacksonville marquera 21 points sur 27 en quinze minutes. 27 à 13, c’est le score en faveur des hommes de Gus Bradley à la pause.

Mais les Bills ont de l’orgueil et vont faire douter jusqu’au bout la franchise d’AFC Sud. Il faut dire qu’après un touchdown à la réception de Marcus Easley, Blake Bortles délivre un cadeau au cornerback Corey Graham pour un « Pick-6 » qui fait passer les New-Yorkais devant au tableau d’affichage (27-31). Il reste alors cinq grosses minutes. Un temps suffisant pour Bortles et Jacksonville, avec un touchdown spectaculaire et en bord de touche d’Allen Hurns.

E.J. Manuel aura beau tenter le tout pour le tout dans la foulée, son turnover on downs poussera Buffalo à rendre les armes pour une défaite 34-31 qui redonnera de l’espoir aux Jaguars de l’époque. Pendant un temps seulement …

2. Atlanta Falcons vs. Detroit Lions, 2014

Le Super Bowl LI avant l’heure pour les Falcons ! Au sortir d’une saison pénible, qui les a vu terminer avec le sixième pire bilan de la ligue, Atlanta entend repartir du bon pied sous la coupe de Mike Smith. Cela ne s’annonce pas simple avec quatre défaites consécutives avant d’arriver en Europe, et à la veille d’affronter des Lions (5-2) à qui tout sourit depuis la nomination de Jim Caldwell en head coach.

Pourtant, au vu de la première mi-temps, le favori n’est peut-être pas celui que l’on croit. La franchise géorgienne a des allures de rouleau-compresseur, et les touchdowns de Devonta Freeman, Bear Pascoe et Steven Jackson leur permettent de mener on ne peut plus logiquement à la pause (21-0). La suite est moins amusante pour Matt Ryan et ses partenaires. Un jeu offensif beaucoup trop conservateur et une défense qui laisse Detroit grignoter derrière le touchdown longue distance de Golden Tate et celui en sortie de backfield de Theo Riddick. A ce petit jeu, et avec les field goals qui s’ajoutent, la franchise du Michigan recolle à deux petites longueurs.

Quelques minutes au chrono, et un ballon à conserver au sol pour Atlanta … sauf que Dirk Koetter appelle une passe latérale qui sera incomplète ! Punt pour les Falcons qui voient Detroit récupérer le cuir et même arriver dans la moitié de terrain adverse. A la dernière seconde, le kicker Matt Prater a l’occasion de faire gagner les siens sur un field goal de 43 yards. Il s’élance … mais voit son coup de pied passer à droite des poteaux ! Atlanta exulte, mais pas si vite ! Un mouchoir est aperçu sur la pelouse de Wembley. Délai de jeu pour Detroit … qui peut retaper ! Incrédules, les Géorgiens voient Prater transformer cette punition en bénédiction de 48 yards pour un succès 22-21. Un résultat qui coûtera cher à Mike Smith, renvoyé quelques semaines plus tard …

3. Cincinnati Bengals vs. Washington Redskins, 2016

Premières retrouvailles entre les Cincinnati Bengals et Jay Gruden, depuis la nomination du technicien comme head coach des Redskins. La franchise de l’Ohio ne fait pas vraiment dans le sentiment lors de la première mi-temps car, après un touchdown à la course de Robert Kelley, les hommes de Marvin Lewis accélèrent pour mener à la pause 20-10.

Bousculé, Washington ne s’en laisse pas compter et un excellent Kirk Cousins remet son équipe dans le bon sens en trouvant coup sur coup DeSean Jackson et Jordan Reed pour faire recoller l’équipe d’NFC. Son entente avec Jamison Crowder permet même aux Redskins de passer devant à quelques minutes du terme. Au plus mal, Cincinnai s’en remet à son receveur vedette A.J. Green, lequel fait vivre un enfer à Josh Norman pour placer le cuir en position Goal Line. Jeremy Hill marque dans la foulée, avant un field goal de Dustin Hopkins qui envoie tout le monde en prolongation, bien aidé par une fin de match catastrophique d’Andy Dalton (interception de Will Compton).

Le kicker de Washington aura moins de réussite en overtime, car situé à 34 yards des poteaux adverses, il manque la cible pour un ballon qui passe à droite dans les deux dernières minutes. Les deux équipes se quittent dos à dos et traineront longtemps ce match nul qui n’arrange personne comme un boulet. Les Redskins rateront notamment les playoffs de peu en NFC, à cause de ce résultat néfaste (27-27 a.p.).

4. Minnesota Vikings vs. Pittsburgh Steelers, 2013

Difficile de le croire, mais ce match tant attendu par les fans anglais voit s’affronter deux formations à 0-3. Le plateau fait pourtant saliver, Ben Roethlisberger et Emmanuel Sanders étant désormais entourés par le prometteur receveur Antonio Brown et le coureur rookie Le’Veon Bell. En face, Matt Cassel n’a pas grand chose à faire dans le sillage d’un Adrian Peterson tout bonnement inarrêtable. Ses 140 yards et 2 touchdowns offrent une avance de dix points à l’équipe de Minneapolis en fin de troisième quart (27-17). Longtemps relégué au tableau d’affichage, Pittsburgh se réveille dans les quinze dernières minutes, avec l’inattendu receveur Jerricho Cotchery.

34-27 pour Minnesota, alors que retentit le coup de sifflet indiquant les deux minutes restantes. Les Steelers ont une ultime possession et progresse peu à peu grâce à un Antonio Brown déjà décisif dans les moments chauds. 3e et Goal pour Pittsburgh qui a l’occasion d’arracher la prolongation sur le gong. C’est sans compter sur le defensive end Everson Griffen qui sacke Big Ben et provoque un fumble recouvert par Kevin Williams.

Les Vikes lancent enfin leur saison avec ce succès importantissime, mais ne sauveront pas la peau de leur head coach Leslie Frazier, viré en fin d’exercice. Pas plus de réussite pour les joueurs de Pennsylvanie auteurs d’une fiche de 8-8, loin des playoffs.

5. New Orleans Saints vs. San Diego Chargers, 2008

Laissé libre par San Diego, au profit du jeune Philip Rivers, Drew Brees finit par retrouver son ancienne franchise des Chargers à l’occasion de ce passage par la Grande-Bretagne. La confrontation directe entre les deux quarterbacks va accoucher d’une orgie offensive dont va profiter le public de Wembley. 680 yards et 6 touchdowns, c’est le bilan des deux hommes, assistés par un casting digne de ce nom (LaDainian Tomlinson, Deuce McAllister, Lance Moore, Antonio Gates …).

A ce petit jeu, c’est tout de même le nouveau joueur des Saints qui prend l’ascendant envoyant Devery Henderson et le tight end Mark Campbell en terre promise pour donner une avance confortable aux joueurs de Sean Payton (30-17). Mais en face, Norv Turner et les Bolts ont le mérite de s’accrocher. Après un touchdown à la réception de Vincent Jackson, la défense californienne provoque un safety à quatorze secondes de la fin.

37-32 à l’heure où les Chargers remettent la main sur la cuir. Un bon retour de Darren Sproles voit même Philip Rivers appeler le dernier jeu sur les 50. La passe Ave Maria est tentée, mais ne sera pas bonifiée par Vincent Jackson, pour une victoire relativement logique de la Nouvelle-Orléans. Un succès annonciateur d’un futur glorieux, les Saints remportant le Super Bowl XLIV seize mois plus tard.

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Soirées NFL
au Hard Rock Café

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une