Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Avant match Chroniques 0

[Preview] NFL Semaine 12 : les Rams encore impliqués dans un clash en NFC

Après Minnesota, c’est maintenant New Orleans que vont devoir affronter les Rams. Le match choc de cette semaine 12 qui verra aussi la course aux playoffs en AFC s’intensifier.

[Preview] NFL Semaine 12 : les Rams encore impliqués dans un clash en NFC

Après un Thanksgiving chargé ce jeudi, le reste de la NFL s’affronte ce dimanche. Toutes les franchises ont eu leur semaine de repos et désormais il y aura 16 matchs chaque week-end. Jusqu’à Noël, on rentre dans une période charnière où les places en playoffs vont se décider. Avec à peine plus d’un mois de compétition encore à jouer, les équipes qui aspirent à la post-saison n’ont plus beaucoup le droit à l’erreur.

On ne va pas se mentir, cette semaine 12 est moins alléchante que la précédente. Beaucoup de rencontres semblent déséquilibrées sur le papier. Toutefois, le début de saison nous prouve que cette année tout peut arriver, ce qui rend chaque partie intéressante. Celui que l’on attend tous ce dimanche se jouera à 22h30 et opposera les Rams aux Saints. Un match entre deux mastodontes de la NFC, une course au Wild Card Round qui monte en intensité dans l’AFC et un tas de traditionnels duels de division : voici le programme de la semaine 12.

Les matchs à ne pas manquer

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Los Angeles Rams (7-3) New Orleans Saints (8-2)

Après les Vikings, Los Angeles affronte de nouveau une équipe en tête de sa division et qui fait peur en NFC : les Saints. En deux semaines, les Rams se seront frottés à ce qui se fait de mieux dans la conférence. Un bon test pour cette formation qui vise les playoffs (voire mieux) cette année. La semaine passée, les hommes de Sean McVay ont clairement été dominés des deux côtés du terrain. La réception des Saints est le moment de prouver que leurs ambitions sont légitimes. Cette saison, Los Angeles possède l’une des attaque les plus prolifiques du pays. La franchise inscrit 30,3 points par match, ce qui en fait la deuxième escouade la plus efficace derrière celle de Philadelphia. Si la semaine dernière cette attaque a eu beaucoup de mal face à la défense de Minnesota, dimanche, c’est un autre problème qui se dresse devant les Californiens. Menée par un Drew Brees toujours aussi fort, l’attaque de la Nouvelle-Orléans est tout aussi forte (ou presque) que celle de Los Angeles. Avec 30,2 points par match, elle est sur les talons de celle des Rams. Vous l’aurez compris, ce match pourrait bien nous réserver beaucoup de points. A domicile, les Rams ont souvent pris l’avantage face aux joueurs de Louisiane avec trois victoires sur les quatre derniers matchs. Ce sera en revanche la première fois que ces deux équipes s’affronteront à Los Angeles. Plus qu’une victoire, un succès de l’une ou l’autre de ces franchises pourrait apporter un avantage psychologique dans une opposition qu’on ne serait pas étonné de revoir en playoffs en janvier.

La course au Wild Card Round en AFC

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Kansas City Chiefs (6-4) — Buffalo Bills (5-5)

Après un départ impressionnant, les Chiefs sont revenus à la normalité. Pire, ils en sont maintenant à quatre défaites lors de leur cinq derniers matchs. Leur revers face aux Giants la semaine passée, sans même inscrire le moindre touchdown, est même inquiétant. Cette semaine, ils accueillent une équipe qui ne va pas beaucoup mieux. Buffalo a perdu ses trois dernières rencontres et s’est embourbé dans un changement de quarterback qui a été une erreur. Retour donc de Tyrod Taylor ce dimanche. Mais face à une bonne défense qu’est celle de Kansas, le lanceur aura du mal. Les Bills n’ont que la 27e attaque de la ligue avec 302,1 yards/match. Au début de la saison, les hommes de Sean McDermott s’en sortaient avec une défense dominante, mais depuis plusieurs semaines, cette escouade prend l’eau. L’occasion pour les Chiefs de se rassurer offensivement. Ils ont face à eux une franchise qui a encaissé 135 points lors des trois derniers matchs. Une formation qui est 24e contre la course (119,9 yards/match) et 23e contre la passe (246,9 yards/match). Si Alex Smith et Kareem Hunt ne font pas mieux que le week-end passé alors cela deviendra alarmant pour l’attaque d’Andy Reid. Dans l’actualité cette semaine côté Kansas City, on notera aussi la signature du vétéran Darelle Revis. Pas sûr qu’il soit aligné dès ce dimanche, mais il faudra rester attentif aux performances du cornerback qui pourrait être un bon apport si il lui en restait encore un peu dans les jambes.

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h30
Baltimore Ravens (5-5)  Houston Texans (4-6)

Dans une conférence AFC très moyenne cette année, ces deux équipes peuvent encore croire aux playoffs. À l’heure actuelle, Baltimore est même qualifié avec son bilan de 5-5. L’enjeu est fort donc pour cette rencontre pourtant, soyons honnêtes, ce n’est pas l’opposition la plus excitante qu’il soit, surtout pour un Monday Night Football. Le duel entre Tom Savage et Joe Flacco ne fait pas rêver. Le quarterback des Texans a tout de même livré son match le plus abouti en carrière en carrière la semaine dernière contre les Cardinals (22/33, 230 yards, 2 TDs et 1 INT) avec une évaluation de 97,1. Le problème est que la défense des Ravens n’est pas celle d’Arizona. Baltimore possède l’une des meilleures escouades face à la passe. Elle n’autorise qu’une évaluation de 66,9 (2e) et a déjà enregistré 16 interceptions (1e). Autant dire que Tom Savage a du souci à se faire. À l’inverse, Joe Flacco pourrait enfin sortir une grosse rencontre. En tout cas s’il ne le fait pas là, il ne le fera plus jamais cette saison. Les Texans possèdent l’un des pires groupes dans les airs. Depuis quatre semaines, ils encaissent 327 yards/matchs dans ce secteur et les quarterbacks adverses sortent de leurs affrontements avec une évaluation moyenne de 99 depuis le début de l’année (28e). Le quarterback doit prendre les choses en mains lundi soir. Surtout qu’à l’inverse, la défense au sol de Houston est bonne. Avec 92 yards autorisés par rencontre (8e) et 3,7 yards par course (5e), ce secteur risque d’être bouché pour les Ravens. Leur salut passera donc par les airs, d’un côté comme de l’autre du terrain.

Duels de division

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Indianapolis Colts (3-7) — Tennessee Titans (6-4)

Les Titans ont eu dix jours pour analyser leur revers face aux Steelers. Pour les Colts, c’est carrément une semaine de repos qu’ils ont eu depuis leur dernière rencontre et une défaite… face aux Steelers. Le dernier match de chacune de ces deux équipes était donc contre Pittsburgh et les voilà ce dimanche face à face pour la deuxième fois de la saison. Le « match aller » avait tourné largement à l’avantage de Tennessee avec une victoire 36-22 qui s’était dessinée dans le quatrième quart-temps de ce Monday Night Football. Depuis, les coéquipiers de Marcus Mariota visent la première place de la division et sont partis à la chasse aux Jaguars. Désormais un match derrière Jacksonville depuis leur défaite jeudi dernier, les Titans doivent s’imposer à l’extérieur s’ils ne veulent pas que l’écart se creuse. Pour cela, ils devront faire attention à Jacoby Brissett. Certes, l’ancien Patriot n’est pas Andrew Luck, mais il reste le quarterback le plus efficace de la division depuis la blessure de Deshaun Watson. Il a surtout construit une très bonne alchimie avec T.Y. Hilton, ce qui permet aux deux hommes de se trouver régulièrement pour des passes de plus de 20 ou 30 yards. Une connexion qui risque d’être compliquée cette semaine puisque Tennessee est la deuxième équipe à encaisser le moins de gros jeux depuis le début de la saison. Sans ça, pas sûr qu’Indianapolis soit capable de faire avancer suffisamment leur attaque pour suivre le rythme de Marcus Mariota.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Cincinnati Bengals (4-6) — Cleveland Browns (0-10)

Voici ce qu’on appelle une domination. Les Bengals ont battu Cleveland d’au moins 13 points lors de leurs six dernières confrontations. La dernière victoire des Brown remonte au 6 novembre 2014 (24-3), à l’époque la franchise affichait un bilan de 6-3 et venait de passer première de sa division. Une éternité en somme. Cette année, le « match aller » avait de nouveau été à sans unique avec une victoire 31-7 des Bengals et surtout le meilleur match d’Andy Dalton cette saison. Le lanceur avait profité à fond des lacunes de la défense (25/30, 83,3 % de passes complétées, 286 yards, 4 TDs et 0 INT). Dimanche, on peut s’attendre au même scénario. Cleveland est très mauvais dans les airs. Les Browns autorisent une évaluation de 102,3 (30e) depuis le début de la saison. Le quarterback sera d’ailleurs probablement obligé de lancer, car, à l’inverse, au sol il faut être très costaud pour prendre à défaut les Browns. Les hommes de Hue Jackson sont premiers de la ligue aux nombres de yards encaissés par tentative (3,1). Un secteur dans lequel les Bengals sont totalement à la rue. C’est bien simple, en attaque, Cincinnati est la pire formation au sol avec seulement 68 yards/match. Mais face à une équipe sans aucune victoire, une bonne partie d’Andy Dalton suffira à faire la différence. Surtout si les Browns continuent de perdre le ballon au rythme où ils le font. La semaine dernière encore, Cleveland a subi 5 turnovers, montant le total de la saison à 28 (32e de la ligue).

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Atlanta Falcons (6-4) — Tampa Bay Buccaneers (4-6)

À l’heure actuelle, si la saison régulière s’arrêtait maintenant, trois équipes de la NFC Sud seraient qualifiées en playoffs. Derrière New Orleans et Carolina, Atlanta tente de se refaire après un début d’année en dent de scie. Leurs dernières victoires contre Dallas et particulièrement celle face aux Seahawks à l’occasion du Monday Night Football ont rassuré les fans d’Atlanta. L’équipe de l’an passé n’est pas si loin que cela. Steve Sarkisian, le nouveau coordinateur offensif, et son attaque ont inscrit 25 points ou plus lors de trois des quatre derniers matchs. La magie est en train de revenir en Géorgie. Mais on l’a dit, les Falcons n’ont plus beaucoup le droit à l’erreur s’ils veulent rattraper les deux bolides devant eux. La mauvaise surprise est donc interdite pour cette réception de Tampa Bay, dernier de la division. Les Buccaneers ont beaucoup de mal à l’extérieur puisqu’ils n’ont qu’une seule victoire (la semaine passée contre les Dolphins) pour quatre défaites. Ce dimanche, ils feront face à une attaque qui va de mieux en mieux, mais aussi à une défense dont on parle peu, mais qui fait le travail depuis le début de l’année. Ryan Fitzpatrick sera probablement mis sous pression tout le match. Les Falcons ont cumulé 28 sacks cette saison (4e) notamment grâce à des joueurs comme Vic Beasley ou Adrian Clayborn. Le défensive end sera d’ailleurs encore plus motivé qu’à l’accoutumée puisqu’il affronte dimanche contre son ancienne équipe.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
New England Patriots (8-2) — Miami Dolphins (4-6)

Probablement l’un des matchs les plus déséquilibrés de ce dimanche. D’un côté, il y a une équipe qui en est à sa sixième victoire d’affilés. De l’autre, Miami n’a plus gagné depuis un mois et reste sur quatre revers. Pour les Dolphins la priorité sera déjà de trouver une solution au problème Tom Brady. Le favori au titre de MVP s’est régalé la semaine dernière face à la mauvaise défense à la passe des Raiders (30/37, 339 yards et 3 TDs). Si Oakland est la pire escouade aérienne de la ligue (113,3 d’évaluation pour les quarterbacks adverses, 32e), Miami est à peine mieux. Les Floridiens autorisent eux une évaluation de 104,3 (31e), et le numéro 12 devrait bien s’amuser de nouveau. De l’autre côté du terrain, les Patriots ne sont toujours pas au top en défense, mais s’améliorent rencontre après rencontre. Alors qu’ils affichaient 324,8 yards encaissés dans les airs par rencontre jusqu’à la semaine 6, cette moyenne est descendue à 217,1 yards/match sur les quatre dernières parties. Surtout, depuis quelque temps, New England est (re)passé maître dans l’art d’encaisser beaucoup de yards, mais peu de points. À l’image de 2016. Ce dimanche, cela devrait être encore plus facile face à Matt Moore. Le lanceur sera de nouveau sur le terrain pour remplacer Jay Cutler et avec une évaluation de 80,8 depuis le début de sa carrière, il ne fait pas vraiment peur à la défense de Matt Patricia. Sur les cinq dernières confrontations entre ces deux équipes, les hommes de Bill Belichick se sont d’ailleurs imposés à quatre reprises. Si Miami donne souvent du fil à retordre à New England, cette année l’opposition semble bien trop déséquilibrée.

Coup d’envoi dimanche à 22h05
San Francisco 49ers (1-9) Seattle Seahawks (6-4)

Il y a urgence pour Seattle. Dans une division dominée par les Rams et une conférence extrêmement relevée, les Seahawks doivent absolument se reprendre et faire une fin de saison canon s’ils veulent encore espérer les playoffs. Ce dimanche, ils se déplacent sur un terrain qu’ils aiment bien. En effet, Pete Carroll et ses hommes ont remporté leurs quatre derniers matchs à San Francisco. Un cinquième succès consécutif ferait du bien à la franchise. Pour cela, ils vont compter une fois de plus sur Russell Wilson. À la passe ou au sol, le quarterback est responsable de 82,8 % des yards de son équipe. Un pourcentage jamais vu depuis que cette statistique est calculée. Face à une défense des 49ers qui a de gros problèmes cette année, notamment dans le jeu aérien, le match du lanceur ne devrait pas être très compliqué. Malgré une ligne offensive toujours aussi poreuse, il ne devrait pas avoir trop de mal à trouver des solutions. En revanche, l’autre côté du ballon inquiète plus à Seattle. Avec les absences majeures de Richard Sherman ou Kam Chancellor, la « Legion of Boom » n’est plus ce qu’elle était. Depuis la semaine 8, les Seahawks encaissent 251,5 yards/match dans les airs. Ce qui en fait la 23e défense dans ce secteur. Cette rencontre en Californie sera donc l’occasion de se rassurer. Pour mener l’attaque de San Francisco, c’est de nouveau C.J. Beathard qui a été choisi, alors que la rumeur Garoppolo circulait depuis quelques jours.

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Oakland Raiders (4-6) Denver Broncos (3-7)

Depuis 2015, cette rivalité entre ces deux équipes de l’AFC Ouest est équilibrée. Les deux franchises ont chacune gagné un match lors des deux dernières saisons. Si la logique était respectée, ce serait donc à Oakland de l’emporter dimanche. En effet, Denver a remporté leur première confrontation de la saison le 1er octobre, en semaine 4, sur un score de 16-10. C’est lors de ce match que Derek Carr s’était blessé, permettant aux joueurs du Colorado d’afficher un bilan de 3 victoires pour une seule défaite. C’est aussi le dernier succès des Broncos cette saison. Ils en sont maintenant à 6 revers consécutifs. Les Raiders ont en effet toutes les chances de l’emporter à domicile. Paradoxalement, malgré leur deux bilans sous les 50 % de victoires, ces deux franchises peuvent encore croire aux playoffs dans une conférence très mauvaise. Ce sera extremement dur pour les Broncos on vous l’accorde. Mais pour Oakland, la mission n’est pas du tout impossible, même à 4-6. Il faut maintenant qu’ils passent à la vitesse supérieure. Avec la victoire des Chargers jeudi durant Thanksgiving, la pression est sur les hommes de Jack Del Rio pour au moins recoller à la deuxième place dans cette division. Cette semaine, la défense des Raiders affrontera un tout nouveau quarterback pour les Broncos : Paxton Lynch. C’est le troisième lanceur que Denver essaye cette saison après Trevor Siemian et Brock Osweiler. Vance Joseph cherche encore la solution cette saison.

Le reste

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Philadelphia Eagles (9-1) — Chicago Bears (3-7)

Sur le papier, les Bears n’ont aucune chance de rivaliser avec Philadelphia. Chicago n’a que trois victoires cette année et fait partie des équipes moyennes de la NFL. Mais si on regarde de plus près, les trois succès des hommes de John Fox sont contre des formations qui ont un bilan au-dessus des 50 %. Pittsburgh (8-2), Carolina (7-3) et Baltimore (5-5) sont tombés face aux joueurs de l’Illinois. La huitième victoire consécutive des Eagles ne sera donc pas donnée et ils devront être attentifs. Au sol d’abord. Dimanche, ils seront opposés à la cinquième meilleure attaque dans ce secteur (131,8 yards/match). Ce sera force contre force puisque Philly n’autorise que 71 yards à la course par rencontre, ce qui en fait la défense la plus solide de la ligue au sol. Attention tout de même, la semaine passée, les Eagles ont permis Alfred Morris parcourir 112 yards en 27 tentatives. C’était la première fois depuis sept rencontres que la franchise laissait un running back dépasser la barre des 100 yards. Jordan Howard aura un rôle important dans ce match, surtout que Chicago lance peu. Pour preuve, les Bears ont tenté 287 passes depuis le début de la saison. C’est le total le plus faible de la ligue. Globalement, s’ils arrivent à maîtriser le chrono et le tableau d’affichage avec un jeu de course dominant, ils peuvent se permettre d’enlever de la pression sur les épaules de Mitch Trubisky. À l’inverse, s’ils sont menés rapidement, le rookie sera très exposé, ce qui n’est jamais bon signe. Si Philadelphia veut se rendre la tâche facile, Carson Wentz va devoir prendre les choses en main très tôt pour tenter de mener rapidement et s’envoler au score.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
New York Jets (4-6) — Carolina Panthers (7-3)

Chose rare, cette rencontre oppose deux équipes qui sortent d’un week-end de repos. Contre New York, les Panthers vont tenter de « sweeper » l’AFC Est après leurs victoires face aux Patriots, Dolphins et Bills. Pour cela, ils devraient voir le retour de Greg Olsen, leur tight end absent depuis la semaine 2. Une titularisation qui pourrait faire du bien à l’attaque même si en Caroline, c’est souvent la défense qui fait gagner des matchs. L’escouade est dans le top 5 aux points/match (5e, 18), yards/match (2e, 278), yards aériens/match (4e, 197,4) et yards au sol/match (2e, 80,6). À l’inverse, en attaque, New York n’est dans le top 20 d’aucune de ces catégories. L’après-midi risque d’être longue pour Josh McCown. Même si le quarterback possède l’un des receveurs les plus efficaces du moment en la personne Robbie Anderson. Le Jet a marqué un touchdown à l’occasion de chacun des quatre derniers matchs et affiche une moyenne de 16,2 yards/réceptions (3e). En défense, New York détient aussi une arme qui pourrait poser des problèmes à Cam Newton : le blitz. La formation de Todd Bowles utilise ce schéma lors de 35,8 % des jeux de passes (6e) ce qui a produit depuis le début de l’année 13 sacks dans ce genre de situation. Une mauvaise nouvelle pour le lanceur des Panthers, puisque Cam Newton est plutôt en difficulté face aux blitz. Il affiche une évaluation de 75,5 quand la défense envoie un joueur en plus pour le chasser, ce qui fait de lui le 28e quarterback dans cette situation. Un secteur qu’il faudra donc surveiller particulièrement lors de ce match. Malgré tout, les Panthers ont tout ce qu’il faut pour se débarrasser des Jets, même à New York.

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Arizona Cardinals (4-6) Jacksonville Jaguars (7-3)

Ce match, c’est l’opposition entre Blake Bortles et Blaine Gabbert, un ancien de la maison à Jacksonville. On vous l’accorde, dit comme ça, cela ne fait pas beaucoup rêver. Mais on peut essayer de faire mieux. On peut aussi dire que c’est le duel entre Adrian Peterson, MVP de la ligue en 2012, et celui qu’on annonce comme le futur Adrian Peterson, Leonard Fournette. Ces deux runnings backs pourraient se livrer une bataille intéressante ce dimanche. La tâche risque toutefois d’être plus compliquée pour le Cardinal. Alors que Jacksonville avait la pire défense contre la course depuis le début de la saison, les dirigeants sont allés chercher Marcell Dareus. L’ancien Bill a apporté de la stabilité dans ce secteur. Résultat, depuis trois matchs, les Jaguars n’ont autorisé que 55 yards de moyenne. Certes, il y avait en face Cincinnati, Los Angeles (Chargers) et Cleveland, mais cela prouve tout de même l’amélioration dans ce secteur. Si vous ajoutez à cela, le pass-rush le plus intimidant de la ligue (avec notamment un ancien d’Arizona, Calais Campbell) et une défense qui n’encaisse que 162 yards aériens par match (1e), vous avez la meilleure escouade du pays (275,6 yards au total par rencontre, 1e). Blaine Gabbert, qui n’a pas été trop mal la semaine dernière face à Houston (22/34, 257 yards, 3 TDs et 2 INTs), a donc du souci à se faire. Les Jaguars, désormais seuls en tête de l’AFC Sud au profit de la défaite des Titans la semaine dernière, veulent eux enchaîner une cinquième victoire consécutive.

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi à 02h30
Pittsburgh Steelers (8-2) Green Bay Packers (5-5)

L’attaque de Pittsburgh a-t-elle enfin atteint son potentiel maximum ? La raclée infligée aux Titans lors du Thursday Night Football la semaine dernière laisse penser que la réponse pourrait être oui. Reste encore à confirmer maintenant. Dans tout les cas, à l’heure actuelle, les Steelers semblent être les seuls à pouvoir tenir tête aux Patriots en AFC. Mais en attendant de jouer Tom Brady et consorts en semaine 15 (voire en playoffs), il faut se défaire de Green Bay. Les Packers sortent d’une performance indigeste le week-end dernier contre les Ravens. Ils n’ont inscrit aucun point et Brett Hundley s’est fait intercepté à trois reprises. Certes la défense des Steelers n’est peut-être pas aussi solide que celle de Baltimore, mais elle a tout de même beaucoup de talents à proposer. L’escouade est classé 3e au nombre de yards aériens encaissés par match (190) et 4e au nombre de yards encaissés au total (287,6). Et comme le jeu au sol n’est pas au mieux à Green Bay, entre blessures et contre-performances, ce ne devrait pas être compliqué de ralentir cette attaque. De l’autre côté du ballon, les Packers n’ont pas les joueurs nécessaires pour arrêter Antonio Brown et, on l’a vu la semaine dernière, cela peut faire très mal dans ces cas-là (10 réceptions, 114 yards et 3 TDs).

Les affiches

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Kansas City Chiefs (6-4) — Buffalo Bills (5-5)
Indianapolis Colts (3-7) — Tennessee Titans (6-4)
Cincinnati Bengals (4-6) — Cleveland Browns (0-10)
Atlanta Falcons (6-4) — Tampa Bay Buccaneers (4-6)
New England Patriots (8-2) — Miami Dolphins (4-6)
Philadelphia Eagles (9-1) — Chicago Bears (3-7)
New York Jets (4-6) — Carolina Panthers (7-3)

Coup d’envoi dimanche à 22h05
San Francisco 49ers (1-9) Seattle Seahawks (6-4)

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Los Angeles Rams (7-3) New Orleans Saints (8-2)
Arizona Cardinals (4-6) Jacksonville Jaguars (7-3)
Oakland Raiders (4-6) Denver Broncos (3-7)

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi à 02h30
Pittsburgh Steelers (8-2) Green Bay Packers (5-5)

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h30
Baltimore Ravens (5-5)  Houston Texans (4-6)

Advertisement
tdabannierehrc
Parier en ligne avec :
16-Nov à 3:20 SEA 1.5 pariez 2.2 GB
18-Nov à 20:00 ATL 1.48 pariez 2.25 DAL
18-Nov à 20:00 DET 2.5 pariez 1.38 CAR
18-Nov à 20:00 IND 1.7 pariez 1.88 TEN

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une