Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Avant match Chroniques 0

[Preview] NFL Semaine 16 : Seattle et Dallas face à leur destin

Le dénouement de cette saison 2017 s’approche alors que l’on s’apprête à jouer une semaine 16 décisive, notamment pour les Seahawks et les Cowboys.

[Preview] NFL Semaine 16 : Seattle et Dallas face à leur destin

Noël oblige, la semaine 16 est complètement chamboulée. Certains horaires habituels sont déplacés, alors, attention, suivez bien si vous ne voulez rien rater pendant que vous réveillonnez. D’abord, vous l’avez probablement remarqué, il n’y a pas eu de Thursday Night Football. En effet, il n’y aura plus de match le jeudi cette année. En revanche, comme en semaine 15, deux rencontres se joueront samedi soir. Pour ce qui est du dimanche, les tranches horaires de 19h et 22h ne bougent pas, par contre, personne ne sera sur le terrain en prime time le 24. Le Sunday Night Football est en quelque sorte décalé… au lundi. Il y aura donc deux matchs le 25. Un à 22h et un à 2h30 comme d’habitude.

Bon, on espère que vous avez tout compris. Après la forme, intéressons-nous maintenant au fond. Cette semaine, ce sont les Seahawks et les Cowboys qui se battent pour survivre, pendant que les quatre équipes de la NFC Sud s’affronteront. Dans l’AFC, les places en Wild-Cards vont aussi valoir cher. Et enfin, petit focus sur des franchises qui n’ont plus rien à jouer, mais qui visent toujours le bilan à l’équilibre. Un match de la peur, la meilleure division de la ligue qui fait de l’entre soi, les playoffs en vue en AFC, des équipes qui espèrent le 50 % et les traditionnels duels de division : voici le programme de la semaine 16.

Le match à ne pas manquer

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Dallas Cowboys (8-6) — Seattle Seahawks (8-6)

Il reste deux semaines avant la post-saison, mais cette rencontre à des allures de playoffs. Pourquoi ? Car c’est un moment décisif qui verra le gagnant garder espoir pour janvier justement, pendant que le perdant pourra dire adieu aux Wild-Cards. Avec les mêmes bilans, ces franchises jouent dimanche un match de la peur. Pour l’instant, c’est Atlanta qui détient le dernier spot en playoffs dans la NFC. Mais les Falcons doivent affronter deux mastodontes, New Orleans et Carolina. Dans l’espoir que les hommes de Dan Quinn en perdent l’un des deux (voire les deux), Seahawks comme Cowboys doivent réaliser un sans-faute pour coiffer les champions de la NFC en titre sur le poteau. Voilà pourquoi ce match entre Seattle et Dallas est un « Win or Gome Home »* (« Gagne ou rentre à la maison »). La semaine passée, Pete Carroll et les siens ont pris une véritable leçon par les Rams, notamment au sol où Todd Gurley a inscrit 3 touchdowns. Les Seahawks ont d’ailleurs encaissé 244 yards à la course, leur plus haut total de la saison. Mauvais timing, car c’est exactement ce dimanche que revient Ezekiel Elliott de sa suspension de six semaines. Le running back sera frais et probablement revanchard. En tout cas, il aura sans nul doute très envie de jouer et derrière sa très bonne ligne offensive, il pourrait faire des dégâts. Depuis le début de l’année, Seattle possède la 17e défense contre la course avec 112,9 yards/match. Le niveau du « front seven » devra donc s’élever s’il veut avoir une chance d’arrêter la star EE. De ça dépendent les espoirs de playoffs des Seahawks.

Les Wild Cards en AFC

Coup d’envoi samedi à 22h30
Baltimore Ravens (8-6) — Indianapolis Colts (3-11) 

Pour l’instant Baltimore n’est pas en playoffs, mais les Ravens n’en sont pas loin. Avec ce bilan de 8 victoires pour 6 défaites, ils ont encore toutes leurs chances lors des deux derniers matchs. Surtout quand on regarde les adversaires en semaine 16 de leurs concurrents directs pour les Wild-Cards (les Patriots pour Buffalo et les Rams pour Tennessee). Ce dimanche pourrait donc être bénéfique aux hommes de John Harbaugh. Face à eux, des Colts qui sont à la rue cette saison. Indianapolis n’a que trois victoires, face à Cleveland, San Francisco (avant Jimmy Garopollo) et Houston (après Deshaun Watson). Quand ils rencontrent des équipes plus faibles, les Ravens, eux en revanche,  font le travail généralement. Cette année, ils n’ont perdu qu’une seule fois face à une franchise qui été sous la barre des 50 % (vs. Chicago en semaine 6). La dynamique est donc dans leur camp. Les statistiques aussi. La défense des Colts est médiocre. L’escouade est 31e aux points encaissés par match (29e à la course, 30e à la passe). Baltimore ne devrait pas avoir de mal à scorer ce week-end. De l’autre côté du terrain, le duel est encore plus déséquilibré. Les Ravens ont la 4e meilleure défense en terme de points encaissés, Indianapolis la 31e attaque. Tout cela n’annonce rien de bon pour Chuck Pagano et sa formation. Pour Baltimore en revanche, ce pourrait être un dimanche décisif en vu de janvier.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Tennessee Titans (8-6) —Los Angeles Rams (10-4)

Les Titans ont encore une chance de gagner leur division, mais n’ont pas leur destin entre leurs mains. Alors plutôt que de penser première place, il faut déjà s’assurer une Wild-Cards. Pour l’instant, ils sont qualifiés, mais derrière certaines franchises toquent à la porte. Le problème, c’est que Tennessee affronte, en plus de ça, l’une des meilleures équipes de la ligue : les Rams. La semaine passée, pendant que Marcus Mariota et ses coéquipiers prenaient l’eau contre San Francisco, Los Angeles donnait une leçon aux Seahawks. Vu comme cela, ça n’annonce rien de bon pour les locaux. Pour l’emporter, les Titans vont absolument avoir besoin d’un jeu au sol plus consistant. Leur quarterback n’est pas assez décisif et tranchant en cette fin de saison pour porter l’attaque sur ses épaules. Derrick Henry et DeMarco Murray se doivent d’être meilleurs. En semaine 16 par exemple, à eux deux, ils ont couru à 28 reprises pour seulement 90 yards, soit une moyenne de 2,8 yards/tentative. C’est bien trop peu, surtout quand en face, Todd Gurley enchaîne les performances dignes d’un MVP. Quoi qu’il arrive, les hommes de Mike Mularkey ne peuvent pas passer à côté de ce rendez-vous crucial pour la suite de leur saison.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
New York Jets (5-9) — Los Angeles Chargers (7-7)

Samedi dernier, Los Angeles a laissé passer une occasion en or de prendre seul la tête de la division ouest de l’AFC. Une défaite face à Kansas City et les Chargers n’ont plus leur destin entre leurs mains. L’espoir d’être en playoffs existe toujours, mais comme pas mal d’équipes, il faut désormais compter sur un (ou des) faux-pas. En attendant, les Californiens retournent ce dimanche au MetLife Stadium. Victorieux en semaine 5 des Giants dans cette enceinte, ils affrontent cette fois les Jets. Et très honnêtement, s’ils ne battent pas cette équipe, même à l’extérieur, ils ne méritent pas les playoffs. Non pas que New York soit ridicule cette saison, mais si les Chargers aspirent à plus, il faut avant tout être capable de battre ce genre d’équipe moyenne. Pour cela, Philip Rivers devra être meilleur que la semaine dernière. Avec ses 3 INTs, il a (entre autres) plombé sa formation.

NFC Sud

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Carolina Panthers (10-4) — Tampa Bay Buccaneers (4-10)

Pendant que leurs deux adversaires principaux de la division vont s’affronter, les Panthers vont eux recevoir l’équipe la plus faible de la NFC Sud. Une superbe opportunité de prendre de l’avance sur Atlanta ou New Orleans et de rester en course pour la place de leader jusqu’à la dernière journée quand ils iront justement en Géorgie. Encore faut-il battre Tampa Bay. En Floride en semaine 9, ce fut le cas. Ron Rivera ses ses hommes avaient fait le travail, s’imposant 3-17 dans un match maitriser. Ils avaient contenu Jameis Winston à zéro touchdown en y ajoutant 2 interceptions. En réitérant cette performance, Carolina devrait s’en sortir facilement. Attention tout de même, le quarterback des Buccaneers semble de mieux en mieux en fin de saison. Malgré la défaite contre les Falcons en semaine 15, il a complété plus de 80 % de ses passes avec 3 TDs et 0 INT. Si le numéro un de la draft 2015 est chaud, il peut poser des problèmes à la défense des locaux. Il leur faudra donc rapidement mettre la main sur le ballon et le score et laisser Cam Newton prendre le contrôle du match comme il le fait depuis quelques semaines.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
New Orleans Saints (10-4) — Atlanta Falcons (9-5)

Atlanta continue sa fin de saison démentielle. Mis à part les Buccaneers (à deux reprises), les Falcons ont joué les Panthers, Cowboys, Seahawks, Vikings et Saints lors des sept dernières semaines. Surtout que les deux matchs précédents ne sont pas mieux, avant de recevoir les Panthers, les champions NFC en titre doivent aller à New Orleans. Ils affrontent donc les deux leaders divisions. Pour eux, c’est quitte ou double. Avec deux victoires, ils finiraient probablement premiers de la NFC Sud. En revanche, une seule défaite pourrait les condamner pour les playoffs, car derrière les charognards que sont les Seahawks, Cowboys voire Lions sont à l’affût pour récupérer ce dernier strapontin qui envoie en post-saison. Il y a quinze jours, Atlanta a déjà battu les Saints. À domicile, les Falcons l’avaient emporté 20-17 dans un match qui n’était pas forcément spectaculaire, mais accroché. Encore une fois, le duel de running backs va être intéressant. D’un côté, Tevin Coleman et Devonta Freeman, meilleur duo en 2016. De l’autre, Mark Ingram et Alvin Kamara qui leur ont confisqué cette place symbolique en 2017. En semaine 14, New Orleans avait encaissé 132 yards au sol et avait perdu Alvin Kamara rapidement dans le match. Les Saints devront prendre l’avantage dans ce secteur pour continuer leur bataille avec Carolina et distancer pour de bon leurs adversaires du jour.

Duels de division

Coup d’envoi dimanche à 19h00
New England Patriots (11-3) — Buffalo Bills (8-6)

On a beaucoup parlé de cette polémique de fin de match entre les Steelers et les Patriots, mais on en aurait presque oublié que New England est une fois de plus en tête de sa conférence et roule tout droit vers une week-end de repos lors du Wild-Cards Round. En battant Pittsburgh, ils ont passé leur obstacle le plus difficile. Désormais, il reste deux adversaires de division. Un déplacement à New York en semaine 17 et la réception des Buffalo ce dimanche. Les Bills de leur côté espèrent toujours les playoffs. Si la saison s’arrêtait là, ils seraient d’ailleurs qualifiés (et devraient jouer les Jaguars à Jacksonville pour la petite histoire). Mais beaucoup de choses peuvent encore se passer. Plusieurs équipes sont en chasse et les hommes de Sean McDermott ne peuvent pas se permettre une défaite. Malheureusement, il est très difficile de battre le champion en titre. On l’a vu dimanche dernière, les Bills ont aussi pu le comprendre en semaine 13. New England s’était facilement imposé 23-3. Tyrod Taylor avait fait un match horrible avec 35,6 d’évaluation, 3 sacks et une interception dans la red-zone. L’attaque va donc devoir faire bien mieux, et la défense doit trouver une solution au problème Gronkowski. Le tight end est en feu en ce moment. Dimanche dernier, il a enregistré 168 yards (son record en carrière) sur 9 réceptions. Lors du premier affrontement avec Buffalo, il avait aussi attrapé 9 ballons, pour 147 yards cette fois-ci.

Coup d’envoi dans la nuit de samedi à dimanche à 02h30
Green Bay Packers (7-7) — Minnesota Vikings (11-3)

Ce match aurait pu être la rencontre décisive pour le titre de cette NFC Nord. Malheureusement, la blessure d’Aaron Rodgers en a décidé autrement. Le quarterback a bien tenté un « comeback » (un peu désespéré) la semaine dernière, mais la défaite face aux Panthers a définitivement scellé les espoirs de playoffs des Packers. Résultat : Green Bay a placé de nouveau son double MVP sur la liste des blessés et Brett Hundley sera de retour derrière sa ligne offensive. Encore une fois, ce n’est pas la meilleure des oppositions pour le joueur de 24 ans. Le lanceur le sait très bien, il a démarré sa carrière en NFL face aux Vikings. C’était en semaine 6. Aaron Rodgers venait de se blesser et Hundley est rentré dans l’arène. Au final, les Packers s’étaient inclinés 23-10 et les statistiques du quarterback ne faisaient pas rêver (18/33, 157 yards, 1 TD et 3 INTs). Encore une fois, les lignes arrière de Minnesota risquent de faire mal aux Packers samedi soir. Green Bay n’a de toute façon plus rien à jouer. En face, les Vikings, eux, sont déjà assurés de finir en tête de leur division et donc d’aller en playoffs. La priorité sur ce match sera surtout de ne sortir avec aucun blessé et de continuer à viser une des deux places synonyme de semaine de repos pendant le Wild-Cards Round.

Finir à 50 %

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Washington Redskins (6-8) — Denver Broncos (5-9)

En remportant son match de la semaine dernière, Washington s’est donné la possibilité de finir la saison avec un bilan équilibré de 8 victoires pour 8 défaites. Avec cette réception des Broncos puis le déplacement chez les Giants, les deux succès ne sont pas inenvisageables, loin de là, et ce ne serait finalement pas si mal pour cette franchise. Pour Kirk Cousins qui a perdu ses deux receveurs stars à l’intersaison, dû jouer sans Jordan Reed et Chris Thompson une grande partie de l’année ainsi que compenser pour une ligne offensive qui ne lui faisait aucun cadeau, ce serait limite un exploit. Le Redskin sera free agent à la fin de l’année et ces deux matchs sont aussi l’occasion pour lui de terminer de prouver qu’il mérite le contrat qu’il espère. Côté Denver, les semaines 16 et 17 seront une histoire de quarterback. Selon les informations en provenance de Denver, les Broncos souhaiteraient faire jouer Paxton Lynch face aux Redskins et Chiefs. L’idée serait de voir ce que le lanceur choisi au premier round l’an dernier a dans le ventre. Son seul match de l’année (contre les Raiders) a été un fiasco (38,4 d’évaluation) et il doit se rattraper s’il veut prétendre à une place de titulaire l’an prochain. Sinon, John Elway pourrait bien se positionner… sur Kirk Cousins lors de la free agency.

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Arizona Cardinals (6-8) — New York Giants (2-12)

Comme ces deux franchises sont bien loin des playoffs dorénavant, il faut trouver d’autres motivations pour finir la saison. Pour les Cardinals, il y en a une toute trouver : terminer avec un bilan équilibré. Contre les Giants, Arizona va devoir surveiller les airs. La semaine passée Eli Manning s’en est donné à coeur joie à la passe. Il en a tenté 57 pour 434 yards, 3 TDs et 1 INT. Il y a ensuite des motivations individuelles, comme celle de Chandler Jones. Le défenseur est actuellement en tête du classement des sacks avec 15, juste 0,5 sacks devant son ancien coéquipier Calais Campbell. Contre New York il n’aura pas la tâche facile car les Giants autorisent peu de plaquages sur leur quarterback. 31 au total cette saison (11e de la NFL). L’enjeu pour New York est de ne pas perdre un 13e match cette saison. Les G-Men ont déjà enregistré un bilan de 4-12 à 5 reprises dans leur histoire, mais il n’est jamais arrivé qu’ils affichent le chiffre 13 dans la colonne des défaites.

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h30
Philadelphia Eagles (12-2) — Oakland Raiders (6-8)

Pour l’instant, l’absence de Carson Wentz n’a pas été préjudiciable pour les Eagles. Certes cela ne fait qu’un match que le quarterback est blessé mais la semaine dernière Nick Foles a fait le travail. Une partie à 4 TDs et Philadelphia continue sa marche en avant. En revanche, si l’attaque fonctionne (toujours) aussi bien, certaines inquiétudes concernent désormais la défense. Depuis deux matchs l’escouade ne donne plus cette impression de domination du début de saison. C’est simple, elle a encaissé 29 et 35 points face aux Giants et Rams ces deux dernières semaines. Alors si la place en playoffs est assurée, que la semaine de repos fera du bien à tout le monde pendant les Wild-Cards Round, il reste deux matchs aux hommes de Doug Pederson pour se reprendre de ce côté du terrain. Prouver que cette période n’est qu’un petit accident de parcours et ne pas laisser installer le doute pour cette franchise promis à un long parcours en janvier.

Le reste

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Cincinnati Bengals (5-9) — Detroit Lions (8-6)

Le pourcentage de chances pour que Detroit finisse en playoffs est relativement faible. Avec un bilan de 8-6, les Lions sont à égalité avec les Seahawks et les Cowboys (dont forcément un des deux sortira avec une victoire vu qu’ils s’affrontent) et derrière les Falcons qui détiennent actuellement le dernier strapontin en playoffs en NFC. Toutefois, la possibilité de voir la franchise du Michigan jouer en janvier existe toujours. Surtout que ce dimanche, elle se déplace à Cincinnati. Pour les Bengals, ce sera le deuxième match contre une équipe de la NFC Nord. Et forcé de constater que le dernier n’est pas un bon souvenir. Contre les Vikings, ils n’ont enregistré qu’un seul first down en premier mi-temps, ne marquant qu’un pauvre petit touchdown en toute fin de partie quand la rencontre était pliée. Cette équipe donne l’impression d’avoir abandonné. L’entraîneur, Marvin Lewis, ne devrait plus être là l’an prochain et cette fin de saison ne sert pas vraiment à grand-chose. Tant mieux pour les Lions qui, toujours sans jeu au sol, devraient s’imposer et continuer d’espérer.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Kansas City Chiefs (8-6) — Miami Dolphins (6-8)

Il semblerait que les Chiefs soient de retour au meilleur des moments. Après un début de saison canon, puis un terrible passage à vide, Andy Reid et ses hommes repartent sur des bases solides. Kansas City a inscrit 29 points de moyenne lors de ses trois derniers matchs, la franchise a surtout fait le job face à deux adversaires qui menaçaient sa première place de la division. Oakland et Los Angeles écartés, il faut désormais finir le travail pour se retrouver en playoffs. Dans le Missouri ce dimanche, les Dolphins resteront comme une énigme cette saison. Et ce sera la question prioritaire pour les Chiefs dès 19h : quelle équipe de Miami s’est déplacée dans le Missouri ? En particulier, quelle défense ? Est-ce celle qui a pris l’eau pendant une majeure partie de l’année ou bien celle qui est capable de match incroyable comme contre New England il y a quinze jours ? Alex Smith va vite le savoir.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Chicago Bears (4-10) — Cleveland Browns (0-14)

Si les Browns ne veulent pas terminer la saison sans aucune victoire, c’est dimanche qu’il faut assurer. En semaine 17, les Browns vont à Pittsburgh. Certes, les Steelers seront déjà qualifiés pour les playoffs et reposeront probablement quelques titulaires, mais cela reste une opposition au-dessus du niveau de Cleveland. Alors que ce déplacement à Chicago est plus abordable. Même si pour Cleveland, rien n’est facile. Les Bears en tout cas ne veulent absolument pas être les Chargers de 2016. Pourtant, la coïncidence est amusante : l’an dernier Hue Jackson et ses hommes avaient remporté leur premier match de la saison lors de la semaine 16… la veille de Noël. La différence cette fois est que cette rencontre est à l’extérieur pour Cleveland. Hors de leurs bases, les Browns ont perdu leurs 19 derniers matchs. Pour ce match, ils pourraient poser des problèmes à Chicago au sol. On sait que Chicago est l’une des équipes qui utilisent le plus la course (45,8 % du temps, soit le 7e plus haut total de la ligue), alors que les Browns ont l’une des meilleures escouades dans ce secteur (3,3 yards/tentative, 1e). Pas sûr toutefois que ce soit suffisant, mais à Noël tout est possible…

Coup d’envoi dimanche à 22h05
San Francisco 49ers (4-10) — Jacksonville Jaguars (10-4)

Et si les Jaguars affrontaient la formation la plus en forme de la NFL ? D’accord, c’est un petit peu exagéré, mais San Francisco reste sur trois victoires consécutives. Qui l’eut cru au moment où la franchise affichait un bilan de 1-10 ? Cette dynamique porte un nom : Jimmy Garoppolo. Depuis la titularisation du quarterback, San Francisco n’a plus perdu et l’équipe semble renaître. Le lanceur n’a d’ailleurs toujours pas connu la défaite dans sa carrière quand il a démarré le match (2-0 avec les Patriots, 3-0 avec les 49ers). Sauf que ce week-end, il est face à son plus gros défi jusqu’à présent. Avec Jacksonville, il va jouer contre ce qui se fait de mieux en défense ces derniers temps. Des lignes arrière qui ne pardonnent aucune erreur et un « front seven » qui martyrise tout le monde. Avec sa ligne offensive très poreuse, Jimmy Garoppolo va, plus que jamais, devoir lancer le ballon vite s’il ne veut pas vivre son premier cauchemar en NFL. Pour les Jaguars il ne reste plus grand-chose à jouer. Ils sont déjà (quasiment) assurés de finir premiers de leur division et devraient être trop courts pour rattraper Pittsburgh et/ou New England. Qu’à cela ne tienne, les deux derniers matchs vont servir pour la confiance et aborder les premiers playoffs depuis très longtemps (2007) dans une bonne dynamique.

Coup d’envoi lundi à 22h30
Houston Texans (4-10) — Pittsburgh Steelers (11-3)

Il reste deux matchs aux Steelers pour digérer. La défaite face à New England a laissé des traces dans les têtes. Alors que Pittsburgh pensait avoir battu le champion en titre tout en s’assurant la première place de la conférence, voilà maintenant que la franchise doit batailler pour rester dans les deux premiers. L’enjeu est une semaine de repos pendant le Wild-Cards Round. Les hommes de Mike Tomlin ont pour l’instant l’avantage face aux Jaguars qui sont un match derrière (mais qui auraient le tie-breaker sur Pittsburgh en cas d’égalité). Il faut donc deux victoires aux Steelers. Mais la défaite a aussi laissé des traces dans les corps. La plus notable reste évidemment la blessure d’Antonio Brown. On ne sait pas encore comment la fin de saison du receveur va se dérouler, mais une chose est sûre, il sera absent dimanche contre Houston. Les Steelers ne devraient toutefois pas avoir trop de soucis car c’est l’un des postes les plus fournis de leur effectif. Surtout que les Texans ne possèdent pas une défense à toutes épreuves. Pittsburgh reste largement favori de ce match mais il sera intéressant d’observer la réaction de la franchise après le coup de massue de la semaine dernière.

Les affiches

Coup d’envoi samedi à 22h30
Baltimore Ravens (8-6) — Indianapolis Colts (3-11)

Coup d’envoi dans la nuit de samedi à dimanche à 02h30
Green Bay Packers (7-7) — Minnesota Vikings (11-3)

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Cincinnati Bengals (5-9) — Detroit Lions (8-6)
Kansas City Chiefs (8-6) — Miami Dolphins (6-8)
New England Patriots (11-3) — Buffalo Bills (8-6)
Chicago Bears (4-10) — Cleveland Browns (0-14)
Carolina Panthers (10-4) — Tampa Bay Buccaneers (4-10)
New Orleans Saints (10-4) — Atlanta Falcons (9-5)
Washington Redskins (6-8) — Denver Broncos (5-9)
Tennessee Titans (8-6) — Los Angeles Rams (10-4)
New York Jets (5-9) — Los Angeles Chargers (7-7)

Coup d’envoi dimanche à 22h05
San Francisco 49ers (4-10)—Jacksonville Jaguars (10-4)

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Dallas Cowboys (8-6) — Seattle Seahawks (8-6)
Arizona Cardinals (6-8) — New York Giants (2-12)

Coup d’envoi lundi à 22h30
Houston Texans (4-10) — Pittsburgh Steelers (11-3)

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h30
Philadelphia Eagles (12-2) — Oakland Raiders (6-8)

Parier en ligne sur la NFL avec :

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une