Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Histoire Los Angeles Rams

Les All-Stars Teams : Los Angeles Rams

Jusqu’où s’arrêtera le phénoménal Aaron Donald ?

Chaque mercredi, pendant l’intersaison, Touchdown Actu vous propose une immersion dans l’histoire de la Ligue, avec la sélection des 53 meilleurs joueurs de chaque équipe. Quelle franchise a attiré le plus de talents ? Qui seraient les titulaires de ces escouades d’envergure ? Focus cette semaine sur la franchise des Rams, créée à Cleveland en 1937, avant un passage à Los Angeles de 1946 à 1995, deux décennies à St. Louis dès 1996 et un retour à L.A. depuis 2016.

LE ROSTER
(* Hall of Famer)

QB : Norm Van Brocklin * (1949-1957), Kurt Warner * (1998-2003), Bob Waterfield (1945-1952)
RB : Eric Dickerson * (1983-1987), Marshall Faulk * (1999-2005), Tom Fears * (1948-1956), Steven Jackson (2004-2012), Lawrence McCutcheon (1972-1979), Dan Towler (1950-1955), Tank Younger (1949-1957)
FB : Cullen Bryant (1973-1987)
WR/TE : Isaac Bruce (1994-2007), Henry Ellard (1983-1993), Elroy Hirsch * (1949-1957), Torry Holt (1999-2008)
OT : Bob Brown * (1969-1970), Charlie Cowan (1961-1975), Orlando Pace * (1997-2008), Jackie Slater * (1976-1995)
G : Dennis Harrah (1975-1987), Kent Hill (1979-1986), Tom Mack * (1966-1978), Tom Newberry (1986-1994)
C : Rich Saul (1970-1981), Doug Smith (1978-1991)

DE : Kevin Carter (1995-2000), Fred Dryer (1972-1981), Deacon Jones * (1961-1971), Leonard Little (1998-2009), Lamar Lundy (1957-1969), Andy Robustelli * (1951-1955), Jack Youngblood * (1971-1984)
DT : Larry Brooks (1972-1982), Aaron Donald (depuis 2014), Rosey Grier (1963-1966), Merlin Olsen * (1962-1976)
LB : Maxie Baughan (1966-1970), Kevin Greene * (1985-1992), Don Paul (1948-1955), Jack Reynolds (1970-1980), Les Richter * (1954-1962), Isiah Robertson (1971-1978)
CB : Jerry Gray (1985-1991), Leroy Irvin (1980-1989), Dick « Night Train » Lane * (1952-1953), Todd Lyght (1991-2000), Aeneas Williams (2001-2004)
S : Nolan Cromwell (1977-1987), Dave Elmendorf (1971-1979), Eddie Meador (1959-1970)

K : Jeff Wilkins (1997-2007)
P : Johnny Hekker (depuis 2012)
LS/ST : Tony Horne (1998-2000)

Chuck Knox, coach de 1973 à 1977, et aux côtés de Jim Everett.

LE COACH

Chuck Knox
Durant leur histoire, les Rams auront connu des coaches aussi emblématiques qu’efficaces, d’un point de vue statistique. George Allen, John Robinson, Dick Vermeil … Pourtant, sous-estimer l’importance de Chuck Knox serait une erreur. Quand ce spécialiste de la O-Line rallie Los Angeles, en 1973, la franchise est en délicate reconstruction. Merlin Olsen est le dernier rescapé du Fearsome Foursome, mythique ligne défensive des années 60, et le quarterback Roman Gabriel, MVP de la ligue en 1969, a plié bagage pour Philadelphie. Pourtant, trouver un chef d’orchestre du jeu aérien n’a jamais été un problème pour Knox. En cinq années en Californie, le tacticien va systématiquement envoyé son équipe en phase finale, avec un paquet de quarterbacks différents : John Hadl, James Harris, Ron Jaworski, Pat Haden … Des joueurs à même de donner une alternative solide au monstrueux jeu au sol et son porte-drapeau Lawrence McCutcheon. Des joueurs qui resteront toutefois trop limités dans les moments clés pour mener Los Angeles au bout. Un manque de sang-froid qui aura raison de la patience du très exigeant propriétaire Carroll Rosenbloom. En 1977, Knox file vers Buffalo avec un bilan de 54 victoires et 15 défaites, et pas une seule saison à moins de dix victoires. Son éjection ne gomme pas l’empreinte qu’il a laissé dans la franchise, incarnée par son ancien coordinateur défensif et promu head coach, Ray Malavasi. Les Rams se qualifient d’ailleurs dès 1979 pour le premier Super Bowl de leur histoire. Un match face aux Steelers qui échappera à L.A. dans la dernière ligne droite, avec un 14-0 fatal encaissé. Resté nostalgique, Knox revient chez les Rams au début des années 90, pour un bilan beaucoup plus médiocre et un jeu à la course devenu désuet.

LES TITULAIRES

(entre parenthèses, le nombre de matches joués)

LE POINT FORT

Trois Hall of Famers (Faulk, Dickerson, Fears), un futur probable (Jackson ?), un des tandems les plus productifs de l’histoire de la ligue (Towler, Younger) … La liste est longue en ce qui concerne les joueurs phares du backfield offensif, lesquels ont notamment été en lumière lors des périodes fastes de la franchise et des Super Bowls joués (McClutcheon en 1979, Faulk en 1999 et 2001). En défense, le pass rush est lui aussi monstrueux sur le papier, à l’image des vedettes du Fearsome Foursome, Deacon Jones, Merlin Olsen et Lamar Lundy. Ajoutons à ça Jack Youngblood et Leonard Little, figures de proue des trois Super Bowls joués par les Béliers. En plus d’être performant sur le terrain, ce groupe s’est appuyé sur des personnages charismatiques et atypiques, à l’image de Rosey Grier, devenu le tristement célèbre garde du corps de Bobby Kennedy, ou Fred Dryer, plus connu à la fin du 20e siècle sous le nom de « Rick Hunter ».

LE POINT FAIBLE

C’est assez rare pour être souligné : les Rams n’ont jamais réellement eu de tight end d’impact au cours de leur histoire. Le plus performant aura sans doute été Billy Truax, homme à tout faire dans les années 60, mais sa productivité relative a convaincu la franchise de l’échanger à Dallas. C’est d’ailleurs chez les Cowboys, comme joueur de complément, qu’il finira par remporter un Super Bowl, le 6e du nom.

Torry Holt et Isaac Bruce, les cibles du « Greatest Show on Turf ».

LA PERIODE DOREE

C’est ce qui s’appelle ressortir du placard. Retraité du coaching depuis quinze ans, Dick Vermeil est sollicité en 1997 pour remettre les Rams sur les bons rails. Comme à Philadelphie, qui l’avait emmené au Super Bowl en 1980, la mission n’est pas simple. L’attaque est tout simplement anémique et le quarterback rookie Tony Banks ne peut rectifier le tir sans pertes de balle régulières. La draft du tackle Orlando Pace va toutefois dans le bon sens. Les mois suivants riment avec paris payants. En 1998, le transfuge de la NFL Europe, Kurt Warner, pose ses bagages dans le Missouri, en tant que quarterback remplaçant. Il ne mettra qu’un an à s’imposer, profitant de la blessure malheureuse du titulaire annoncé, Trent Green. Pour l’assister, le receveur star Isaac Bruce, mais aussi deux cracks recrutés en 1999. Le premier tour de draft cette année-là est un autre receveur, un certain Torry Holt. Le deuxième tour est lui utilisé pour arracher le vétéran Marshall Faulk à Indianapolis. Toutes les pièces du puzzle sont réunies pour donner à St. Louis le titre de « Greatest Show on Turf », attaque quasi inarrêtable qui finira par rafler le Super Bowl 34.

Paradoxalement, lors de cette partie, c’est un acte défensif, le plaquage de Mike Jones sur Kevin Dyson à un yard de son en-but, qui sacrera la franchise (23-16). Dick Vermeil a réussi sa mission et peut de nouveau couler des jours paisibles loin des terrains NFL. La promotion de son coordinateur offensif, Mike Martz, comme coach principal ne rassure pas plus les franchises adverses. Le titre de MVP de la saison reste la chasse gardée locale (Faulk en 2000, Warner en 2001) et les Rams renouent avec deux campagnes de playoffs, dont l’année 2001 qui les voit disputer le Super Bowl 36 contre les Patriots. Largement favori face au jeune et (alors) inexpérimenté Tom Brady, St. Louis courbe l’échine (17-20). Un coup au moral pour la bande de Kurt Warner, dans ce qui sera le dernier coup d’éclat du quarterback chez les Rams. Il quitte la franchise en 2003, poussé vers la sortie par Marc Bulger. Mike Martz ne mettra que deux ans à l’imiter, à la veille d’une trop longue période de disette pour St. Louis, avec les échecs Scott Linehan, Steve Spagnuolo ou Jeff Fisher.

LES CANDIDATS CREDIBLES

La belle saison 2017 de Los Angeles a permis à beaucoup de joueurs d’éclore, notamment les deux principales stars offensives : Jared Goff et Todd Gurley. Malgré son arrivée sur le tard, Andrew Whitworth aurait son mot à dire, s’il reste suffisamment longtemps en Californie. Défensivement, mention spéciale pour Michael Brockers et LaMarcus Joyner, devenus des cadres défensifs de la franchise.

PROCHAINE ALL-STARS TEAM
13 juin : Miami Dolphins.

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Preview NFL 2018
Fiches avant-saison
Parier en ligne avec :
28-Sep à 2:20 LAR 1.3 pariez 2.85 MIN
30-Sep à 19:00 ATL 1.35 pariez 2.6 CIN
30-Sep à 19:00 CHI 1.5 pariez 2.2 TB
30-Sep à 19:00 DAL 1.5 pariez 2.2 DET

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une