Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Chicago Bears Preview 2018 0

Preview 2018 – Chicago Bears : l’heure de la remise en ordre

Matt Nagy et Vic Fangio arrivent pour remettre de l’ordre en attaque et en défense.

Preview 2018 – Chicago Bears : l’heure de la remise en ordre


La présentation équipe par équipe de la saison 2018 continue ! Au programme aujourd’hui : les Chicago Bears.Vous pouvez trouver toutes les fiches déjà publiées en cliquant sur ce lien.

Changement de décor du côté de l’Illinois. Après trois saisons sans la moindre fiche positive, et un mécontentement affiché des fans de la franchise, John Fox a quitté ses fonctions de head coach des Chicago Bears.

Le General Manager n’a pas mis longtemps pour lui trouver un remplaçant, avec la nomination de l’ancien coordinateur offensif des Chiefs, Matt Nagy. L’homme de 40 ans a été un assistant d’Andy Reid pendant dix ans, tout comme Doug Pederson, récemment sacré champion. Mais le chamboulement peut-il être aussi rapide qu’à Philadelphie ? Revue d’effectif.

La saison dernière : 5 victoires – 11 défaites.

Mouvements à l’intersaison

Face à un vaste chantier lors de son arrivée, le nouveau coach Matt Nagy a reconstruit son effectif en deux temps. A l’ouverture de la free agency, mi-mars, l’objectif était clairement de donner un nouveau visage à cette attaque longtemps morose sous les ordres de John Fox. C’est dans cette optique qu’est arrivé l’ancien Jaguar Allen Robinson, très réputé du côté de Jacksonville mais qui reste sur une saison blanche en raison de blessures.

D’autres cibles, revanchardes, ont été signées : Trey Burton, champion en titre avec les Eagles, et doublure de luxe de Zach Ertz, ou encore Taylor Gabriel, devenu persona non grata à Atlanta depuis le départ de Kyle Shanahan. Preuve que le poste de receveur est devenu une priorité, les Bears sont allés drafter Anthony Miller, joueur de possession adepte des tracés, avec leur troisième tour. Pour peaufiner le secteur offensif, ils ont mis la main sur le polyvalent centre James Daniels, afin de renforcer une ligne intérieur fournie quoiqu’assez fragile.

Les retouches défensives sont plus légères, mais en draftant dès le premier tour le linebacker Roquan Smith, Chicago a misé sur le run stopper le plus prometteur de sa classe. Le deuxième rideau a été d’ailleurs très considéré, avec les drafts de l’interchangeable Joel Iyiegbuniwe et du pass rusher Kylie Fitts. Devenu indésirable à San Francisco, Aaron Lynch vient se relancer sous les ordres du coordinateur Vic Fangio dans l’Illinois.

Arrivées notables : Chase Daniel (QB), Allen Robinson (WR), Taylor Gabriel (WR), Trey Burton (TE), Earl Watford (G), Aaron Lynch (LB), Cody Parkey (K).
Re-signatures : Benny Cunningham (RB), Josh Bellamy (WR), Bradley Sowell (OL), John Jenkins (NT), Sam Acho (LB), Prince Amukamara (CB), Bryce Callahan (CB), Kyle Fuller (CB).
Draft : Roquan Smith (LB), James Daniels (C), Anthony Miller (WR), Joel Iyiegbuniwe (LB), Bilal Nichols (DT), Kyle Fitts (DE), Javon Wims (WR).
Pertes notables : Mike Glennon (QB), Kendall Wright (WR), Cameron Meredith (WR), Zach Miller (TE), Mitch Unrein (DL), Jerrell Freeman (LB), Christian Jones (LB), Pernell McPhee (LB), Andrew DePaola (LS), Cairo Santos (K).

Le(s) point(s) fort(s)

Le jeu au sol, Matt Nagy connait plutôt bien. Sous ses ordres, en 2017, le rookie Kareem Hunt a crevé l’écran, en décrochant plus de 1 400 yards et 8 touchdowns sous le maillot des Chiefs. Le head coach ne devrait donc pas être dépaysé, en ayant un certain Jordan Howard comme munition. L’ancien joueur d’Indiana reste sur une saison à 1 122 yards et 9 touchdowns, le tout dans une attaque clairement unidimensionnelle. Sa complémentarité avec Tarik Cohen, véritable dynamique aux mains et aux appuis redoutables, devrait encore faire de Chicago une place forte du jeu à la course.

Le sol a d’ailleurs souvent été une tradition locale, en attaque comme en défense. Et avec un duo Danny Treviathan – Roquan Smith, Vic Fangio espère conserver sa réputation sur le run stop, lui qui a dirigé le « Dome Patrol » chez les Saints dans les années 80, ou qui a rendu le tandem Willis – Bowman injouable du côté de San Francisco. La ligne défensive est elle-même dissuasive à l’encontre du porteur de balle, si l’on en juge le niveau d’Akiem Hicks (8,5 sacks en 2017) et d’Eddie Goldman depuis leur arrivée dans l’Illinois.

Le(s) point(s) faible(s)

Résumons simplement. Si le jeu au sol est un point fort, des deux côtés du ballon, le jeu aérien peut être considéré comme le maillon faible actuel de la franchise. L’an passé, aucun receveur numéro 1 ne s’est détaché, et Tarik Cohen était même la deuxième cible la plus fiable d’un point de vue statistique. Certes, Allen Robinson est arrivé en vedette, mais l’incertitude plane sur son aptitude à retrouver son niveau d’antan.

Défensivement, le problème est tout autre. Chicago a des playmakers, mais peine à les encadrer efficacement. Leonard Floyd est un des pass rushers les plus craints de la ligue, mais en laissant partir des joueurs comme Sam Acho, Pernell McPhee, Willie Young ou Lamarr Houston, les Bears mettent plus de pression sur un joueur qui relève de blessure. Même chose pour un Kyle Fuller enfin performant en 2017, avec 22 passes défendues. L’ancien premier tour de draft sera à coup sûr la principale star de son escouade, mais la régularité laisse à désirer autour de lui, qu’il s’agisse de Prince Amukamara, Bryce Callahan ou Cre’Von LeBlanc … Tant d’éléments qui ne devraient pas passer inaperçus quand on croise deux fois par an des joueurs comme Aaron Rodgers, Matthew Stafford ou Kirk Cousins …

Facteur(s) X

Forcément, le facteur prépondérant pour la bonne saison des Bears devrait être le poste de quarterback. Deuxième choix de la draft 2017, Mitchell Trubisky a déçu lors de sa saison rookie (7 TDs, 7 int en 12 matchs), mais sa responsabilité n’est pas totale. Avec un John Fox trop frileux, l’ancien joueur de North Carolina n’a pas été exploité comme il le fallait, et sa situation n’est pas sans rappeler celle de Jared Goff à Los Angeles en 2016. En embauchant Matt Nagy, le General Manager Ryan Pace espère réussir la même prouesse que les Rams, en limitant le nombre d’erreurs de son protégé voire en lui passant un pallier significatif lors de sa deuxième saison dans la ligue.

Calendrier : @ Packers, Seahawks, @ Cardinals, Buccaneers, @ Dolphins, Patriots, Jets, @ Bills, Lions, Vikings, @ Lions, @ Giants, Rams, Packers, @ 49ers, @ Vikings.

En résumé

Dans une conférence, et surtout une division, extrêmement relevée, les choses ne s’annoncent pas simples pour les Chicago Bears. Avec une franchise laissée en ruines par John Fox, Matt Nagy a su reconstruire de manière intelligente pendant l’intersaison en conservant le coordinateur défensif Vic Fangio et en injectant du sang neuf et des cibles pour Mitch Trubisky.

Sera-ce suffisant pour être efficace dès 2018 ? Rien n’est moins sûr. Chicago a le potentiel pour créer des surprises cette saison et si la sauce prend rapidement, l’équipe devrait être au coude à coude dans de très nombreuses rencontres. Au vu de certains postes trop isolés et d’une attaque aérienne en recherche d’automatisme, cette saison devrait rimer avec transition.

Le pronostic : 4 victoires – 12 défaites.

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Signatures Free agency

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une