Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Franchise tag : qui va être retenu par son équipe ?

Jadeveon Clowney, Dee Ford ou DeMarcus Lawrence ne devraient pas y couper.

À partir de mardi, les franchises NFL auront le droit de placer leur franchise tag sur un joueur qu’ils souhaitent retenir à tout prix.

Une option qui a été utilisée plutôt sagement ces dernières années. Seulement cinq joueurs en 2018. Même chose en 2017. On est bien loin des dix-neuf joueurs taggés de 2012, le record.

Cette année, le nombre de joueurs retenus pourrait repartir un peu à la hausse. Car il y a beaucoup de bons candidats.

Ils ne vont pas y couper

DeMarcus Lawrence (DE, Cowboys – 26 ans – 64 plaquages, 10,5 sacks, 1 interception, 2 fumbles forcés en 16 matchs) : Ka-ching ! Déjà payé 17,1 millions de dollars en 2018 grâce à un premier franchise tag, DeMarcus Lawrence a répondu avec 10,5 sacks. Le joueur de 26 ans reste une pièce maitresse de la défense de Dallas. Il faut le retenir, car les offres ne manqueront pas pour un joueur de son profil. Et comme il s’agira d’un second tag consécutif, il touchera au moins 20 millions de dollars. Les Cowboys ont intérêt à trouver un accord de longue durée avec lui pour adoucir la note.

Jadeveon Clowney (DE/LB, Texans – 26 ans – 47 plaquages, 9 sacks, 1 fumble forcé, 1 passe déviée en 15 matchs) : il lui a fallu du temps, mais le numéro un de la Draft 2014 a fini par prendre toute la mesure de son talent et il est désormais un des tauliers à Houston. Surtout, on oublie souvent qu’il n’a toujours que 26 ans, trois printemps de moins que J.J. Watt, notamment.

Dee Ford (OLB/DE, Chiefs – 27 ans – 55 plaquages, 13 sacks, 7 fumbles forcés en 16 matchs) : une solution logique sur plusieurs plans. D’abord, il serait intéressant de retenir Ford pour une saison, histoire qu’il confirme sa meilleure saison. Car le 23e choix de la Draft 2014 a eu la fâcheuse tendance d’alterner le bon et le moins bon depuis son arrivée dans la ligue. Quatre sacks en 2015, 10 en 2016, 2 en six matchs en 2017… puis l’explosion avec 13 sacks la saison dernière. À lui de confirmer qu’il est bien un des éléments stables de la faible défense de Kansas City.

Ce serait une bonne idée

Frank Clark (DE, Seahawks – 25 ans – 41 plaquages, 13 sacks, 1 interception, 3 fumbles forcés en 16 matchs) : si Bobby Wagner reste l’homme de base de la défense de Seattle, Frank Clark s’est imposé l’an dernier comme un co-pilote haut vol. Il l’assure, il a joué la saison écoulée à 60% à cause de problèmes ligamentaires au coude. Raison de plus pour le payer à 100%. Seattle donne l’impression de pouvoir faire du bon boulot en défense avec n’importe quels joueurs, mais Clark serait difficile à remplacer.

Landon Collins (S, Giants – 25 ans – 96 plaquages, 4 passes déviées, 1 fumble forcé en 12 matchs) : dans les rumeurs de transfert à l’automne, et si Landon Collins était finalement conservé à prix fort ? Les safety de son calibre son rares. Il est un des rares éléments réguliers de la défense.

Trent Brown (LT, Patriots – 25 ans – 16 matchs débutés) : à 1,9 million de dollars pour la saison écoulée, Brown était une des bonnes affaires de la saison. Maintenant, il va passer à la caisse. Si les Patriots ne veulent pas payer, quelqu’un d’autre le fera. Pour que Tom Brady continue à mener son équipe à la victoire, il faut le garder debout. Et Brown a aidé à faire ça au fil des semaines. Trey Flowers pourrait aussi être une option pour le tag de New England.

Grady Jarrett (DT, Falcons – 25 ans – 52 plaquages, 6 sacks, 3 fumbles forcés en 14 matchs) : un homme de l’ombre, mais un homme essentiel au succès de la défense d’Atlanta.

C.J. Mosley (LB, Ravens – 26 ans – 105 plaquages, 0,5 sack, 5 passes déviées, une interception en 15 matchs) : la défense de Baltimore a encore joué à très haut niveau lors de la saison écoulée, et Mosley n’y est pas pour rien. Le soucis ? Le tag devrait être à 15,7 millions pour les linebackers. C’est plus que les 10 à 12 millions annuels touchés par les joueurs les mieux payés au poste d’inside linebacker. Le tag pourrait donc être surtout un moyen de gagner du temps pour négocier.

Ja’Wuan James (OT, Dolphins – 26 ans – 15 matchs débutés) : pas une superstar, mais un des rares éléments solides des Dolphins. Ce serait un tag en forme de pari, en tablant sur une poursuite de la montée en puissance du joueur. Mais ce sera difficile, car Miami a peu d’espace disponible dans la masse salariale pour le moment (11,3 millions de dollars).

Les drôles d’histoires

Nick Foles (QB, Eagles – 30 ans – 72,3% de passes complétées, 7 touchdowns, 4 interceptions en 5 matchs) : les Eagles vont-ils tagger Foles pour l’échanger dans la foulée ? Est ce que la procédure est légale ? Les franchises sont, en effet, censées tagger les joueurs en voulant s’engager dans une négociation de bonne foi sur un nouveau contrat.

Le’Veon Bell (RB, Steelers – 26 ans – absent en 2018) : Pittsburgh ne placera pas un franchise tag exclusif sur son joueur. Mais le transition tag est une possibilité, selon ESPN. Cela placerait une étiquette à 14,5 millions sur le coureur. Surtout, cela permettrait aux Steelers de s’aligner sur toutes les offres qui seraient faites au coureur. De quoi prolonger la saga de quelques semaines.

Advertisement
tdabannierehrc

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une

Touchdown Actu

GRATUIT
VOIR