Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

AAF

Une semaine en AAF : Orlando magique, Arizona à réaction

Des fins de match à suspense, des défenses au rendez-vous, quelques gros chocs et de belles réceptions, voilà le programme de cette deuxième semaine de compétition.

Birmingham Iron (2-0) – Salt Lake Stallions (0-2) : 12-9

Pas grand chose à retenir si ce n’est que Birmingham porte bien son nom. À défaut d’être spectaculaire, l’équipe d’Alabama est solide, la défense et jeu au sol règnent en maitre. L’action n’était pas au rendez-vous, les locaux ne faisant la différence qu’à 4 minutes 40 de la fin du match sur un touchdown à la course de Trent Richardson (19 portées, 41 yards, 1 touchdown).

Les équipes spéciales ont fait la différence. Peu importe la ligue, les kickers ont les même difficultés à performer. Taylor Bertolet des Stallions est le héros malheureux du jour avec trois tentatives manquées, dont le dernier à un peu plus d’une minute du terme de la partie qui aurait pu faire recoller les visiteurs au score.

Les Iron ont eu beaucoup de mal pendant trois quart-temps et il a fallu un coup du sort pour les voir reprendre vie dans une partie bien terne. Sur retour de punt, le cornerback de Birmingham Jamar Summers arrache le cuir des mains du retourneur De’Mornay Pierson-El, Shaheed Salmon récupère et s’en va inscrire la touchdown qui permet à son équipe de recoller au score avant le dernier acte (6-9).

Si les joueurs d’Alabama n’ont pas beaucoup produit avec seulement 216 petits yards gagnés, la défense des Stallions et Karter Schult en particulier en sont les principales raisons. Avec deux sacks, 6 plaquages, 4 quarterbacks hits et un fumble forcé, le defensive end de Salt Lake a été élu homme du match. Il a aussi arrêté un fake punt et contré une tentative de conversion à deux points.

Les visiteurs ont aussi éprouvé les pires difficultés pour avancer. Amputée de leur quarterback titulaire Josh Woodrum avec une blessure aux ischio-jambiers, le poids de l’attaque reposait sur les épaules d’Austin Allen (15/31, 114 yards). Maladroit et peu précis, il a laissé le cuir au duo de running backs Branden Oliver (14 portées pour 59 yards) – Joel Bouagnon (11 portées, 70 yards, 1 touchdown) pour les faire avancer, ce dernier se chargeant de marquer le premier touchdown du match en fin de première mi-temps. Trop peu pour espérer quelque chose.

Memphis Express (0-2) – Arizona Hotshots (2-0) : 18- 20

Avant la rencontre, les Hotshots étaient largement favoris pour l’emporter. Mais ce ne sont pas les chiffres qui sont sur le terrain et Memphis a fait mieux que se défendre après le non-match de la semaine passée (défaite 26-0). Pour leur première au Liberty Bowl Memorial Stadium, les locaux ont dominé une grande partie du match en créant des pertes de balle adverse et en pilonnant au sol par l’intermédiaire de Zac Stacy (19 portées, 101 yards, 1 touchdown). Arizona a su faire le dos rond pour revenir progressivement dans le match, Tim Cook ( 13 portées, 73 yards + 1 réception, 4 yards, 1 touchdown) marquant le touchdown de la gagne à sept minutes de la fin du match sur une réception de quatre yards.

La défense des Express a marqué son territoire en début de rencontre : Fumble récupéré, interceptions, tout y passe. Josh Jasper (2/2) par deux fois sur field goals et Stacy sur un touchdown au sol permettent à Memphis de prendre le large.

Après plus de 40 minutes lamentables, Arizona émerge enfin en toute fin de troisième quart-temps pour revenir dans la partie. Josh Wolford (14/22, 194 yards, 2 touchdowns, 2 interceptions) trouve Rashad Ross (4 réceptions, 67 yards, 1 touchdown) pour un touchdown de 16 yards. À partir de ce moment, le match s’emballe et le dernier acte est des plus intéressant. Sur une longue chevauchée de 49 yards, Stacy place idéalement Christian Hackenberg (14/25, 102 yards + 7 portées, 39 yards au sol, 1 touchdown) qui conclut le drive par six nouveaux points sur une course de 4 yards, avec au passage un bon tampon dans les gencives en guise de célébration (18-6).

On pensait le match plié mais les visiteurs ont inversé la tendance au moment où Justin Stockton ( 4 portées, 54 yards, 1 touchdown) s’est empressé de rejoindre la end-zone adverse après une course d’obstacle de 45 yards, touchdown transformé à deux points dans la foulée. Memphis est alors resté sans réaction au contraire d’Arizona qui est allé chercher le touchdown victorieux. Dommage pour les Express qui n’ont pas su gérer leur avantage alors qu’ils avaient la main mise sur le match.

San Antonio Commanders (1-1) – Orlando Apollos (2-0) :  29-37

Le meilleur match du week-end avec encore une fois une foule venue en nombre dans le Texas. Orlando à la traîne pendant la majeure partie du match s’en est tiré après avoir surmonté un déficit de neuf points au quatrième quart-temps. Le quarterback des Apollos Garrett Gilbert (19/28, 393 yards, 2 touchdowns) a été impressionnant sur ce match. Passes courtes ou profondes, il a fait admirer sa technique et la puissance de son bras, en trouvant constamment ses receveurs avec quelques belles passes bien distillées.

Gilbert a terminé la partie avec 393 yards dans les airs dont 192 pour Charles Johnson (7 réceptions, 192 yards, 1 touchdown) avec un touchdown en fin de première mi-temps. Une seconde passe de touchdown pour Jalin Marshall (3 réceptions, 84 yards, 1 touchdown) dans le quatrième quart-temps a permis aux Apollos de recoller au score.

La défense floridienne a alors pris les choses en main pour permettre à l’équipe de Steve Spurrier de remporter une seconde victoire. À 29 partout et un peu plus de sept minutes à jouer, Keith Reaser a intercepté Logan Woodside (20/39, 223 yards, 1 touchdown, 1 interception) pour un pick-6 fatal aux texans. Sur le drive suivant, Orlando acculé contre sa ligne d’en-but a tenu bon pour conserver l’avance et sceller définitivement le sort de la rencontre.

Avec Woodside rentré en cours de match, San Antonio a bien joué. Si la précision a manqué au jeune quarterback, il  tout de même fait avancer son équipe jusqu’à son erreur fatale en fin de match. Kenneth Farrow (13 portées, 74 yards, 1 touchdown) bien en jambe, est resté une menace crédible au sol. La défense a apporté sa pierre à l’édifice avec le sack de Jayrone Elliott et le touchdown de Joey Mbu dans la continuité. Cette recette a fonctionné pendant trois quart-temps avant que l’escouade défensive adverse ne se réveille pour offrir aux spectateurs la meilleure rencontre de ce début de saison.

« Garret (Gilbert) a magnifiquement lancé la balle, nos receveurs ont tout capté et notre défense s’est réveillée en deuxième mi-temps. C’est une bonne victoire pour nous.» Steve Spurrier (head coach des Apollos) au micro de CBS Sports.

Même avec cette défaite, San Antonio semble faire partie des trois meilleures équipes de la ligue jusqu’à présent. Orlando de son côté est celle qui a fait la meilleure impression et va tenter de poursuivre son chemin la semaine prochaine contre Memphis à domicile.

San Diego Fleet (1-1) – Atlanta Legends (0-2) : 24-12

Avec le retour du football à San Diego sous la pluie, les Fleet n’ont pas pris de risque et ont appuyé à la course avec un Ja’Quan Gardner des grands soirs (15 portées, 104 yards, 2 touchdowns). Alors mené 12-9, les californiens se sont tournés vers leur running back au quatrième quart-temps pour prendre les devants puis pour plier la rencontre avec deux touchdowns au sol à la clé.

Les défenses ont rapidement pris le dessus et la plupart des points marqués l’ont été sur field goals en début de partie, annonçant un combat serré d’un bout à l’autre du temps réglementaire. Matt Simms (17/25, 160 yards, 1 touchdown, 1 interception) a tout de même réussi à se connecter avec Malachi Jones (3 réceptions, 37 yards, 1 touchdown) dans le premier quart-temps, avec une passe de 19 yards pour le touchdown. La seule action d’éclat du premier acte. Les Legends regagnent les vestiaires avec un avantage de trois points. (6-9).

Les défenses ont repris leurs entreprises de démolition en deuxième mi-temps, les deux équipes n’inscrivant que des points au pied. Le quarterback des Fleet Philip Nelson (14/30, 142 yards, 1 interception) devait quant à lui faire preuve d’imagination pour compléter ses passes. Après tant d’effort, la défense d’Atlanta a fini par craquer sous les coups de boutoir de Gardner et l’agressivité de la flotte de San Diego. Deux touchdowns plus tard,  ils pouvaient offrir à leur public un premier succès dans cet exercice.

La semaine prochaine

Samedi 23 février à 21h00* : Salt Lake Stallions (0-2) – Arizona Hotshots (2-0).
Dimanche 24 février à 02h00* : Orlando Apollos (2-0) – Memphis Express (0-2).
Dimanche 24 février à 22h00* : Atlanta Legends (0-2) – Birmingham Iron (2-0).
Lundi 25 février à 2h00* : San Diego Fleet (1-1) – San Antonio Commanders (1-1).

* En heures françaises.

Advertisement
tdabannierehrc

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une

Touchdown Actu

GRATUIT
VOIR