Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Draft 0

Draft NFL 2019 : l’analyse complète du premier tour

Tous les choix du premier tour de la Draft NFL analysés en temps réel.

Draft NFL 2019 : l’analyse complète du premier tour

Voilà, le 1e tour de la draft 2019, ou du repêchage comme disent nos amis Québecois, est terminé. Au rayon des surprises Clelin Ferrell choisi quatrième, l’échange des Steelers pour gagner dix places et l’intelligent mouvement des Eagles pour prendre le tackle Andre Dillard. L’évènement ? Les Giants ont un quarterback du futur : Daniel Jones. Et ils n’ont pas eu 2 mais 3 choix du premier tour, voilà le fameux plan dont parlait Dave Gettleman. Et Sinon Josh (Rosen) ça va ?

Rendez-vous la nuit prochaine pour les tours 2 et 3 et en attendant le podcast d’ici une soixantaine de minutes, voici le récapitulatif écrits des 32 choix de cette soirée mémorable.

1- Arizona Cardinals : Kyler Murray, QB, Oklahoma

Murray, sans manquer de respect au joueur des Ravens, est un meilleur lanceur que Lamar Jackson mais, si vous pensez que Lamar Jackson sait courir alors attendez de voir Kyler Murray ! Dans la Big 12 « la question n’était pas de savoir qui allait le plaquer mais qui pourrait au moins le toucher » : Mike Gundy, coach de Oklahoma State. Qui hormis les fans et quand ils ont joué contre votre équipe a volontairement regardé un match des Cardinals en 2018 ? Vous serez bien plus nombreux à le faire en 2019 et la raison tient en quatre syllabes : Kyler Murray. La rumeur des Cardinals voulant Kyler Murray n’était donc pas un écran de fumée, ou si fumée il y avait c’était parce qu’ils étaient vraiment en feu pour lui.

2- San Francisco 49ers : Nick Bosa, DE, Ohio State

Cette année le numéro 2 de la draft est donc le joueur qui sera charger de chasser le numéro 1. Et deux fois par saison s’il vous plait. En 2018 les 49ers ont établit un record dont ils se seraient bien passés : le plus faible nombre de turnovers forcés de l’histoire ! Si les Bears de 2016 n’ont récupéré que 11 ballons, la défense des niners en a provoqué seulement 7 l’an passé. Nick Bosa devrait aider dans ce domaine. Il rejoint donc en tant que premier tour de la draft, son frère Joey (Chargers) et son père John (Dolphins 1987).

3- New York Jets : Quinnen Williams, DT, Alabama

Une seule saison en tant que titulaire mais quelle saison : 19,5 plaquages pour pertes, 8 sacks. On parle pourtant d’un nose tackle ! Le coordinateur défensif Gregg Williams, après avoir coaché Aaron Donald chez les Rams, a un nouveau jouet. « All about mama ? » lui demande Deion Sanders sur le podium. Sa mère qui le regarde de là-haut depuis quelques années. Ne vous fiez pas à son visage poupon, Q sur le terrain, est un démon !

4- Oakland Raiders : Clelin Ferrell, DE, Clemson

Demi-surprise ici. Clelin Ferrell est bon mais vaut-il un choix numéro 4 ? Double champion universitaire, il est un joueur prêt à contribuer dès le premier match. Il répond au besoin majeur de l’équipe depuis l’échange de Khalil Mack à Chicago. Enfin, fils de militaire il a aussi pour lui, une discipline et une mentalité de travailleur humble qui plait tant aux staffs NFL. Demi mais surprise tout de même car des joueurs avec davantage de potentiel sont disponibles.

5- Tampa Bay Buccaneers : Devin White, LB, LSU

Après avoir perdu Kwon Alexander à l’intersaison, les Buccs récupèrent le meilleur linebacker de cette draft. En étant le numéro 5 de la draft, White va pouvoir acheter une selle estampillée Buccaneers pour Ricky Bobby, le premier de ses sept chevaux à moins qu’il l’utilise sur son dernier : Daisy Mae. Ancien coureur au lycée, il est devenu au niveau supérieur un chasseur hors-norme des running-backs adverses : McCaffrey, Freeman et Alvin Kamara vont s’en rendre compte.

6- New York Giants : Daniel Jones, QB, Duke

Voilà ! ça c’est fait. Les Giants ont leur quarterback du futur et son nom est Daniel Jones. Vous avez déjà entendu parler de sa connexion avec les frères Manning, technique et avec davantage de mobilité qu’il n’y parait, il est le futur des G-Men à la position. Dwayne Haskins ? Fan affiché de la franchise, il ne rejoindra pas l’équipe de ses rêves.

7- Jacksonville Jaguars : Josh Allen, DE, Kentucky

Les Jaguars ont besoin de mieux protéger Nick Foles. Les Jaguars doivent donner une cible fiable à Nick Foles. Oui. Oui mais Josh Allen est le meilleur joueur disponible. À sa sortie de lycée il est le prospect numéro 2121. À sa sortie d’université il est le numéro 7 de la draft ! La franchise Floridienne améliore sa pression sur le quarterback adverse, de quoi retrouver une défense aussi terrifiante qu’en 2017 ? Auteur de 17 sacks en 2018, il monte sur le podium avec dans les bras, son fils Wesley.

8- Detroit Lions : TJ.Hockenson, TE, Iowa

Va t’on bientôt l’appeler le Hock ? Okay, on se calme. Son prédécesseur George Kittle est en train de se faire un nom au plus haut niveau alors, si Hockenson pouvait avoir ce niveau d’ici deux ans, ce serait déjà un bon choix pour les Lions de Detroit. Après une épreuve personnelle difficile, nul doute que ce choix redonne un peu de sourire à Matthew Stafford. Bon bloqueur, il est aussi performant pour attraper les ballons. Coach Patricia connait mieux que quiconque la valeur d’un tight-end de haut niveau.

9- Buffalo Bills : Ed Oliver, DT, Houston

Ce Texan pur souche vient renforcer l’intérieur de la ligne défensive de Buffalo. Tous les quarterbacks sont plus vulnérables depuis l’intérieur. Surtout les « pocket passer » dont Tom Brady est le GOAT. Au combine ou à son proday il court comme le TE Hockenson (4,73 contre 4,70), il saute aussi haut que le safety Gardner-Johnson (0,91 cms), aussi loin que le LB Devin White (3m), il soulève 32 fois la barre de 100kg comme Suh en 2010. La définition même du freak !

10- Pittsburgh Steelers : Devin Bush, LB, Michigan

WOW ! Le premier échange de cette draft ne l’est pas pour un quarterback. La franchise en noir et jaune s’arrangent avec les Broncos de Denver pour passer de la 20e à la 10e position. Encore une histoire de famille : Devin Bush junior sur les traces de son père, un safety choisi au 1e tour par les Falcons en 1995, puis vainqueur du Super Bowl avec les Rams de StLouis à l’issue de la saison 1999. Avec sa vitesse, il vient remplacer dans le schéma défensif le rapide Ryan Shazier. Un Wolverine du Michigan pour remplacer un ancien de Ohio State, comme quoi tout est possible dans le football.

11- Cincinnati Bengals : Jonah Williams, OT, Alabama

Quarterback avec Haskins ? Non. Après Marvin Lewis, Andy Dalton sera aussi l’homme de Zac Taylor. La franchise lui offre même une meilleure protection avec le tackle champion universitaire en 2017. Bon en protection et solide pour le jeu de course, il a de l’expérience pour jouer des deux cotés de la ligne.

12- Green Bay Packers : Rashan Gary, DE, Michigan

Incroyablement athlétique pour son gabarit, la franchise du Wisconsin renforce sa ligne défensive. Si Roger Goodell annonce le choix en le présentant comme un linebacker, Gary est un pass rusher. Les experts se demandaient quelle serait sa meilleure position chez les professionnels. La question reste posée : jouera t’il en tant que outside linebacker ou davantage upfront en tant que 34DE ?

13- Miami Dolphins : Christian Wilkins, DT, Clemson

les Dolphins s’offrent un leader : apprécié car il est gentil, écouté car il est charismatique, respecté car il est bon sur le terrain. L’entraineur de la ligne défensive des Dolphins, Marion Hobby, est un ancien de Clemson et il y a entrainé Wilkins. S’ils préparent surtout 2020, dès 2019 Miami renforcent sa défense et fait un cadeau de bienvenu au nouvel entraineur, le spécialiste de la défense Brian Flores. Un choix que Roger Goodell ne saurait désapprouver :

14- Atlanta Falcons : Chris Lindstrom, G, Boston College

Connu pour drafter selon les besoins de son équipe (davantage que sur le meilleur joueur ou la valeur de position), Thomas Dimitroff apporte à son entraineur un joueur pour solidifier la ligne offensive. Monstre pour le jeu de course, Lindstrom est pour beaucoup dans le succès du coureur AJ Dillon. Lors du Senior Bowl, il confirme ses aptitudes techniques ainsi que son jeu physique. Il est un joueur affublé des termes « proready » et « ready to contribute » (prêt à jouer dès à présent).

15- Washington Redskins : Dwayne Haskins, QB, Ohio State

Originaire de l’état du Maryland, Haskins rentre à la maison. Snobé par les Giants, il va maintenant s’employer à leur faire regretter leur choix deux fois par an. La carrière d’Alex Smith est entre parenthèses après sa blessure et les Redskins avaient besoin d’une solution viable au poste si important de quarterback. Sa venue refroidit Colt et Case mais chauffe d’espoirs les fans de la capitale.

16- Carolina Panthers : Brian Burns, DE, Florida State

Avec la retraite de Julius Peppers, le besoin principal de la franchise de Charlotte était de trouver quelqu’un pour aider à le remplacer. Celui qui célèbre ses sacks en prenant une pose Spiderman le fera désormais avec une équipe chère au basketteur Stephen Curry. Si son jeu félin rappelle davantage celui d’un jaguar, il devient une panthère.

Le pass rusher Brian Burns mettra ses super pouvoirs au service des Panthers

17- New York Giants : Dexter Lawrence, DT, Clemson

Et voici le 3e membre de la ligne défensive de Clemson. Dave Gettleman, habitué à construire sur la Dline (Lotulelei, Short, Butler) ajoute à Tomlinson et Hill, un nose tackle de premier choix. Dans une division où il faut stopper les courses de Zeke Elliott, d’Adrian Peterson et du nouveau-venu Jordan Howard, les Giants s’offrent un mur sur le premier rideau. Bon par lui-même, il améliore aussi ses coéquipiers de par les prises à deux qu’il suscite.

18- Minnesota Vikings : Garrett Bradbury, C, North Carolina State

Y a t’il un fan des Vikings se souvenant du guard Marcus Johnson ? Jusqu’à aujourd’hui celui qui a joué 4 saisons dans le Minnesota était le plus haut choix, dans leur histoire, utilisé par la franchise sur un joueur de ligne offensive intérieur. C’était en 2005 avec le choix 49. Désormais ce « record » appartient à ce joueur remportant ses duels grâce à sa technique très élaborée.

19- Tennessee Titans : Jeffery Simmons, DT, Mississippi State

2020. Il ne sera pas disponible avant 2020 (suivant les pronostics actuels) mais quel joueur. Annoncé comme un choix du top 10 voire mieux avant sa blessure, il glisse dans les bras de l’ancien linebacker Mike Vrabel. Agressif et complet car il défend aussi bien la course que la passe, les Titans investissent sur l’avenir avec ce choix. Une tactique qui a bien fonctionné pour les Cowboys avec Jaylon Smith, une tactique que les Eagles espèrent payante avec Sydney Jones.

20- Denver Broncos : Noah Fant, TE, Iowa

Après avoir récupéré un choix du second tour (52) et un du troisième en 2020 de la part des Steelers, John Elway choisit le tight-end Noah Fant. Si Joe Flacco a montré une qualité, c’est bien celle de savoir utiliser ses tight-ends alors tout en cohérence, le staff lui offre une cible de choix. Ancien dunkeur au lycée dans le Nebraska, Fant est plus costaud que Evan Engram (Giants) et plus mobile que Eric Ebron (Colts).

21- Green Bay Packers : Darnell Savage, S, Maryland

TRADE. Les Packers donnent 2 choix du quatrième tour à Seattle et avec le 21 ils choisissent le safety Darnell Savage. Le joueur de l’université de Maryland est ce que l’on appelle un late riser : un joueur ayant vu sa cote monter en flèche depuis quelques jours. Adepte de schémas agressifs depuis la secondary, Mike Pettine obtient un safety complet et physique.

22- Philadelphia Eagles : Andre Dillard, OT, Washington State

Contre deux choix du samedi (4e + 6e tour), les Eagles obtiennent le choix numéro 22 de la part des Ravens. Pourquoi font-ils cela au lieu de l’attendre avec le choix numéro 25 ? Parce que les Texans de Houston ont eux-aussi besoin de renfort au poste de tackle et possèdent le choix 23. Mobile, Dillard est considéré comme le meilleur à son poste au niveau de la protection du quarterback. Fils d’un ancien lineman offensif, il est l’avenir, celui qui remplacera le futur HoFamer Jason Peters.

23- Houston Texans : Tytus Howard, OT, Alabama State

Tout comme l’avait fait le joueur des Eagles Lane Johnson, Tytus Howard a tout d’abord joué comme quarterback avant de jouer comme tight-end puis, sur la ligne offensive. Athlétique et mobile, il vient aider DeShaun Watson à rester en vie : penser qu’il pourrait survivre à une autre saison en encaissant 62 sacks est une hérésie.

24- Oakland Raiders : Josh Jacobs, RB, Alabama

La retraite de Marshawn Lynch a t’elle joué un rôle dans ce choix ? Avec seulement le puissant mais limité Isiah Crowell et le plus dynamique mais tout aussi limité Jalen Richard, Mike Mayock offre à son coach le meilleur coureur de cette cuvée : il est physique et peut courir au milieu, il a suffisamment de vitesse pour s’échapper vers l’extérieur et bonus indispensable de nos jours, il sait aussi attraper les passes. Quand la saison débute, il est le 3e coureur de la powerhouse Alabama, derrière le numéro un Damian Harris et l’espoir plein de potentiel Najee Harris. Pourtant, Jacobs s’impose et s’il partage avec eux les portées, il est celui qui joue quand ça compte vraiment. Cette répartition dans un comité est un autre atout à son crédit : il porte le ballon 251 fois en trois saison quand à Iowa David Montgomery le porte 257 fois sur la seule saison 2018.

25- Baltimore Ravens : Marquise Brown, WR, Oklahoma

Hollywood dans le Maryland. Le cousin de l’ex-Steeler Antonio Brown rejoint les rivaux de division pour y aider le jeune Lamar Jackson. Ce dernier, s’il n’est pas le passeur le plus accomplit, possède neanmoins un bras très puissant qu’il va pouvoir mettre en valeur avec la vitesse du partenaire de Kyler Murray en NCAA. Interviewé sur le podium, il fond en larmes d’émotions et fera désormais la paire avec le dalaï-lamar. Comparé à DeSean Jackson, à TY.Hilton ou à son cousin, il vient dynamiter une AFC Nord remplie de joueurs aux profils excitants.

26- Washington Redskins : Montez Sweat, DE, Mississippi State

Pas de choix du premier tour pour les Colts : contre deux choix du 2e tour (2019 et 2020), les Redskins récupèrent le pass rusher Montez Sweat. Un problème cardiaque lui fait perdre quelques places alors qu’il était envisagé plus haut. Montez Sweat est fort : 22,5 sacks ces deux dernières saisons. Plus fort encore, il court le 40 yards en 4,41 alors qu’il pèse 118 kilos. Définitivement plus fort encore, il joue actuellement les playoffs NBA avec les Clippers sous le nom de Garrett Temple..

27- Oakland Raiders : Johnathan Abram, S, Mississippi

Après Josh Jacobs, les Raiders restent fidèles à la conférence S.E.C avec la sélection du Bulldog Abram. Plaqueur féroce, il viendra surtout prêter mains fortes dans la fameuse boite. Melvin Gordon, Phillip Lindsay et les Chiefs vont redouter sa présence pour stopper le jeu au sol. Durant l’intersaison Mike Mayock a renforcé la couverture avec la signature de LaMarcus Joyner, là il améliore le leadership, l’attitude et la physicalité contre la course. Après ses trois premiers choix une chose est certaine concernant le nouveau manager des Raiders : la production au niveau universitaire est un critère important pour rejoindre les silver&black.

28- Los Angeles Chargers : Jerry Tillery, DT, Notre Dame

Besoin principal avec le coté droit de la ligne offensive, les Chargers améliorent l’intérieur de la ligne défensive. Grand avec de longs bras, il sait s’infiltrer entre le guard et le centre pour stopper le coureur ou pour mettre à terre le quarterback adverse. Avec la redoutable attaque des Chiefs de Kansas City dans la division, Tom Telesco donne au coordinateur défensif Gus Bradley, une première ligne composée de Melvin Ingram, Justin Jones, Jerry Tillery et de Joey Bosa. Pas mal non ?

29- Seattle Seahawks : LJ Collier, DE, TCU

Joueur puissant et au jeu agressif, Collier vient remplacer Frank Clark parti dans le Missouri. Un défenseur au jeu physique à l’image d’anciens de la maison comme Cliff Avril ou Michael Bennett.

30- New York Giants : DeAndre Baker, CB, Georgia

Retour des NewYorkais au premier tour après un échange avec Seattle. Le premier et seul cornerback de la classe 2019 jouera donc dans la grosse pomme. Son profil : celui d’un shutdown corner, un joueur ayant accordé très peu de touchdowns dans la féroce conférence S.E.C.

31- Atlanta Falcons : Kaleb McGary OT Washington

Choix acquis des Rams de Los Angeles. Titulaire depuis trois saisons avec l’université surnommée U-Dubb, McGary vient remplacer Ryan Schraeder dans l’effectif. Joueur physique et nasty, il vient apporter également une attitude qui a parfois manqué en 2018 de ce coté du ballon chez les Falcons.

32- New England Patriots : N’Keal Harry, WR, Arizona State

Les Patriots avaient besoin d’un receveur, ils en prennent un. Logique. Harry est grand et peut redonner à Boston un peu de la production en end-zone que l’équipe a perdu avec la retraite du tight-end Rob Gronkowski.

Advertisement
tdabannierehrc

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une

Touchdown Actu

GRATUIT
VOIR