Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Chroniques Histoire

L’histoire de la NFL : de l’émergence du jeu aux débuts professionnels

Découvrez l’histoire de la National Football League, plus grande réussite de l’histoire du sport américain.

La NFL est puissante aujourd’hui, mais croyez-le ou non, elle a connu des débuts bien modestes. À l’approche des dernières heures de cette centième saison, TDActu vous propose de découvrir les origines de la ligue sportive la plus riche du monde.

La naissance du football

Le sport que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de football était à l’origine nommé « gridiron football », en référence aux lignes verticales tracées sur le terrain. Etroitement lié à deux sports anglais, le rugby et le soccer, le « gridiron football » a vu le jour à la fin du XIXème siècle dans des universités nord-américaines. Le 6 novembre 1869, les joueurs de Princeton et Rutgers ont tenu leur premier match inter-collégial à New Brunswick, dans le New Jersey. Il était basé sur un style de jeu proche du soccer, dont les règles ont été adaptées de la London Football Association.

Alors qu’un certain nombre d’autres universités d’élite du Nord-Est des Etats-Unis se sont lancées dans la discipline dans les années 1870, Harvard a maintenu ses distances en adoptant le « Boston Game », sport hybride à mi-chemin entre le rugby et le soccer. En mai 1874, après une opposition face à l’université de McGill de Montréal, les joueurs d’Harvard ont décidé qu’ils préféraient suivre les règles de l’établissement canadien, plus proche du rugby. En 1875, Harvard et Yale se sont affrontés pour la première fois, et les joueurs de Yale ont également approuvé le style rugbystique de la discipline. Style qui a gagné les faveurs des grandes écoles, et le football moderne a commencé son développement à partir de ce point de départ.

Walter Camp était le personnage central dans la transition entre les deux disciplines. Connu comme « le père du football américain », il était étudiant en médecine à Yale de 1876 et 1881, mais aussi halfback (ancêtre du running-back) et capitaine dans l’équipe de football, équivalent du head coach à l’époque. Plus important encore, il a été la force directrice au sein du comité des règles de la nouvelle fédération créée, l’Intercollegiate Football Association (IFA), dont les premières règles ont été écrites en 1876 lors de la Massassoit Convention.

Grâce à Camp, l’IFA a apporté deux innovations clés au jeu naissant. Elle a supprimé la mêlée d’ouverture et a introduit l’exigence selon laquelle une équipe doit rendre le ballon à l’adversaire si elle n’a pas parcouru la distance nécessaire en un certain nombre de tentatives (downs). Parmi les autres innovations, Camp est aussi à l’origine des escouades à 11 joueurs sur le terrain, la position de quarterback, la ligne de scrimmage, les signaux d’appel offensifs et l’échelle de score différencié, avec deux points pour un touchdown, quatre points pour la transformation après un touchdown et cinq points pour un field goal. Le field goal est par la suite passé à 3 points en 1909 et le touchdown à 6 en 1912.

En plus de son travail au sein du comité, il a également entrainé Yale entre 1888 et 1892 (67 victoires, 2 défaites), tout en travaillant comme cadre dans une entreprise de fabrication de montres.

L’équipe de Yale de 1876 avec au premier rang, au centre Walter Camp (Photo : AS Lagny Rugby).

Début du professionnalisme

À une époque où le football était une attraction majeure pour les sections d’athlétisme locales, une compétition intense entre deux clubs de la région de Pittsburgh, l’Allegheny Athletic Association (AAA) et le Pittsburgh Athletic Club (PAC), a donné naissance au premier joueur professionnel. Le 12 novembre 1892, l’ancien joueur de Yale, William « Pudge » Heffelfinger, a été payé 500$ par l’AAA pour disputer une rencontre face à son adversaire, devenant ainsi la première personne à être payée pour jouer au football. Heffelfinger a permis à son équipe de remporter la partie 4-0 en récupérant un fumble et remontant 35 yards pour un touchdown.

Pendant près de 3 décennies, le football professionnel a connu des hauts et des bas, le jeu se jouant principalement dans de petites villes de l’Ouest de la Pennsylvanie ou du Midwest. Premier contrat sur une saison (Grant Dibert), première équipe entièrement professionnelle (Allegheny Athletic Association) pour arriver en 1895 à la première rencontre professionnelle à Latrobe en Pennsylvanie, entre l’équipe locale et celle de Jeannette. Au cours des années suivantes, de nombreuses autres équipes ont été formées comme les Duquesnes de Pittsburgh, les Olympics de McKeesport, les Bulldogs de Canton et les Tigers de Massillon. Willie Heston (Université de Michigan), Fritz Pollard (Brown) et Jim Thorpe (Carlisle Indian School) étaient les joueurs vedettes durant les premières années.

Au début des années 1900, contrairement au monde professionnel qui attirait peu le regard du public, les rencontres universitaires étaient des spectacles sportifs populaires. Mais elles étaient extrêmement dures, avec beaucoup de blessures et quelques décès à déplorer. Beaucoup d’éducateurs ont envisagé d’abandonner ce sport malgré la popularité, et le président des Etats-Unis, Théodore Roosevelt, a demandé à ce que le jeu soit rendu plus sûr. Les autorités ont réorganisé la discipline, les tactiques les plus brutales ont été interdites et les équipements de protection ont fait leur apparition. Des entraineurs universitaires comme Amos Alonzo Stagg, Pop Warner, Bob Zuppke et Knute Rockne ont développé les premières techniques offensives et formations. Suivant très peu de précédents historiques, ces hommes ont inventé des stratégies uniques qui ont changé la nature du football pour toujours.

William Heffelfinger, premier joueur professionnel (Photo : Miller Sport Update).

La mise en place de la première ligue

Alors que des équipes professionnelles ou semi-professionnelles s’organisaient à travers le pays, plusieurs tentatives ont été faites pour mettre sur pied une ligue de football professionnelle. En 1902, il y en avait même une qui s’appelait la National Football League, avec des équipes de joueurs de baseball de Philadelphie. Mais par manque de moyens, celle-ci comme bien d’autres, ont vite disparu. Le football s’est avéré un sport viable pour la première fois dans les années 1910 avec la création de l’Ohio League. L’équipe de Canton mettait en vedette le légendaire Jim Thorpe, décathlonien médaillé d’or à Stockholm en 1912, passé par les Giants de New York en baseball, qui a aidé à légitimer la discipline grâce à son parcours. La foule amenée par Thorpe et son équipe  a créé un marché dans l’Ohio et au-delà. Malgré tout, la ligue éprouvait des difficultés en raison de l’escalade des salaires, de la dépendance à l’égard des joueurs universitaires qui devaient alors renoncer à leur admissibilité, et surtout d’un manque général d’organisation qui l’empêchait de se développer davantage.

Conscients de cela, les propriétaires de Canton, Akron, Cleveland et Dayton se sont réunis à Canton le 20 aout 1920 dans la salle d’exposition automobile Jordan et Hupmobile de Ralph Hay, propriétaire des Bulldogs. Cette réunion a abouti à la formation de l’American Professional Football Conference. Selon le Canton Evening Repository, l’objectif de la nouvelle entreprise était « d’élever le niveau du football professionnel de toutes les manières possibles, d’éliminer les enchères de joueurs entre clubs rivaux et de garantir la coopération dans la formation des programmes. »

Près d’un mois plus tard (17 septembre), un accord était prêt à être conclu. Hay a rassemblé les représentants de 11 équipes de football professionnels dispersées dans l’Ohio (Akron Pros, Canton Bulldogs, Cleveland Indians, Dayton Triangles, Massillon Tigers), l’Illinois (Rock Island Independents, Decatur Staleys, Chicago Cardinals), l’Indiana (Hammond Pros, Muncie Flyers), New York (Rochester Jeffersons), pour officialiser l’organisation, connue désormais comme l’American Professional Football Association (APFA). Ils étaient les fondateurs de la ligue qui allait devenir la NFL. Espérant capitaliser sur sa renommée, les membres ont élu Jim Thorpe comme président et Stanley Cofall de Cleveland, vice-président. Un droit d’entrée de 100$ par formation était demandé pour donner une apparence de respectabilité, bien qu’aucune équipe ne l’ait jamais payé. Les équipes se sont engagées à ne faire appel à aucun joueur étudiant ayant encore le droit d’évoluer en université, car elles pensaient que la bonne volonté des universités était essentielle à la survie de la ligue professionnelle.

Selon les procès-verbaux de la réunion tapés sur le papier à en-tête de l’équipe d’Akron, le premier sujet traité était celui du retrait de Massillon pour la saison 1920. L’équipe n’a plus eu la chance de rejoindre la ligue, qui a ouvert ses portes à quatre autres équipes : les Buffalo All-Americans, Chicago Tigers, Columbus Panhandles et Detroit Heralds. Deux franchises existent encore aujourd’hui. Les Decatur Staleys ont déménagé à Chicago en 1921 et ont été renommés Bears un an plus tard. Les Chicago Cardinals ont désormais élus domicile en Arizona, après un passage à Saint-Louis.

Minutes de la création de l’ancêtre de la NFL (Photo : Pro Football Hall of Fame).

Des débuts difficiles

Contrairement aux standards actuels, la planification des rencontres était laissée aux équipes. En l’absence de ligne directrice, il y a avait de grandes variations sur le nombre total de rencontres disputées. Les équipes de 1920 planifiaient leurs adversaires et pouvaient jouer contre des formations qui ne faisaient pas partie de la ligue, ou même des universités. Et cela comptait dans leur bilan. L’APFA a commencé ses activités le 26 septembre, une foule de 800 personnes s’est amassée au Douglas Park de Rock Island pour voir les Independents surclassés 48 à 0 les Ideals de St.Paul. Une semaine plus tard, le 3 octobre, la première opposition entre deux membre de l’APFA s’est déroulée à Triangle Park; Dayton battant Columbus 14-0 avec le premier touchdown inscrit par Lou Partlow. Le même jour, Rock Island battait largement Muncie 45 à 0.

Bien que les dimensions du terrain étaient les mêmes qu’aujourd’hui, le jeu était très différent. Les passes en avant étaient rares, le coaching depuis la ligne de touche interdit et les joueurs jouaient à la fois en attaque et en défense. L’argent était si rare que George Halas portait le matériel, écrivait les communiqués de presse, vendait les billets d’entrée, strappait les chevilles, jouait et entrainait Decatur. Mais la saison inaugurale a été difficile, les rencontres ont peu retenu l’attention des fans et encore moins de la presse. Selon le livre de Robert Peterson « Pigskin », les matchs de l’APFA ont attiré en moyenne 4 241 spectateurs au cours des premières années.

Malgré les 14 équipes, la ligue n’a pas gardé le classement pour la saison. Muncie n’a disputé qu’un seul match, puis s’est retiré avant la fin de la saison, qui s’est terminée le 19 décembre. Chicago et Detroit ont bien terminé l’exercice, mais se sont ensuite dissouts, contraignant la ligue à annuler leurs résultats et les exclure. Il n’y a donc pas eu de playoffs, encore moins un Super Bowl; il a fallu plus de quatre mois avant que la ligue ne dévoile l’identité du champion. Quatre équipes –Akron, Buffalo, Canton et Decatur – avaient encore des aspirations de titre, une série de rencontres en fin de saison allait permettre à l’organisation de trancher. Au passage, l’équipe d’Akron a vendu le tackle Bob Nash à Buffalo au cours d’un de ces matchs, pour 300$ et 5% des recettes d’entrée, la première transaction de joueur. À l’instar du football universitaire pendant des décennies, l’APFA a déterminé son champion par scrutin. Le 30 avril 1921, les Akron Pros ont été désignés vainqueurs grâce à leur invincibilité (8 victoires, 3 nuls), au grand dam de Decatur (10) et Buffalo (9), qui avaient chacun plus de victoires. Les vainqueurs ont reçu une coupe en argent offerte par la société d’articles de sport Brunswick-Balke-Collender. Pour les joueurs, pas encore de bagues incrustées de diamants, simplement une médaille en or en forme de ballon de football portant l’inscription « World Champions » (champions du monde).

Cette première saison a été si vite oubliée dans la mémoire des sports collectifs que les archives de ligue ont listé ce championnat comme indécis jusque dans les années 1970. La Brunswick-Balke-Collender Cup n’a été remise qu’une seule fois et personne ne sait où elle se trouve, si bien sûr elle existe encore. 10 joueurs de cette première aventure ainsi que Carr ont été introduits au Hall of Fame, qui a ouvert ses portes en 1963, non loin du concessionnaire automobile de Canton qui a donné naissance à la NFL en 1920.

L’équipe de Staley de 1920 avec George Halas (Photo : NFL.com).

Prochain chapitre, la naissance de la ligue et l’arrivée de la draft.

Advertisement
tdabanniereunibet

Fil Info

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Sur Fanatics FR
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu