Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Power rankings

Power Ranking – Les quarterbacks : Patrick Mahomes, la nouvelle étoile

L’exception qui confirme la règle. Au milieu de ténors plus proches de la retraite que du début, Patrick Mahomes s’est élevé.

Il a fallu une saison incroyable pour bousculer un peu les « vieux. » 50 touchdowns. Peyton Manning et Tom Brady étaient les seuls à l’avoir fait dans toute l’histoire de la NFL. Patrick Mahomes est devenu le troisième. De quoi lui offrir le titre de meilleur joueur de la campagne 2018 et couronner une saison qui a fait de lui le lanceur le plus excitant de la ligue.

L’exploit du quarterback des Chiefs est énorme. Car pour s’immiscer dans le groupe des meilleurs quarterbacks de la ligue, l’expérience est en général plutôt requise. Dans le Top 8, Mahomes est le seul qui a moins de 30 ans.

Dans le cadre de notre semaine des Power Ranking, voici le classement des quarterbacks titulaires en NFL pour le début de la saison.

1. Patrick Mahomes – Kansas City Chiefs

MVP ! MVP ! MVP ! N’en déplaise aux grincheux, Patrick Mahomes n’est pas une histoire d’une saison. Il a un bras canon. Sait l’utiliser. Sait courir. C’est le prototype du quarterback moderne.

Il est exploité à fond par Andy Reid, et on ne va pas lui reprocher. Alex Smith aussi était exploité à fond par Andy Reid, mais il n’a jamais atteint de tels sommets. Il n’a pas encore la science du jeu de certains vétérans qui le suivent dans ce classement, mais le quarterback des Chiefs est assurément celui qui est le plus explosif à l’heure actuelle.

2. Tom Brady – New England Patriots

Immortel. Un quarterback de 42 ans en deuxième position des quarterbacks de la ligue. C’est du jamais vu. Ses statistiques étaient en baisse l’an dernier (29 TDs, 11 int), mais il reste le maître à jouer ultime, qui bonifie ses cibles et trouvera toujours l’action qui tue en playoffs.

Encore une fois, c’est en janvier qu’il devrait être à son meilleur.

3. Drew Brees – New Orleans Saints

Faut-il s’inquiéter pour Drew Brees ? L’an dernier, entre les semaines 1 et 11, le quarterback des Saints était à 76,4% de passes complétées, 29 touchdowns, 2 interceptions et une évaluation de 127,3. Entre les semaines 12 et 17, ces chiffres se sont écroulés à 69,2% de réussite pour 7 touchdowns, 5 interceptions et une évaluation de 88,7.

Avec six mois de repos, cela devrait aller mieux. Mais il n’y a pas de honte à être moins performant à 40 ans. Malgré tout, s’il faut choisir, il reste un leader hors-pair qui mérite le podium.

4. Russell Wilson – Seattle Seahawks

Le meilleur quarterback de tout juste trente ans, que les retraites de certains joueurs déjà cités devrait propulser sur le podium. Son évaluation en carrière est de 100,3. Il n’a jamais lancé plus de 11 interceptions en une saison. Il joue juste. Il est mobile. Il a l’expérience des grands moments. Tout ça sans avoir jamais vraiment été totalement entouré, que ce soit la ligne ou le groupe de cibles.

Contrairement à Aaron Rodgers, lui arrive sur une dynamique positive dans la saison, et il n’a jamais manqué un match en carrière. Mieux, les seuls fois où il a manqué l’entraînement, c’était pour des raisons familiales. Impressionnant.

5. Aaron Rodgers – Green Bay Packers

Le leader du classement 2018 tombe carrément du podium. Il faut dire que le garçon a des choses à prouver. S’il n’a lancé que 2 interceptions en 2018, il n’a aussi trouvé que 25 fois la end zone, tout simplement son plus petit total en carrière sur une saison complète.

Ses humeurs ont fait plus souvent parler que ses coups d’éclat. Il y a aussi le temps qui passe. L’air de rien, le lanceur des Packers a déjà 35 ans. Si on élude les phénomènes de foire du dessus, c’est un âge avancé en NFL. Le titre de 2011 semble désormais très loin. La bonne nouvelle, c’est qu’il a de quoi se rattraper avec un nouveau coach et une défense renforcée.

6. Matt Ryan – Atlanta Falcons

Sa discrétion et sa personnalité plutôt neutre font qu’on l’oublie trop souvent. Il sort pourtant d’une nouvelle campagne à 35 touchdowns et 7 interceptions, exactement les mêmes statistiques que Wilson. Il s’agissait surtout de la deuxième meilleure saison de Ryan derrière celle de 2016, lorsqu’il a été couronné MVP.

Donnez lui une ligne, et il pourra emmener Atlanta dans la end zone régulièrement. La dernière fois qu’Atlanta n’a pas terminé dans le Top 10 offensif de la ligue, c’était en 2013.

7. Philip Rivers – Los Angeles Chargers

Encore un « immortel. » À 37 ans, le leader des Chargers ne faiblit pas. Même les heures de route entre San Diego et Los Angeles n’ont pas eu raison de sa forme. L’an dernier, il a égalé sa meilleure évaluation en carrière (105,5).

8. Ben Roethlisberger – Pittsburgh Steelers

37 ans aussi. Et là encore des performances qui se maintiennent. Big Ben a attendu cet âge autrefois synonyme de retraite pour signer sa première saison à plus de 5000 yards. Il y a eu un tout petit peu plus de déchet dans son jeu, mais contrairement à Rivers, il a l’expérience des victoires en playoffs et au Super Bowl.

Le départ d’Antonio Brown ne devrait pas l’empêcher de briller. Il n’avait pas attendu le caractériel numéro 84 pour briller en NFL.

9. Carson Wentz – Philadelphia Eagles

Trop haut ? Possible, pour un joueur qui n’a pas terminé les deux dernières saisons. Mais Wentz a joué comme un MVP en 2017 avant de se blesser. Et l’an dernier, il était à 21 touchdowns, 7 interceptions et une évaluation de 102,2 avant d’être lâché par son dos. Tout ça alors que l’ambiance n’était pas au beau fixe.

Plus mûr, mais toujours aussi talentueux, costaud et mobile, Wentz devrait vite redevenir une référence à son poste.

10. Baker Mayfield – Cleveland Browns

De la hype ? Un peu. Du talent ? Beaucoup. Mayfield a battu le record du nombre de passes de touchdown pour un quarterback rookie, avec 27 réalisations. C’est déjà très bien. Mais le plus fort, c’est qu’il l’a fait en 13 titularisations, alors qu’il en avait fallu trois de plus à Peyton Manning et Russell Wilson, qui se partageait jusque-là le record.

Mayfield est un phénomène. Il est mobile, il peut réussir tous les lancers d’un quarterback. Et finalement, sa taille, scrutée avant la Draft, n’est pas un si grand problème que ça.

11. Deshaun Watson – Houston Texans

Ah, si seulement sa ligne lui laissait un peu de temps pour lancer. Ou même pour respirer. Pour vivre, tout simplement. Watson est assurément un des meilleurs jeunes de la ligue. Son arrivée avait immédiatement dynamisé l’attaque de Houston. Sa blessure ne l’a pas freiné.

45 touchdowns, 17 interceptions et une évaluation de 103,1 en carrière, c’est impressionnant. Surtout en seulement 23 matchs. Le Top 10 lui est promis très rapidement. Voir plus.

12. Nick Foles – Jacksonville Jaguars

La magie opérera-t-elle toujours à Jacksonville ? Foles est devenu une sorte d’OVNI en menant les Eagles au titre il y a deux ans. L’an dernier, il a encore été bon quand Carson Wentz s’est blessé (7 TDs, 4 int, 96,0 d’évaluation). Ses coéquipiers semblent toujours prêts à le suivre jusqu’au bout du monde. Et ça, pour un quarterback, ça compte.

Il y aura peu d’armes autour de lui en Floride. S’il arrive à donner un coup de fouet à tout ça, ce sera vraiment une consécration de son talent. Il n’a toujours que 30 ans, ce qui lui laisse désormais une éternité dans la NFL moderne.

13. Matthew Stafford – Detroit Lions

Ses dirigeants lui ont quasiment coupé un bras en se débarrassant de Golden Tate en cours de saison dernière. Une petite mesquinerie de plus pour un quarterback ne les compte plus.

Reste qu’à 31 ans, Stafford reste un gros bras capable de distribuer le ballon à volonté. Si seulement il était un jour entouré de gens compétents, sur le terrain ou en-dehors.

14. Cam Newton – Carolina Panthers

La personne aux deux personnes. Phénomène physique, bras laser et inarrêtable panzer lors de sa saison MVP. Caractériel et souvent blessé depuis. Sa saison 2018 (24 TDs, 13 int) partait sur des bonnes bases, avec un beau 67,9% de passes complétées. Mais son épaule a terminé sa saison avant lui.

Il parait que ça va mieux.

15. Jared Goff – Los Angeles Rams

Jared Goff a gagné beaucoup de matchs. Mais peut-il faire gagner des matchs ? La question semble toujours se poser après un Super Bowl dans lequel il n’a pas existé.

Ses statistiques 2018 sont ronflantes (32 TDs, 12 int, 101,1 d’évaluation). Mais elles sont trompeuses. Après la semaine de repos, Goff a rendu une fiche de 6 touchdowns et 6 interceptions sur les 5 derniers matchs de saison régulière. En playoffs : 1 touchdown, 2 interceptions et un raté qui fait mal lors du Super Bowl. Tout reste à prouver.

16. Kirk Cousins – Minnesota Vikings

Son bilan contre les équipes avec un bilan positif (5 victoires, 25 défaites) est significatif, mais il ne faut pas oublier qu’avant Minnesota, il évoluait avec des Redskins rarement dans le haut du panier de la ligue sur le plan de l’effectif global. Il ne pouvait pas tout faire.

Statistiquement, Cousins fait le job, avec encore 30 touchdowns pour seulement 10 interceptions en 2018. Son évaluation en carrière est à un honorable 95,0. Il y a bien pire solution pour mener une équipe à l’heure actuelle. Évidemment, une victoire ou deux en playoffs aideraient.

17. Derek Carr – Oakland Raiders

Oui, il est rentré dans le rang après les belles promesses de 2015 (32 TDs, 13 int) et 2016 (28 TDs, 6 int), mais Derek Carr reste un lanceur tout à fait compétent et digne d’être titulaire en NFL. Son premier soucis est peut-être de se trouver dans une franchise pas franchement gérée de main de maître qui n’a pas su accompagner sa progression.

Peut-être que l’aide d’Antonio Brown pourrait l’aider à remettre les pendules à l’heure.

18. Jimmy Garoppolo – San Francisco 49ers

Un des grands mystères de ce classement. 17 touchdowns et 8 interceptions en 10 matchs débutés. Oui, Garoppolo n’a débuté que 10 matchs alors qu’il attaque sa septième saison dans la ligue. Sur le terrain, il a été bon, avec un vrai style de bon pocket passer.

19. Dak Prescott – Dallas Cowboys

Et si le nouveau Alex Smith, c’était lui ? Bon. Solide. 96,0 d’évaluation en carrière. Capable de quelques coups d’éclats.

Mais capable de porter une attaque ? Peut-être pas.

20. Mitchell Trubisky – Chicago Bears

Et si le nouveau Alex Smith, c’était lui ? Non, ce n’est pas une erreur de copier-coller. Ils sont deux à se disputer le trône et l’échelle qui va avec.

24 touchdowns, 12 interceptions et une évaluation de 95,4 en 2018. Trubisky n’a pas fait perdre son équipe. Alex Smith était fier. Mais peut-il passer à la vitesse supérieure ?

 

21. Andy Dalton – Cincinnati Bengals

On a souvent été durs avec lui. Pourtant, combien de quarterbacks sont titulaires depuis 2011, dans une équipe qui a souvent participé à la course aux playoffs (5 qualifications) malgré un coaching et une gestion plutôt douteux ?

Dalton a besoin d’être entouré, c’est certain. Mais quand c’était le cas, il répondait présent, au moins en saison régulière. En playoffs, sa fiche d’un touchdown pour 6 interceptions fait beaucoup plus mal.

22. Sam Darnold – New York Jets

L’espoir de New York reste difficile à évaluer. Sa fiche rookie (17 TDs, 15 int) ne fait pas rêver. Mais il ne travaillait pas avec une escouade très remplie. Il faut mettre à son crédit d’avoir aidé Robby Anderson à progresser, et vice-versa.

Avec Le’Veon Bell, sa vie sera plus simple, mais le jugement encore plus dur.

23. Jameis Winston – Tampa Bay Buccaneers

On parlait plus haut d’un quarterback comme Nick Foles qui donne envie à tout le monde de le suivre. Voici le contre-exemple du côté de Tampa Bay. Tout est dans le regard de DeSean Jackson.

Et quel dommage. Car Winston a le bras, les jambes et tout ce qu’il faut pour être un incroyable quarterback au XXIe siècle. Il peut lancer des camions de yards. Le soucis ? La tête. Et pas seulement en-dehors du terrain. Les coups de génie de Winston sont trop souvent entrecoupés d’erreurs grossières, qui condamnent son équipe.

24. Ryan Fitzpatrick – Miami Dolphins

Faut il copier-coller le dernier paragraphe sur Winston ? Parce que l’expérience « FitzMagic », c’est aussi ça : des moments de folie qui précèdent inévitablement un écrasement au sol dans une flambée d’interceptions. Quand on fait le bilan global, cela fait 190 touchdowns et 148 interceptions, pour un petit 81,1 d’évaluation globale. Oui, les hauts cachent bien les trop nombreux bas.

25. Eli Manning – New York Giants

Comme Ryan Fitzpatrick, mais sans les coups de folie. Ni les pluies d’interceptions. En fait, aucun rapport avec Fitzpatrick. Manning est peut-être un des quarterbacks les plus déprimants du moment.

La seule fois ou Manning avait lancé aussi peu d’interceptions (11) qu’en 2018, c’était en 2008. Son évaluation de 92,4 pourrait même faire illusion. Mais la réalité est qu’il n’a quasiment jamais été un quarterback capable de porter une équipe, et qu’il est de moins en moins capable d’apporter le moindre coup de fouet à son escouade.

Vivement Daniel Jones.

26. Case Keenum – Washington Redskins

C’est tout de suite plus difficile sans Stefon Diggs et Adam Thielen. Keenum a tout juste le niveau d’un titulaire. Dans la galère offensive de Denver, il est retombé sur terre (18 TDs, 15 int). À Washington, cela ne sera pas beaucoup plus facile, d’autant que tous les supporters attendent simplement qu’il se plante et que Dwayne Haskins prenne la suite.

27. Josh Allen – Buffalo Bills

Quand les résultats font oublier la manière. Josh Allen et les Bills sont allés chercher des matchs. Mais dans cette liste, Allen est celui qui a rendu la plus vilaine fiche statistique : 10 touchdowns, 12 interceptions pour une évaluation de 67,9 en 12 matchs.

Pour l’instant, il est plutôt un quarterback coureur, car il a cumulé 631 yards et 8 touchdowns en gardant le ballon en main. Et ce n’est pas comme ça qu’on gagne en NFL.

28. Lamar Jackson – Baltimore Ravens

Six touchdowns lancés en 7 matchs de saison régulière. Jamais plus de 14 passes complétées sur un match. Comme Allen, Jackson va devoir apprendre à lancer le ballon avec régularité et précision en NFL. Il en est encore loin.

En playoffs, les Ravens ont eu un aperçu du pire. Les Chargers ont bloqué leur jeu au sol, et Jackson a terminé la première mi-temps avec un zéro pointé à l’évaluation, seulement 2 passes complétées et 3 ballons perdus. Flashy, c’est bien. Ca marche fort sur You Tube. Mais le chemin est très long pour devenir un quarterback complet.

29. Jacoby Brissett – Indianapolis Colts

Il y a un échantillon pour jauger Jacoby Brissett. En 2017, il a débuté 15 matchs des Colts en l’absence d’Andrew Luck. Bilan : 13 touchdowns, 7 interceptions et 12 défaites.

Depuis, les Colts ont largement renforcé leur ligne. De quoi permettre à l’ancien Patriot de progresser. Très probablement. Il ne serait pas étonnant de le voir remonter rapidement cinq ou six places dans ce classement.

30. Joe Flacco – Denver Broncos

Qu’ils semblent loin les flamboyants playoffs 2013. Envoyé sur le banc par un quarterback à peine capable de lancer trois passes, voilà l’ancien MVP du Super Bowl lancé dans une mission relance qui semble impossible dans un effectif des Broncos trop faible pour lui permettre de dérouler.

31.Marcus Mariota – Tennessee Titans

Quand on sait que son poste était vaguement menacé par Ryan Tannehill pendant l’intersaison, on a à peu près tout dit.

Constamment gêné par les blessures, il n’a jamais joué une saison complète. Et quand il est sur le terrain, il ne progresse pas. Oui, il n’a pas été aidé par la qualité de ses cibles ou le plan de jeu tourné vers le sol de son équipe. Mais au bout d’un moment, si le plan de jeu se tourne vers le sol, c’est peut-être aussi parce que Mariota ne peut pas porter l’attaque. Dernière chance cette année avec les ajouts d’Adam Humphries et A.J. Brown.

32. Kyler Murray – Arizona Cardinals

Le petit gabarit sélectionné en première position de la dernière Draft par les Cardinals n’a pas joué un snap en NFL pour le moment, il doit donc partir du bas du classement. S’il y a des doutes sur son gabarit (1,78m pour 88 kgs), le fait d’arriver en même temps qu’un coach choisi pour le faire briller est un premier avantage. Avoir des cibles comme David Johnson, Larry Fitzgerald ou Christian Kirk est aussi un point en sa faveur.

Advertisement
tdabanniereunibet

Fil Info

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Sur Fanatics FR
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu

Touchdown Actu

GRATUIT
VOIR