Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Résumés

[Semaine 16] Tous les scores et résumés : les Cardinals surprennent Seattle, les Colts et Falcons déroulent

Tout ce qu’il faut retenir des matchs NFL du dimanche 22 décembre 2019.

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi 02h20

Chicago Bears (7-8) – Kansas City Chiefs (11-4) : 3-26

Coup d’envoi dimanche à 22h25

Philadelphia Eagles (8-7) – Dallas Cowboys (7-8) : 17-9

Coup d’envoi dimanche à 19h00

New York Jets (6-9) – Pittsburgh Steelers (8-7) : 16-10

Tennessee Titans (8-7) – New Orleans Saints (12-3) : 28-38

Cleveland Browns (6-9) – Baltimore Ravens (13-2) : 15-31

Coup d’envoi dimanche à 22h25

Arizona Cardinals (5-9-1) – Seattle Seahawks (11-4) : 27-13

Surprise dans le duel de division entre les Cardinals et les Seahawks. Arizona l’a emporté en muselant l’attaque de Seattle et malgré la sortie sur blessure de Kyler Murray (11/18, 118 yards, 1TD) dès le 3e quart. Il faut dire que le quarterback rookie avait mis les siens dans de bonnes conditions en les aidant à mener 20 à 7 à sa sortie. Victoire méritée donc pour des Cardinals, qui auront dominé quasiment tout le match.

Drôle de première mi-temps pour Seattle. Si l’attaque démarre bien avec un touchdown (0-7) sur sa première série suite à une passe de Russell Wilson (16/31, 169 yards, 1TD) pour Nick Bellore, la suite est bien plus compliquée. Entre play call douteux, ligne offensive en difficulté (4 sacks accordés en 1ere mi-temps) et blessures des coureurs, Seattle vit un calvaire offensif en enchaînant 5 punts dont quatre 3rd&out pour finir la mi-temps.

Côté Cardinals, l’attaque est dans une meilleure soirée. Kenyan Drake (24 courses, 166 yards, 2TD) répond d’abord aux visiteurs sur une course de 80 yards (7-7). Après quelques punts, Arizona finit par faire craquer la défense des Seahawks avec un touchdown (14-7) à la réception de Larry Fitzgerald (4rec, 48 yards, 1TD) et un field goal (17-7) juste avant la mi-temps. Sur ces séries, Kyler Murray a été décisif avec plusieurs belles courses (5 dont l’une pour 17 yards).

Au retour des vestiaires, les Seahawks avancent enfin en atteignant le camp adverse mais perdent le cuir sur une réception de David Moore. Derrière, les Cardinals augmentent leur avance en ajoutant un field goal (20-7). Après un échange de punt, on découvre que les locaux font entrer Brett Hundley au poste de quarterback suite à une blessure de Murray. On pense d’abord que c’est un tournant du match avec une attaque des Cards qui enchaîne 2 punts et un field goal bloqué. Dans le même temps, les Seahawks en profitent pour progressivement se rapprocher au score avec deux field goals successifs (20-13).

Heureusement pour Arizona, Hundley et son attaque trouvent les ressources suffisantes pour réussir une belle série de 78 yards et 6 minutes qui voit Drake ajouter un touchdown pour permettre aux siens de mener 27 à 13. Une victoire qui se dessine un peu plus quand Seattle est bloqué sur 4e tentative à moins de trois minutes de la fin. Derrière, Arizona récupère la balle et pose le genou au sol pour l’emporter à la surprise générale.

Cette défaite n’empêche pas les Seahawks de pouvoir espérer remporter la division la semaine prochaine en battant les 49ers. Mais au vue des lacunes exposées ce soir face aux Cardinals, la mission s’annonce compliquée…

Los Angeles Chargers (5-10) – Oakland Raiders (7-8) : 17-24

Lorsqu’à 1 minute et 30 secondes de la fin les Chargers ajoutent un field goal pour revenir à 17-24, Los Angeles se met à espérer à une remontée folle. Un espoir bien vite cassé quand l’onside kick est récupéré par les Raiders. Derrière, l’équipe d’Oakland fera le nécessaire, comme durant tout ce match, pour bien courir et faire descendre le chrono.

Le début de match est parfait pour les Raiders avec une passe de Derek Carr (26/30, 291 yards, 1TD)  plein centre pour Hunter Renfrow (7rec, 107 yards, 1TD) qui s’échappe sur 56 yards pour le touchdown (0-7). En revanche, après cette ouverture du score, les défenses dressent les barbelés et musellent complètement les attaques avec 8 punts consécutifs.

Il faut attendre les 2 dernières minutes du premier acte pour voir le match s’animer. D’abord, les Chargers parviennent à remonter 78 yards pour inscrire un touchdown (7-7) par l’intermédiaire de Melvin Gordon (9 courses, 15 yards, 2TD) . Ensuite ce sont les Raiders qui répondent en remontant eux 75 yards en 1 minute et quelques pour marquer un touchdown (7-14) sur une course de Carr juste avant la pause.

Au retour des vestiaires, les Raiders réalisent un drive « modèle » en remontant tout le terrain en près de 9 minutes et en envoyant Daryl Washington dans la end zone (7-21). Los Angeles se doit de réagir pour ne pas être largué et le fait sur la série suivante avec le doublé (14-21) de Melvin Gordon.

Mais les visiteurs sont définitivement redoutables dans leur capacité à « manger » le chrono en ajoutant un field goal (14-24) après de nouveau 8 minutes de possession. Après un punt de chaque côté, Los Angeles se met à espérer avec son field goal (17-24) mais les Raiders courent trop bien ce soir pour perdre ce match.

Denver Broncos (6-9) – Detroit Lions (3-11-1) : 27-17

Cueillis à froid chez eux et rapidement menés au score, les Broncos ont progressivement repris le match en main à l’image de leur quarterback rookie, Drew Lock (25/33, 192 yards, 1TD) un temps éteint puis faisant meilleure figure ensuite. C’est finalement un 14-0 dans le dernier quart qui leur aura permis de faire la différence pour l’emporter (27-17).

La première mi-temps est soporifique du côté de Denver. Si Détroit marque en premier sur un field goal (0-3), les deux équipes enchaînent ensuite les punts (5). C’est d’ailleurs sur cette phase de jeu que le match s’anime avec un retour pour touchdown des Lions (0-10). Ce touchdown a le mérite de réveiller les locaux qui enchaînent avec deux séries offensives réussies : la première se conclue avec une course de Royce Freeman pour le touchdown (7-10), la seconde permet aux Broncos de revenir à égalité (10-10) sur un field goal à 30 secondes de la mi-temps.

La seconde mi-temps est plus animée avec un chassé croisé entre les deux équipes durant le 3e quart. D’abord Denver repasse devant sur un field goal (13-10) avant de voir les Lions reprendre l’avantage quand David Blough (12/24, 117 yards, 1TD) trouve Kenny Golladay (6rec, 66 yards, 1TD) dans la end zone (13-17). Finalement ce sont les Broncos qui terminent en tête ce quart avec un touchdown (20-17) lancé par Drew Lock.

C’est à 6 minutes de la fin que les locaux confirment leur avantage en voyant Philip Lindsay (19 courses, 109 yards, 1TD) s’échapper sur 27 yards pour inscrire le touchdown du 27 à 17. Les Broncos concluent le match au sol en faisant descendre le chrono et bloquant les dernières attaques adverse.

Coup d’envoi dimanche à 19h00

Atlanta Falcons (6-9) – Jacksonville Jaguars (5-10) : 24-12

Les Falcons viennent à bout des Jaguars dans ce duel animalier. Le duo Devonta Freeman – Julio Jones a été le moteur de l’attaque des locaux.

Ils commencent le match tambour battant avec un drive parfaitement géré et conclu par Devonta Freeman (13 courses, 53 yards, 1 TD et 9 rec, 74 yards, 1 TD) par un touchdown au sol. Ce dernier récidive quelques minutes plus tard à la réception après un fumble du retourneur des Jaguars sur le kickoff. Le reste de la première mi-temps est soporifique malgré une interception de Matt Ryan (32/45, 384 yards, 1 TD, 2 int). Les équipes rejoignent les vestiaires sur le score de 17 à 3.

Atlanta est sur les bons rails en attaque avec un Julio Jones (10 rec, 166 yards) inarrêtable, mais des erreurs émaillent le plan de jeu. Qadree Ollison (1 course, 3 yards, 1 TD) arrive tout de même à marquer un touchdown au sol pour Atlanta (24-6), mais la franchise Géorgienne laisse les Jaguars y croire avec de nombreux punts et une nouvelle interception de Ryan. Chris Conley (2 rec, 56 yards, 1 TD) marque le touchdown de l’espoir pour les visiteurs sur une réception de 42 yards (24-12). À 24-12, Gardner Minshew (13/31, 181 yards, 1 TD) enchaîne les jeux audacieux pour arriver en red zone. Il bute malheureusement à moins de 10 yards de l’en-but sur une quatrième tentative. Les Falcons écoulent le temps au sol avec Freeman et remportent leur sixième victoire de la saison.

Grâce à ce match, Matt Ryan enchaîne sa neuvième saison consécutive à plus de 4000 yards, seul Drew Brees a fait mieux. Julio Jones devient le quatrième receveur de l’histoire avec le plus de matchs à plus de 100 yards à la réception.

Indianapolis Colts (7-8) – Carolina Panthers (5-10) : 38-6

Avec deux équipes éliminées de la course aux Playoffs, la rencontre entre les Colts et les Panthers ne possédait pas d’enjeu particulier. Et dans ce contexte-là, c’est Indianapolis qui a largement pris le dessus sur Carolina devant son public avec une victoire 38-6.

Le grand artisan de ce succès se nomme Nyheim Hines. Ce dernier a fait très mal aux Panthers avec trois big plays – à chaque fois sur retour de punt – dont deux dans le premier quart-temps pour mettre son équipe sur les bons rails. Il y a d’abord eu ce premier retour de 40 yards, qui a permis aux Colts d’ouvrir le score par Jacoby Brissett (14/27 à la passe, 119 YDS, 37 YDS au sol, 1 TD) quelques jeux plus tard, puis un autre de 84 yards pour un touchdown (14-0). Et dans le quatrième quart, alors que le score était de 24-6 pour les Colts, il a refait le coup avec un retour de 71 yards vers la end zone.

Rapidement dominés, les Panthers n’ont jamais vraiment réussi à inquiéter Indianapolis dans ce match. Offensivement, ils ont été limités à six petits points au total. Pour son tout premier match en carrière, le quarterback rookie Will Grier a connu des débuts difficiles (27/44, 224 YDS, 3 INT), pas aidé par la sortie sur blessure du receveur D.J. Moore et une ligne offensive encore une fois poreuse (cinq sacks accordés). Sans surprise, Grier s’est énormément appuyé sur le running back Christian McCaffrey, auteur de 15 réceptions (record de franchise, et record NFL battu pour le nombre total de réceptions par un coureur en une saison avec 109) pour 119 yards, mais on n’a pas vu grand-chose d’autre. Ah si, on a vu Vernon Butler se faire expulser pour avoir infligé un coup de poing à un adversaire au sol, avant de faire un doigt d’honneur au public d’Indianapolis. Classe.

En face, les Colts ont été solides en attaque en ne perdant aucun ballon et en se montrant inarrêtables à la course. Derrière une excellente ligne offensive, Marlon Mack et Jordan Wilkins ont pris du bon temps. Le premier a parcouru 95 yards au sol avec un touchdown en prime, tandis que le second a ajouté 84 yards, également avec un touchdown.

Washington Redskins (3-12) – New York Giants (4-11) : 35-41

Saquon Barkley (22 courses, 189 yards, 1 TD – 4 rec, 90 yards, 1 TD) était dans un grand jour, et il a entraîné toute l’attaque des Giants dans son sillage. Le problème pour lui, c’est que la défense de son équipe était en journée portes-ouvertes. Le résultat, c’est un match ultra-offensif. New York n’a jamais été mené, mais Washington n’a jamais décroché non plus, au point de décrocher une prolongation en toute fin de match. Les Redskins auraient d’ailleurs pu l’emporter en tentant une conversion à deux points, mais ils ont joué la sécurité.

Finalement, New York l’a emporté en marquant sur la première série de la période supplémentaire. Une passe de Daniel Jones (28/42, 352 yards, 5 TDs) pour Kaden Smith. Les G-Men terminent avec 552 yards !

Le fait le plus important du match pour les Redskins reste la sortie de Dwayne Haskins (12/15, 133 yards, 2 TDs) au début du troisième quart à cause d’une blessure à la cheville. Le quarterback a été évacué vers le vestiaire sur une voiturette. En son absence, Case Keenum (16/22, 158 yards, 1 TD) a gardé le pied sur l’accélérateur et gardé son équipe dans le match.

La conséquence directe de ce résultat est que les Redskins occupent désormais la deuxième place de la prochaine Draft.

Miami Dolphins (3-11) – Cincinnati Bengals (1-13)

Un Ryan Fitzpatrick (QB, 31/52, 419 yards, 4 TD, 1 INT) de gala a mené la charge des Dolphins face à une équipe de Cincinnati qui a paru stupéfiée et, à son habitude, inoffensive – jusqu’à 4 secondes de la fin du match. Ecrasés en première mi-temps, les Bengals ont grignoté leur retard en seconde période jusqu’à recouvrir un onside kick et forcer des prolongations dans les dernières secondes du temps réglementaire.

Tout s’est donc décidé en prolongation. Et à ce jeu, Fitzpatrick s’est montré décisif. Bien placé par un punt dévissé, jouant stratégiquement l’horloge, le quarterback a trouvé Isaiah Ford (WR, 5 rec, 68 yards) pour 28 yards et placé Jason Sanders (PK) pour le coup de pied de la gagne. Ca aura été plus difficile que prévu…

En première mi-temps le vétéran des Dolphins a lancé pour 252 yards et 3 touchdowns, pendant que la défense n’encaissait que 6 points de la part de Bengals englués au sol, impuissants à la passe, et incapables de convertir leurs troisièmes tentatives (0/7). A l’image de DeVante Parker (WR, 5 rec, 111 yards, 1 TD) et Albert Wilson (WR, 7 rec, 79 yards) tous les receveurs Floridiens ont garni leurs statistiques grâce à un jeu aérien intermédiaire qui a su trouvé les espaces et déchirer la couverture tigrée. La course a été beaucoup plus à la peine, mais Fitz avait les solutions même dans les petits espaces et sur les longues tentatives.

Mais l’avance accumulée n’a pas suffit. En seconde période les Bengals se sont rebellés. Andy Dalton (QB, 33/56, 396 yards, 4 TD) a trouvé Tyler Boyd (WR, 9 rec, 128 yards, 2 TD) en profondeur pour réduire l’écart dans le troisième quart et rajouté 14 autres points grâce à C.J. Uzomah (TE, 4 rec, 37 yards, 1 TD) et Boyd en fin de partie. Et finalement, malgré des touchdowns de Mike Gesicki (TE, 6 rec, 82 yards, 2 TD) et Myles Gaskin (RB, 16 courses, 55 yards, 1 TD), Cincinnati a réussi à accrocher les prolongations. L’onside kick recouvert, Dalton fait avancer la balle et trouve Tyler Eifert pour un touchdown de 25 yards, avant d’inscrire lui-même la conversion à deux points au sol. Cincinnati a inscrit 23 points dans le dernier quart pour atteindre ce score de 35-35. Mais c’était trop court en prolongation.

Cincinnati est désormais mathématiquement assuré du premier choix de la Draft 2020.

Résumés par : Mehdi Jullien, Matthieu Pasquier, Raphaël Masmejean, Nicolas Meichel, Alain Mattei

Advertisement
tdabanniereunibet

Fil Info

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Sur Fanatics FR
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu