Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Green Bay Packers War Room

War Room – Green Bay Packers : besoin d’aide à tous les étages

Green Bay doit trouver des cibles pour épauler Aaron Rodgers. Mais pas seulement. Le centre de la défense nécessite plusieurs retouches pour stopper le jeu de course adverse.

La saison 2019-20 est dans le rétroviseur. La free agency ouvrira officiellement ses portes le 18 mars prochain. En attendant, Touchdown Actu en profite pour vous proposer un tour d’horizon des différentes franchises pendant l’intersaison. Quels joueurs garder et couper ? Quel agent libre prolonger ? Quelles recrues observer ? Voici quelques idées, franchise par franchise.

L’une des équipes à 13 victoires-3 défaites les moins impressionnantes. Les Packers ont tout juste terminé 2019 avec le cinquième meilleur différentiel de points de la NFC et le second de leur division, suffisant pour s’éviter un tour de wild card. Ils ont réussi à maitriser Seattle lors du divisional round, avant de s’écrouler en Californie face aux 49ers. Ce résultat semble confirmer que Green Bay était une équipe en transition qui a concrétisé en victoires un calendrier à sa portée et qui a été épargné par les blessures. Un sentiment déstabilisant renforcé par l’irrégularité des deux escouades qui ont tour à tour porté l’équipe, sans performer au même moment.

Aaron Rodgers a tenté de s’approprier le système apporté par son nouveau head coach en évitant les pertes de balle. Avec difficultés. Il a encaissé le septième plus grand nombre de sacks, tout en étant le second quarterback à se débarrasser le plus souvent de la balle. Curieux, mais cela reflète le manque de profondeur en attaque. Il y avait Davante Adams, Aaron Jones et le puis le reste. Les inquiétudes de début de saison concernant le rôle de receveur numéro 2 se sont rapidement confirmés. Les prétendants étaient nombreux quantitativement, mais personne n’a eu les épaules assez larges pour enfiler le costume. En défense, l’ajout des deux Smith, Za’Darius et Preston, ont porté leurs fruits au niveau du pass rush. Le problème s’est situé au centre de la ligne défensive où les hommes de Mike Pettine ont eu les plus grandes peines du monde à stopper la course adverse. 128,7 yards encaissés au sol par match (26ème NFL), 4,9 yards par portées (27ème NFL), les coureurs se sont amusés toute l’année à l’image de Raheem Mostert en finale de conférence.

Agressif en free agency, Brian Gutekunst a bien travaillé depuis sa prise de fonction. Avec moins de liquidités disponibles cette année (autour de 15 millions de dollars) il devra trouver les armes manquantes et faire les choix qui s’imposent pour les vétérans en fin de cycle afin d’offrir une version de Green Bay plus consistante en 2020. Mais aussi sur le long terme. Kenny Clark, Aaron Jones et Kevin King entament leurs dernières années de contrat, les questions concernant leur avenir vont arriver à un moment ou un autre.

Les tauliers

1.  Aaron Jones (RB)
2. Za’Darius Smith (DE)
3. Davante Adams (WR)

Les Packers avaient besoin d’un coureur, avec Aaron Jones ils sont servis. Mieux encore, il colle parfaitement au jeu prôné par Matt LaFleur, à l’aise dans son rôle premier de running back, mais aussi en sortie de backfield à la réception. Un joueur polyvalent, auteur d’une saison impressionnante qui le place déjà comme l’un des cadres de l’équipe dès sa troisième saison. Sur le plan statistique, il s’est surtout montré finisseur. Premier ex-aequo au nombre de touchdowns à la course (16), et en cumulé (19) en saison régulière, il a mené la ligue en cassant 42 plaquages, lui permettant d’amasser 1558 yards au total. 4 touchdowns supplémentaires en playoffs ont porté son total à 23 unités sur l’ensemble de l’exercice 2019. Il est ainsi devenu le Packer le plus prolifique depuis les 22 touchdowns d’Ahman Green en 2003. Surtout, il est très impliqué dans l’équipe et a souvent porté les siens.

Il y a bien longtemps qu’un joueur défensif d’impact comme Za’Darius Smith n’était pas rentré dans le vestiaire des Packers. Aaron Rodgers le compare à Charles Woodson ou Julius Peppers, mais ces deux défenseurs sont arrivés plus tardivement dans leur carrière, et avec un C.V bien plus impressionnant. Joueur de rotation à Baltimore qui sortait de 8,5 sacks pour sa quatrième année dans la ligue, il a modifié la culture défensive dès sa première année dans le Wisconsin (13,5 sacks, 51 pressions exercées et 37 quarterback hits). Un démon polyvalent dont Green Bay avait bien besoin depuis des années et qui vient d’entrer dans ses plus belles années.

Davante Adams est un receveur élite qui possède tous les attributs nécessaires pour son rôle de numéro 1. Des mains sûres, une maitrise parfaite des tracés, une bonne pointe de vitesse et une faculté à se démarquer. Il lui manque juste quelques centimètres pour s’élever au rang de star. Sans lui, la production aérienne de Green Bay se limiterait à sa plus simple expression. Blessé durant 4 matchs, il a tout de même approché des 1000 yards, échouant à 3 petites unités. À seulement 27 ans, il rentre dans l’âge d’or des receveurs et l’ajout d’une seconde menace côté opposé ne nuirait en aucun cas à sa production. Bien au contraire.

Les indésirables

1. Jimmy Graham (TE)
2. Lane Taylor (LG)
3. Josh Jackson (CB)

Brian Gutekunst aurait pu couper Jimmy Graham au bout d’une saison et récupérer un peu de latitude dans son salary cap, mais il a déclaré que le tight end serait une pièce importante pour le dispositif de Matt LaFleur. Probablement vrai si le joueur de 33 ans avait encore les qualités physiques de ses jeunes années et n’était pas gêné par des petites blessures à répétition qui l’empêchent le plus souvent d’être à 100%. Avec seulement 57,9 % des snaps joués en 2019, les heures de Graham dans le Wisconsin sont comptées. Ses statistiques sont en chute libre et représentent ses plus faibles totaux en carrière (38 réceptions, 447 yards, 3 touchdowns). Des chiffres clairement pas en adéquation avec son statut de sixième salaire de l’effectif.

Lane Taylor se retrouvera également sous d’autres couleurs en septembre prochain. Embêté par les blessures, la saison 2018 a été difficile pour le garde gauche et il a eu du mal à s’en remettre. Green Bay a anticipé le problème en sélectionnant Elgton Jenkins lors de la dernière draft. À juste titre. Taylor n’a disputé que deux matchs avant de finir la saison sur la liste des blessés, permettant au rookie de s’installer dans le fauteuil de titulaire. Il lui reste maintenant un an de contrat à 5,925 millions de dollars, trop pour un remplaçant. D’autant plus avec la présence de Billy Turner et Lucas Patrick, en plus de Jenkins, dans l’effectif. Quelques équipes ont besoin d’expérience sur la ligne offensive, Green Bay a tout à y gagner en l’échangeant, ou en le coupant s’ils ne trouvent pas preneur.

Josh Jackson a du mal à s’acclimater au monde professionnel. À Iowa, il jouait principalement en couverture et la transition au système homme à homme prôné par Mike Pettine est compliquée. Il a été le joueur le plus pénalisé de l’équipe au cours de sa première saison. Une blessure au début du camp d’entrainement l’été dernier a freiné sa progression. Il a chuté dans la rotation, pour ne plus jouer après la semaine 10. Il termine l’exercice 2019 avec le cinquième plus grand nombre de snaps disputés, tout en concédant 5 réceptions sur 6 passes lancées dans sa direction, 65 yards et un touchdown. Green Bay tentera un échange à n’en pas douter.

L’homme de l’été

Jace Sternberger, tight end

L’impact de Sternberger en 2019 a été minime, mais une blessure lui a volé la première partie de saison et les rookies fournissent rarement un impact immédiat. Mais sa fin d’exercice a laissé apparaitre de bonnes choses. Sa polyvalence a surtout frappé les esprits. Arrivé comme menace aérienne, il a fourni un effort considérable en situation de blocs, capable d’évoluer en position de tight end ou de fullback. Son mélange de qualités physiques, de solidité, de polyvalence et son potentiel à la réception lui donnent une réelle chance de devenir un joueur important pour l’attaque des Packers en 2020. Une intersaison studieuse devrait lui permettre de peaufiner les derniers réglages et d’intégrer pleinement les schémas de jeu.

Les 5 principaux agents libres

1. Bryan Bulaga (RT)
2. Tramon Williams (CB)
3. Blake Martinez (LB)
4. Marcedes Lewis (TE)
5. Kyler Fackrell (OLB)

Les autres : Jared Veldheer (RT), Geronimo Allison (WR), Jason Springs (LT), Ibraheim Campbell (S), Ryan Grant (WR), BJ Goodson (ILB), Tyler Ervin (RB), Danny Vitale (FB), Malcolm Johnson (TE), Jake Kumerow (WR), Chandon Sullivan (CB), Robert Tonyan (TE), Will Redmond (S), Tyler Lancaster (DT), Allen Lazard (WR).

Les décisions les plus difficiles entourent l’avenir de Blake Martinez et Bryan Bulaga. Ce dernier est excellent quand il est en bonne santé, mais a du mal à enchainer les saisons pleines. Son historique de blessures, son âge (31 ans), et la politique actuelle de Green Bay ne plaident pas en sa faveur. Gutekunst a progressivement rajeuni son effectif et privilégié les éléments en bonne santé. Seul espoir, le soutient d’Aaron Rodgers, qui milite pour son retour dans le Wisconsin. De nombreux joueurs de sa position performent la trentaine passée, mais cela représente un gros pari. D’autant plus que les Packers ont récupéré Jared Veldheer comme roue de secours en cours de saison. Le vétéran peut être une solution bon marché pendant qu’ils développent un futur choix de draft sur cette position, où Billy Turner peut également évoluer. Toujours sur la ligne, Jason Springs n’a jamais confirmé les attentes placées en lui et devrait également partir.

Martinez a consolidé la position de linebacker intérieur dès son premier jour. La question est de savoir s’il a bien joué dans ce rôle ? Il a toujours été le meilleur de son équipe mais dans une position où les Packers figuraient parmi les moins bons éléments de la ligue. Machine à plaquage (512, dont 331 en solo), il a du mal à couvrir les passes (17 passes défendues en carrière) et n’a jamais approché du statut d’élite. Green Bay a traditionnellement évité de dépenser beaucoup d’argent pour le poste, il parait peu probable que les dirigeants changent leur fusil d’épaule. Idem pour BJ Goodson. Son temps de jeu a diminué à partir de la mi-saison, pour ne plus dépasser les 27,8% de snaps joués. Aucune statistique produite, en d’autres termes, il est remplaçable. Kyler Fackrell est la victime collatérale de l’arrivée des deux Smith et la paire sera de retour en 2020. Des pâturages plus verts et plus de temps de jeu l’attendent ailleurs. À moins qu’il n’accepte un rôle de doublure à moindre frais.

Sur le dernier rideau, Tramon Williams a encadré une unité prometteuse mais son âge avancé (37 ans) et sa perte de vitesse pure laissent à penser que l’histoire va s’arrêter là. Au contraire de Chandon Sullivan. Rescapé de dernière minute pour faire partie des 53, il est devenu un véritable contributeur dans le secondaire en remontant en 4ème position dans la rotation. Il devrait avoir sa carte à jouer l’an prochain. Tout comme Ibraheim Campbell pour les équipes spéciales et Tyler Lancaster sur la ligne défensive.

Les chiffres ne disent pas tout. Cela s’applique parfaitement au cas Marcedes Lewis. Ciblé à seulement 19 reprises pour 15 réceptions, il a cependant joué un rôle essentiel dans le jeu au sol. Un des joueurs les plus respectés du vestiaire, son expérience est importante dans un secteur de jeu en manque de leader. Un ciment nécessaire à une équipe que Green Bay serait bête de laisser partir, d’autant plus qu’il prend à cœur son rôle de grand frère et a couvé Jace Sternberger pour sa saison rookie. Au rayon des receveurs, Allen Lazard sera reconduit. Il a terminé deuxième receveur de l’équipe et affiche une belle marge de progression. Tout comme Robert Tonyan. Avec le départ programmé de Jimmy Graham, il complètera la rotation des tight ends. Geronimo Allison, Ryan Grant, Jake Kumerow sont de trop.

Le Top 5 des besoins

1. Receveurs
2. Defensive tackle
3. Inside Linebacker
4. Guard ou tackle droit
5. Cornerback

Depuis sa prise de fonction, Brian Gutekunst cible un type de joueur très spécifique. 26-27 ans, athlétique, des antécédents de blessures relativement propres et un potentiel à franchir un palier. Cette approche à minimiser les risques a plutôt bien fonctionné jusqu’à présent. Le pouvoir d’achat n’est pas le même cette année, mais il peut viser un ou deux vétérans qui correspondent au profil.

C’est une évidence, il faudra renforcer le centre de la défense pour faciliter la vie du reste de l’escouade et rendre plus compliquées les prises à deux sur Kenny Clark. Surtout, résoudre les problèmes contre la course. Sur le premier rideau, Clark a besoin d’aide. Dean Lowry est solide et souvent sous-estimé. Derrière, beaucoup d’interrogations. On ne peut pas compter sur un décalage de Za’Darius Smith ou Rashan Gary vers l’intérieur de la ligne. Montravius Adams n’a pas le rendement attendu malgré une amélioration, et Tyler Lancaster est trop tendre pour être titulaire. Kingsley Keke a montré de bonnes choses mais doit parfaire son apprentissage. Au niveau des linebackers, le besoin est constant depuis de nombreuses années et particulièrement criant cette année. Un à deux joueurs nécessaires, où vitesse et couverture aérienne doivent être priorisés. La position de cornerback devra elle aussi subir une légère retouche. Un peu d’expérience ne sera pas de trop pour encadrer une arrière-garde jeune.

Autre chantier, la ligne offensive et plus précisément le côté ouvert d’Aaron Rodgers. Green Bay se doit d’anticiper les éventuels départs de Lane Taylor ou Bryan Bulaga. Si possible un élément expérimenté, capable de performer immédiatement. Enfin, il va bien falloir se décider à fournir des cibles de qualité à Aaron Rodgers. Éloignées et rapprochées. Rodgers n’est peut-être plus le joueur qu’il était il y a 3 ou 4 ans, mais il a toujours un bras puissant et peut élever son niveau s’il possède plus d’armes sous la main. Le groupe actuel n’a pas progressé. Derrière Davante Adams, beaucoup de monde mais personne de solide pour créer une menace viable. Le prometteur Allen Lazard a une carte à jouer, mais en 3ème ou 4ème option. Marquez Valdes-Scantling et Equanimeous St.Brown ont montré de bonnes choses, ils doivent maintenant franchir un palier. Cette unité possède un fort potentiel mais reste trop jeune. Green Bay et Aaron Rodgers n’ont plus le temps d’attendre. Il leur faut quelqu’un d’expérience qu’ils se doivent de récupérer lors de la free agency. La classe de receveurs universitaires qui arrive est talentueuse, de quoi également compléter l’effectif.

La cible

Robby Anderson (WR, Jets)

Brian Gutekunst a indiqué avoir approché un playmaker offensif avant la date limite pour un échange, et selon certaines rumeurs il s’agissait de Robby Anderson. Le prix demandé par les Jets aurait refroidi les ardeurs du manager général mais pas son intérêt. Désormais free agent, le receveur pourrait être à la recherche d’un nouveau challenge. Avec ses 779 yards en 52 réceptions et 5 touchdowns, il aurait terminé deuxième de l’équipe, soit le rôle qui l’attend. Talentueux et redoutable en menace profonde, il possède une excellente pointe de vitesse pour souffler les défenses adverses. Un bon complément à Davante Adams qui peut profiter de l’attention portée au numéro 1 pour tirer son épingle du jeu face à un adversaire direct de moindre mesure.

Autre possibilité, Breshad Perriman ou dans un autre registre Austin Hooper, voire Eric Ebron. Perriman possède le physique qu’il manque au groupe de receveurs. Hooper a l’avantage d’avoir évolué sous les ordres de LaFleur à Atlanta mais risque d’être trop cher pour les finances de Green Bay. Auquel cas, ils peuvent se rabattre sur Ebron qui a montré qu’avec un bon quarterback il pouvait être une menace crédible et un joueur sur lequel une attaque peut s’appuyer dans les situations délicates.

Le sang neuf

Kenneth Murray (LB, Oklahoma)

Solide dans la couverture de passe et excellent contre la course, Kenneth Murray possède une excellente vision du jeu en plus de son gabarit puissant. Il a cette capacité à lire les jeux et arrêter les attaques adverses avant qu’elles ne se développent. Physique et technique, il arrive à se débarrasser des bloqueurs et aller prêter main forte à sa ligne pour stopper le porteur de balle adverse. Il peut aussi évoluer en position de pass rusher intérieur ou extérieur, ajoutant une couche d’imprévisibilité à la défense de Mike Pettine. Le genre d’élément qui peut faire franchir un palier à cette escouade.

Toutefois, si Green Bay décide de miser sur un élément offensif, Jalen Reagor (WR, TCU) peut être le complément à Adams. Rapide dans l’exécution, il possède des mains sûres et maitrise parfaitement les tracés. Aligné dans le slot ou à l’extérieur, il peut aider les Packers dans ce qui a fait défaut l’an dernier : élargir le terrain et gagner des duels aériens.

 

Advertisement
tdabanniereunibet

Fil Info

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Sur Fanatics FR
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu

Touchdown Actu

GRATUIT
VOIR