Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Draft NCAA

Mock Draft 2021 : à la recherche de la nouvelle star

Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour s’intéresser à la draft NFL, voici la version 1.0 de la mock draft de TDActu.

Bien trop tôt. Oui. Une saison complète est encore à venir (en croisant les doigts), des joueurs vont se révéler et d’autres vont décevoir, pire certains peuvent même se blesser. Une mock draft étant bien plus sympa à lire qu’une simple liste, voici quelques-uns des joueurs à suivre pour la draft 2021. La position des équipes est uniquement basée sur les cotes actuelles (mai 2020) données par les paris effectués à Las Vegas : c’est donc à tonton Nicky Santoro qu’il faut adresser vos griefs, si vous estimez que votre équipe ne sélectionne pas au bon endroit.

Si vos favoris ne prennent pas le joueur que vous souhaitez, alors le bureau des doléances est tenu pour la rédaction, à tour de rôle, par Jean-Michel Bougeard et Victor Roullier.

1. Jacksonville Jaguars : Trevor Lawrence, QB, Clemson

JMB : Qui n’a jamais entendu parler de Trevor Lawrence ? Recrue lycéenne numéro 1, il remporte le titre universitaire dès sa première saison avec Clemson. Sa seconde saison fût moins grandiose d’un point de vue statistique pourtant, le quarterback a bien progressé : un cahier de jeu plus élargi et une plus grande prise de risques ont entrainé davantage d’erreurs. Sa panoplie s’est elle enrichie de tout type de lancer pouvant désormais balayer les 5390 mètres carrés d’un terrain de football.

Finaliste en 2019, il a également montré qu’il était capable de courir avec le ballon en main (563 yards et 9 touchdowns au sol). Trois ans déjà qu’il est considéré comme le numéro 1 de la draft 2021, la pression sera donc forte à l’aube de s’y présenter : posé et reposant sa confiance en lui par le biais de la foi (les Baptistes de l’église New Spring Church), il porte le numéro 16 en hommage à Peyton Manning qui portait ce numéro avec l’université de Tennessee. Et depuis deux ans, il fait honneur à un des plus grands de ce sport avec des performances d’une qualité rare.

2. Cincinnati Bengals : Penei Sewell, OT, Oregon

VR: Comme Chase Young en 2019, il y a un joueur qui est l’incontestable numéro 1 hors quarterback, il s’agit du tackle d’Oregon Penei Pewell. Le natif des Samoa est tellement dominant qu’il a reçu des votes pour le Heisman trophy et a connu une sélection unanime dans la « first team All-American » ! Impressionnante reconnaissance pour un étudiant seulement dans sa seconde année, pour un joueur qui ne peut produire les stats d’un quarterback, defensive-end ou running-back. 4 Tackles offensifs ont été drafté dans le top 15 de la draft 2020 et il y a une forte probabilité que si Penei Sewell avait pu s’y présenter, il aurait été le premier d’entre-eux.

Doté d’un physique impressionnant de 1m98 pour 147 kilogrammes, sa mobilité est largement supérieure à ce qu’on pourrait attendre d’un joueur de ce gabarit. Joe Burrow a un nouveau garde du corps, et c’est le meilleur d’entre tous.

3. Washington Redskins : Ja’Marr Chase, WR, LSU

Champion. Si Joe Burrow a bien entendu été l’artisan numéro 1 du titre de LSU, Ja’Marr Chase était son arme la plus létale. Grand, rapide et avec des mains solides, il signe 1780 yards et 20 touchdowns en 2019. Son gabarit et sa panoplie de compétences seraient le parfait complément de Terry McLaurin pour le lanceur Dwayne Haskins.

4. New York Giants : Micah Parsons, LB, Penn State

Premier défenseur de notre draft, Micah Parsons est un surdoué. Titulaire dès son année freshman à Penn State, il est devenu l’âme de cette défense en 2019. Auteur de 109 plaquages dont 14 pour pertes, 5 sacks et 5 passes défendus, il sait être précieux dans toutes les séquences de jeu.

Joueur typique d’un système 4-3, il peut tout à fait se fondre dans un système 3-4 à l’intérieur, il semble avoir la capacité d’évoluer à toutes les positions sur le second rideau, même si son poste de prédilection se situera sûrement sur le côté fort. Doté d’une très bonne vision de jeu, il est capable de rapidement identifier le schéma de block et de s’adapter. Ce QI football va forcément plaire aux recruteurs de NFL.

5. Miami Dolphins : Justyn Ross, WR, Clemson

Si le football universitaire fonctionnait comme son homologue en basket, alors après une saison seulement, Justyn Ross aurait été le premier receveur choisi lors de la draft 2019. Dans une attaque où le ballon a été partagé avec des joueurs du talent de Tee Higgins, Travis Etienne ou Joseph Ngata, il confirme qu’il a tous les atouts d’un futur receveur numéro 1 en NFL, suscitant même des comparaisons avec AJ Green.

6. Carolina Panthers : Justin Fields, QB, Ohio State

Si Trevor Lawrence est (pour le moment) l’incontestable quarterback numéro 1, l’identité de son dauphin est également une évidence. Justin Fields a commencé sa carrière à Georgia, mais c’est à Ohio State qu’il a explosé en 2019, avec notamment 41 touchdowns pour seulement 3 interceptions.

Il est très mobile, comme le prouve ses 484 yards et 10 touchdowns au sol, et représente une double menace comme la NFL les aime aujourd’hui. Excellent passeur, il dispose d’un physique assez conséquent, et pourrait avoir le même impact en NFL qu’un joueur très comparable, le Texan Deshaun Watson.

7. New York Jets : Patrick Surtain II, CB, Alabama

Cornerback grand et puissant (1m88 pour 92 kilos), Patrick Surtain a joué en 2019 la position « Star » avec Alabama, confiée seulement à ceux ayant des aptitudes physiques et une intelligence hors-norme : une position hybride balayant tout le dernier rideau suivant les jeux, position occupée avant lui par Minkah Fitzpatrick. Les Jets sont bien armés au niveau des safeties avec Jamal Adams, Marcus Maye et Ashtyn Davis (ce dernier peut jouer nickel cornerback). La position de cornerback est par contre parmi les plus faibles de la ligue : Patrick Surtain a le gabarit et les compétences pour faire oublier l’échec Trumaine Johnson et devenir un CB1 en NFL.

8. Las Vegas Raiders : Marvin Wilson, DT, Florida State

Si les Raiders veulent renforcer l’intérieur de la ligne défensive, le choix de Marvin Wilson fait sens. Peut-être le meilleur joueur disponible, il est un defensive tackle polyvalent, aussi efficace contre la course que la passe. Ce beau bébé de 1m96 pour 141 kilos est propre, et sa progression statistique démontre une réelle progression d’année en année. Nul doute que Jon Gruden saura comment utiliser ce potentiel excitant.

9. Atlanta Falcons : Gregory Rousseau, DE, Miami

Gregory Rousseau doit à ses origines Haïtiennes d’avoir ce nom aux sonorités familières à nos oreilles Francophones. Grand et agile (1m98 pour 114 kilos), il signe en 2019 l’impressionnant total de 15,5 sacks. Avec un tel gabarit et des prédispositions naturelles qui devraient faire sensation lors du prochain Combine, si Gregory Rousseau produit une saison suivant les mêmes standards que la précédente alors, pouvoir le recruter avec le 9e choix serait vu comme une aubaine inespérée. Plus encore pour des Falcons n’ayant pas levé l’option pour une 5e année sur le contrat rookie de Takk McKinley.

10. Detroit Lions : Alex Leatherwood, OT, Alabama

Malgré la signature d’Halapoulivaati Vaitai, qui peut jouer guard ou tackle, les Lions pourraient être à la recherche d’un tackle car Taylor Decker va être en fin de contrat après la saison 2020. Le choix se porte ici sur Alex Leatherwood, le prospect d’Alabama, peut-être le tackle le plus athlétique de cette draft après Sewell. S’il arrive à progresser dans l’utilisation de son corps et surtout de ses mains, il va pouvoir utiliser toute son explosivité et devenir un titulaire en puissance en NFL.

11. Arizona Cardinals : Shaun Wade, CB, Ohio State

En 2019, Shaun Wade s’occupe de l’intérieur tandis que Jeff Okudah et Damon Arnette évoluent sur l’extérieur du dernier rideau. Après le départ de ces derniers pour la NFL, nul doute qu’il sera en 2020 positionné sur le meilleur receveur adverse : ses 14 passes défendues et 4 interceptions en deux saisons ainsi que sa taille (1m85) et sa vivacité, devraient lui permettre de rejoindre le millier d’arrières défensifs formés à Ohio State et brillant ensuite en NFL.

12. Miami Dolphins : Creed Humphrey, C/G, Oklahoma

Après un surprenant retour à l’université en 2020, Creed Humphrey est cette fois au rendez-vous. Centre le plus complet de la ligue, il est le profil le plus attrayant à l’intérieur de la ligne. Favori pour le Rimington Trophy, il est également envisageable de le voir évoluer au poste de guard dans la NFL. Les Dolphins veulent protéger Tua ? S’il retrouve son niveau de 2018 dans le jeu aérien, Creed pourrait devenir l’Apollon (dieu de la médecine) de la ligne offensive dont le lanceur Hawaïen a besoin.

13. New England Patriots : Dylan Moses, LB, Alabama

En 2018, Dylan Moses offre des comparaisons avec Dont’a Hightower : deux linebackers de Alabama, deux joueurs capables de jouer à l’intérieur ou plus à l’extérieur. Mais une blessure au genou lui fait manquer toute la saison 2019. Alors que Hightower sera en fin de contrat après cette saison et que Kyle Van Noy est parti à Miami, l’ajout de Dylan Moses fait sens. Si Bill Belichik semble faire confiance à Jarrett Stidham, autant faire de même pour l’instant.

14. Denver Broncos : Walker Little, OT, Stanford

Garett Bolles n’est pas la solution à gauche à Denver, place au renouvellement. Après deux saisons prometteuses, Little a vu sa saison 2019 se terminer prématurément sur blessure. S’il retrouve son niveau en 2020, il sera assurément un des tackles les plus attendus de la draft. Aussi efficace en défense de passe que de course, il sera un atout pour Drew Lock dans son développement en NFL.

15. Green Bay Packers : Devonta Smith, WR, Alabama

Un an de retard. Pour les fans des Packers, la sélection d’un receveur de qualité au 1e tour de la draft pourrait survenir un an trop tard à leurs goûts. En 2021, Brian Gutekunst écoutera t’il la vox populi de la baie verte ? Devonta Smith formait en 2019 un quatuor d’un niveau encore jamais vu au niveau universitaire : Henry Ruggs-Jerry Jeudy-Devonta Smith-Jaylen Waddle. Il signe 1256 yards avec une moyenne de 18,5 yards par réception ! Rapide il est et menace profonde il serait pour éviter à Aaron Rodgers de basculer vers le coté obscur de la force.

16. Indianapolis Colts : Paulson Adebo, CB, Stanford

Les Colts ont besoin de continuer à renforcer la défense et choisissent le profil le plus attrayant à cette seizième place, le cornerback de Stanford Paulson Adebo. Malgré un match cauchemar contre Central Florida en 2019, Adebo s’est imposé en deux ans comme un joueur extrêmement régulier : 27 passes défendues dont 8 interceptions en deux saisons. Doté d’un gros physique, il devra prouver cependant qu’il peut tenir le choc contre des receveurs petits et rapides.

17. Chicago Bears : Trey Lance, QB, North Dakota State

Le 27 avril 2017, les Bears sélectionnaient Mitchell Trubisky avec le deuxième choix général. 3 ans plus tard, la franchise décide de ne pas activer l’option pour l’avoir sous contrat une cinquième année. Plus encore que le niveau affiché par le natif de Cleveland, la présence lors de cette même draft de Patrick Mahomes et Deshaun Watson hante les nuits du manager Ryan Pace.

Trey Lance vient certes d’un niveau inférieur mais Carson Wentz, formé lui aussi à North Dakota State, a prouvé que ce grand saut pouvait être réussi. Trey Lance a beaucoup d’attributs à faire valoir : taille, puissance du bras et mobilité. Précision aussi : en 2019 il lance 28 touchdowns et aucune interception ! Une donnée impressionnante relativisée par le fait qu’il a lancé en moyenne seulement 17 fois par match.

18. Jacksonville Jaguars : Samuel Cosmi, OT, Texas

Cam Robinson est-il la solution long terme à Jacksonville ? Dans le cas contraire le choix de Sam Cosmi fait sens. Joueur encore brut, il est un de ceux qui peut voir sa valeur sensiblement évoluer en 2020 en fonction de ses performances. Il est très athlétique, mais doit encore travailler sa technique et son placement pour devenir vraiment complet et s’assurer d’un choix dans le premier tour.

19. Los Angeles Chargers : Jaylen Mayfield, OT, Michigan

Athlétique et puissant, Jaylen Mayfield s’est fait remarqué en 2019 lors du match le plus important de la saison : Le Match. La confrontation annuelle entre Michigan et Ohio State porte un nom en disant long sur cette rivalité : The Game. En 2019, les tackles offensifs de Michigan avaient fort à faire et si Mayfield s’est fait remarqué c’est parce qu’il a maitrisé comme aucun autre adversaire, le si terrifiant Chase Young.

crédit photo : USA Today

20. Cleveland Browns : Xavier Thomas, DE, Clemson

Avec le possible départ d’Oliver Vernon, les Browns vont avoir besoin de renforcer le pass-rush et les solutions ne sont pas nombreuses dans cette classe. Un pari pourrait être celui de Xavier Thomas, joueur au potentiel énorme qui sort d’une année 2019 très moyenne. 2020 sera décisif, et le joueur semble décidé à prouver qu’il est capable de retrouver un très haut niveau.

21. Tennessee Titans : Rashod Bateman, WR, Minnesota

Batman ! Oui elle était facile. Trop ? Mais à 1m88 pour 95 kilos, Rashod Bateman a les mensurations d’un futur super-héros en NFL. Ses 1200 yards et 11 touchdowns en 2019 font qu’il sera désormais observé à chaque match par nombre de scouts. Alors que les Titans reconnaissent que sélectionner Corey Davis avec le 5e choix général était une erreur, sans la cinquième année d’activée, ce dernier pourrait quitter Nashville à la fin de la saison. Un duo AJ Brown-Rashod Bateman serait complémentaire et prometteur.

22. Philadelphia Eagles : Jevon Holland, S, Oregon

S’il n’est pas dans l’ADN des Eagles de drafter un Safety au premier tour, le profil de Jevon Holland pourrait valoir le risque. Auteur de 9 interceptions sur les deux dernières saisons, il détient la troisième meilleure marque de FBS. Plus aérien et moins agressif que K’Von Wallace, il peut former avec ce dernier un duo redoutable pour l’avenir.

23. Tampa Bay Buccaneers : Carlos Basham, Edge, Wake Forest

Shaquil Barrett peut-il reproduire une saison à 19,5 sacks ? Si c’est le cas, les Buccaneers auront sans doute du mal à le retenir. Si cette saison 2019 se révélait être une anomalie pour un joueur n’ayant jamais produit plus de 5,5 sacks auparavant, Tampa Bay pourrait vouloir le remplacer ou l’accompagner. Dans les deux cas, un pass rusher pourrait être sur la liste des besoins de la nouvelle équipe de Tom Brady.

24. Dallas Cowboys : Eric Stokes, CB, Georgia

Dans la catégorie des joueurs auquel les statistiques ne rendent pas hommage, Eric Stokes a un impact qui dépasse les chiffres. Récompensé par une sélection en seconde équipe SEC, il a le physique et la vitesse pour devenir une référence au poste. Joueur électrisant à l’expérience limitée, il devra transformer l’essai en 2020 pour valider une sélection au premier tour.

25. Pittsburgh Steelers : Wyatt Davis, G, Ohio State

Wyatt Davis est un guard très athlétique. Élément majeur d’une ligne offensive remplie de joueurs au talent supérieur, il est aussi un travailleur avec un esprit de compétition sur-développé.

« Je déteste perdre contre la défense à l’entrainement. » dit-il à The Lantern

Alors, s’il a affronté des adversaires solides depuis deux ans dans la conférence Big Ten, c’est avec son ex-coéquipier Chase Young qu’il lançait ses défis quotidiens.

26. Buffalo Bills : Asante Samuel Jr., CB, Florida State

Vous avez aimé Asante Samuel ? Vous allez adorer Asante Samuel Jr. ! Le fils de l’ancien All Pro est un prospect intriguant et sa saison 2019 a marqué les esprits. Avec 14 passes défendues la saison dernière, il est devenu un cornerback redouté, et sa performance au Sun Bowl a consolidé son statut de prospect XXL. S’il n’est pas un monstre physique, il devra prouver qu’il peut se battre avec des receveurs physiques sans perdre le combat.

27. Seattle Seahawks : Liam Eichenberg, OT, Notre Dame

Une mock draft se doit de respecter l’adage : ce que je pense que les franchises vont faire et non, ce que je ferai à leur place. Il y a donc une entorse évidente ici tant John Schneider semble penser que Russell Wilson n’a pas besoin de renfort sur la ligne offensive pour être performant.

Gage de qualité, Liam Eichenberg est formé à l’université de Notre Dame (Ronnie Stanley, Quenton Nelson, Zack Martin, Mike McGlinchey). En 2019 il ne concède aucun sack et en plus, il possède un coté nasty, notamment avec son habitude de défier ses adversaires directs : il est reconnu comme un féroce trash-talker par ses adversaires (chambreur).

28. Minnesota Vikings : Jaylen Waddle, WR, Alabama

Les Vikings ont Adam Thielen et Justin Jefferson, mais il pourrait manquer un joueur électrisant dans cette attaque. Jaylen Waddle est le chainon manquant, un joueur dont le profil rappelle étrangement Henry Ruggs III. Rapide et instinctif, il sera un contributeur dans le jeu de passe et pour les retours de coups de pied.

29. New Orleans Saints : Caleb Farley, CB, Virginia Tech

Caleb Farley sortira en 2021 de l’usine à arrières défensifs de Virginia Tech : Kyle et Kendall Fuller, Terrell Edmunds, Bryce Hall ou Kam Chancellor et DeAngelo Hall avant eux. Sa taille, ses compétences en lecture du quarterback adverse (4 interceptions en 2019) lui permettraient de former un duo de choc avec Marshon Lattimore.

30. Kansas City Chiefs : Trey Smith, G, Tennessee

S’il continue sur sa lancée de 2019, Trey Smith pourrait devenir l’incontestable numéro 1 au poste de guard en 2021. Après avoir loupé 2018 suite à des caillots de sang dans ses poumons, il est revenu plus fort que jamais pour Tennessee. Aussi fort physiquement que mentalement, il a le potentiel d’un futur Pro-Bowler. Il devrait commencer en tant que guard en NFL, position qu’il a occupé en 2019 au niveau universitaire mais son expérience du poste de tackle offre en plus, la possibilité d’évoluer à ce poste chez les pros dans le futur.

31. San Francisco 49ers : Israel Mukuamu, CB, South Carolina

Bâti comme un safety (1m93 pour 92 kilos), Israel Mukuamu joue pourtant à l’extérieur en tant que cornerback. S’il avait déjà montré des qualités contre Alabama, c’est le 12 octobre 2019 qu’il fait sensation : 3 interceptions contre Georgia dont une retournée pour un touchdown. Les cornerbacks de son gabarit sont très rares en NFL, le Combine 2021 sera pour lui déterminant : vitesse et fluidité de mouvements seront scrutées. Quant à sa saison 2020, il devra déjà prouver qu’il est le meilleur cornerback de son équipe avec Jaycee Horn de l’autre coté. S’il réussit ces deux missions alors les 49ers seront tentés avec un Richard Sherman forcément plus proche de la fin que de son apogée et personne de dominant à son opposée.

32. Baltimore Ravens : Rondale Moore, WR, Purdue

Alerte playmaker ! Après avoir explosé en 2018 avec 1 471 yards et 14 touchdowns, Moore a connu une saison marquée par les blessures en 2019. Mais le prospect de Purdue va revenir en 2020, et il est plus que probable qu’il finisse au premier tour de la draft. Si Lamar Jackson récupère un tel potentiel, l’attaque des Ravens pourra devenir encore plus spectaculaire et diversifiée, tout un programme ! 

Ratent de peu le 1e tour : Jamie Newman (QB, Georgia), Kyle Pitts (TE, Florida), Andre Cisco (S, Syracuse), Chuba Hubbard (RB, Oklahoma State), Caden Sterns (S, Texas), Travis Etienne (RB, Clemson), Tammorion Terry (WR, Florida State), Seth Williams (WR, Auburn), Jay Tufele (DT, USC).

Advertisement
tdabanniereunibet

Fil Info

Parier en ligne avec
27 Sep à 19:00ATL1.48pariez2.4CHI
27 Sep à 19:00BUF1.72pariez1.95LAR
27 Sep à 19:00CLE1.25pariez3.4
27 Sep à 19:00MIN2.15pariez1.6TEN

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Maillots NFL
Sur Fanatics FR
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu

Touchdown Actu

GRATUIT
VOIR