Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

bannieredecathlonfootus

Las Vegas Raiders Preview 2020

[Preview 2020] Las Vegas Raiders : Derek Carr est équipé pour être respecté

Pour leur première saison dans le Nevada, les Raiders veulent rafler la mise.

Comme tous les ans, Touchdown Actu vous propose ses traditionnelles fiches d’avant-saison. Vous pouvez toutes les retrouver en cliquant sur ce lien

Pour sa troisième saison à la tête de l’équipe, Jon Gruden espère continuer sur sa lancée : 4-12 en 2018, puis 7-9 en 2019. Dur quand on évolue dans la division du champion en titre Kansas City. Pourtant, avec un développement des jeunes joueurs ainsi que l’addition de vétérans confirmés, les Raiders sont une équipe à suivre dans la conférence AFC.

De quoi remporter le jackpot ? Faites vos jeux, rien ne va plus.

La saison dernière : 7 victoires pour 9 défaites.

Mouvements à l’intersaison

Point faible de l’équipe en 2019, l’escouade de linebackers a été la priorité lors de l’intersaison. Cory Littleton (16 matchs, 134 plaquages, 2 int, 3,5 sacks en 2019) était le meilleur à ce poste sur le marché, alors que les observateurs ont été surpris de voir les Bears laisser Nick Kwiatkoski (16 matchs, 76 plaquages, 3 sacks, 1 int) partir. Quand la saison 2019 a démarré, l’effectif des Raiders avait la 9e moyenne d’âge la plus jeune en NFL.

En 2019, les Raiders ont perdu trois fois de moins de 4 points (4, 3 et 1). C’est pour gagner ses matchs-là que les joueurs d’expérience sont précieux. Jason Witten, Prince Amukamara et Jeff Heath viennent apporter tout leur vécu sur le terrain et montrer l’exemple dans le vestiaire. Si Marcus Mariota a montré ses limites en tant que titulaire, peu de plans B au poste de quarterback sont meilleurs que lui parmi les 32 franchises NFL.

Le manager Mike Mayock a utilisé la draft pour renforcer des positions parfois sous-estimées : Tanner Muse (ST), Amik Robertson (Nickel Back) et John Simpson (OG). Respecté pour ses évaluations de joueurs universitaires, il compte bien évidemment beaucoup sur ses deux choix du premier tour, à deux positions d’impact : Henry Ruggs III (WR) et Damon Arnette (CB).

Arrivées notables : Cory Littleton (LB), Nick Kwiatkoski (LB), Marcus Mariota (QB), Damarious Randall (S), Maliek Collins (DT), Prince Amukamara (CB), Carl Nassib (DE), Nelson Agholor (WR), Jason Witten (TE), Jeff Heath (S), Eric Kush (C)
Re-signatures : Richie Incognito (G), Keelan Doss (WR)
Draft : Henry Ruggs (WR), Damon Arnette (CB), Bryan Edwards (WR), Lynn Bowden (RB), Tanner Muse (LB), Amik Robertson (CB), John Simpson (G)
Pertes notables : Tahir Whitehead (LB), DeAndre Washington (RB)
Ils ont renoncé à la saison en raison du Covid-19 : Ukeme Eligwe (LB), DJ Killings (S), Jeremy Valoaga (DE)

Le(s) point(s) fort(s)

Auteur d’une saison rookie décevante pour un choix du premier tour, Kolton Miller a depuis progressé en réduisant notamment ses sanctions pour pénalité (8 en 2018 contre 3 en 2019). Richie Incognito, souvent décrié pour son comportement hors terrain, a lui réalisé une saison 2019 de tout premier plan. Il a joué 100% des jeux offensifs lors de ses 12 matchs disputés, avec un seul sack concédé. Sur 742 snaps, il n’a perdu que cinq duels ! Il s’agit tout simplement de la meilleure performance pour un lineman offensif ayant joué au moins 500 jeux en 2019.

Alors que Trent Brown a justifié son salaire important, le rookie John Simpson vient renforcer le poste de guard… ou le prendre ? Car Gabe Jackson n’est plus aussi dominant et ses presque 10 millions par an n’engendreraient aucune pénalité si le contrat venait à être rompu. En 2019, la ligne offensive des Raiders a autorisé seulement 52 quarterback hits, soit la meilleure performance NFL. Avec Rodney Hudson comme le meilleur à son poste en protection de passe (4 sacks concédés les 4 dernières saisons).

Derrière ces hommes forts, le quarterback Derek Carr complète 70% de ses passes (2e NFL derrière Drew Brees). Son ratio de 21 réussites contre seulement 8 interceptions le met également à son avantage. Certes, la moitié de ses passes voyagent entre 1 et 9 yards. Seules 41 de ses passes ont parcouru plus de 20 yards (62 pour Patrick Mahomes, 67 pour Deshaun Watson, 71 pour Russell Wilson). S’il demande du respect, un quarterback ne peut en recevoir QUE si son équipe enchaîne les bilans positifs. Injuste car tributaire de son entourage ? Oui. Mais c’est la vie d’un quarterback dans cette ligue. Et avec des receveurs pouvant enfin attaquer la profondeur (Ruggs et Agholor), Derek Carr va pouvoir faire parler la puissance de son bras.

18, 85 et 75. C’était le total de yards gagnés en réception par Darren Waller en 2015, 2016 et 2018 (il n’a pas joué en 2017). En 2019, il a explosé les compteurs avec 1145 yards. D’un point de vue statistique, seul Travis Kelce apporte davantage de yards parmi les tight-ends de la ligue. En 2020, il n’y aura plus d’effet de surprise chez les adversaires. Mais en ajoutant de la vitesse avec Henry Ruggs et Nelson Agholor, les Raiders espèrent que les espaces ainsi libérés profiteront au receveur rapproché. La seule certitude est qu’une nouvelle fois, les coureurs pourront compter sur son efficacité en tant que bloqueur.

Trois points forts en attaque donc. Quatre même en considérant la superbe saison rookie du coureur Josh Jacobs (1150 yards, 7 TDs).

En défense, Cory Littleton vient apporter ses facultés en plaquages : 125 en 2018, 132 en 2019. Dans une ligue tournée vers le jeu de passe, il vient aussi apporter sa science de la couverture dans une division où les tight-ends de qualités sont légion : Travis Kelce, Noah Fant et Hunter Henry. Sa présence seule influence le cahier de jeu adverse et son duo avec le plaqueur Nick Kwiatkoski promet. Sur le premier rideau, Maxx Crosby a surpris tout le monde car arrivant de la modeste Eastern Michigan : 48 plaquages dont 10 sacks ! De l’autre coté, Clelin Ferrell reçoit davantage de consignes contre le jeu de course et il s’y montre performant, avec seulement 5 plaquages ratés, là où TJ Watt en rate 9 et Maxx Crosby 13.

Le(s) point(s) faible(s)

Le cornerback rookie Trayvon Mullen a fait une bonne première saison avec seulement 29 réceptions autorisés sur 57 ballons lancés en sa direction et il n’a concédé que deux touchdowns tout en défendant dix passes (déviées ou contrées). Oui mais en 2019, les Raiders étaient la 25e défense aérienne en yards encaissés. Solide au poste intérieur avec Lamarcus Joyner, les Raiders préparent également l’avenir de la position nickel avec la draft de Amik Robertson.

Pour former le trio titulaire avec Joyner et Mullen, les Raiders ont essentiellement deux options : l’expérience de Prince Amukamara ou le talent brut du rookie Damon Arnette. Ancien premier tour de la draft 2011, à 31 ans, Prince Amukamara sort d’une saison solide avec les Bears de Chicago (8 passes défendues et 53 plaquages). En 2011, le manager Mike Mayock était la référence en matière de draft pour NFL Network et la veille de la draft, il annonçait Amukamara en 10e position de sa Mock Draft. Il sera finalement choisi 19e par les Giants de New York. Depuis, le joueur n’a pas confirmé des attentes le plaçant comme un possible top 10 de la draft, mais ses 80 passes défendues en 113 matchs font qu’il est toujours dans la ligue pour une dizième saison. Digne donc de son rang de choix du premier tour, comme l’avait perçu Mike Mayock.

Dans l’ombre de Denzel Ward (Browns) en 2017 puis de Jeffrey Okudah (Lions) en 2019, Damon Arnette a été titulaire 38 matchs avec Ohio State, une des meilleures université pour le football. 53 matchs joués en tout. Si les meilleures conférences NCAA sont loin du niveau de la NFL, le débutant a néanmoins pu bénéficier d’une formation de qualité. La réduction des entrainements par la pandémie du Covid-19 le pénalise, tout comme le joueur en seconde année Isaiah Johnson. Les deux jeunes joueurs devront montrer du talent pour disputer des minutes à Nevin Lawson pour relayer Prince Amukamara et Trayvon Mullen. Un de ces joueurs doit s’imposer et Trayvon Mullen doit encore hausser son niveau de jeu car pour l’instant, l’unité des cornerbacks est le point faible de l’équipe.

Un point faible que Jon Gruden espère minimiser par la production des safeties. Johnathan Abram semble avoir un potentiel énorme sur le terrain comme dans le vestiaire. Damarious Randall, Erik Harris et Jeff Heath formant avec lui un quatuor de qualité « milieu de tableau ».

Évidemment, pour que tout ce petit monde soit plus à l’aise, il serait de bon ton que le pass rush hausse son niveau de jeu. Avec seulement 32 sacks la saison dernière, les Raiders étaient dans le dernier tiers de la ligue.

Facteur X

En 2019, l’escouade de receveurs des Raiders était honnête. Au mieux. Tyrell Williams était le numéro un mais il a produit comme un numéro 2 (42 rec, 651 yards et 6 touchdowns). Dans le slot, et en considérant qu’il s’agissait d’une première saison chez les pros, Hunter Renfrow a livré des promesses avec 605 yards et 4 touchdowns. Le vrai numéro 1 était un tight end avec Darren Waller et ses 90 réceptions. Insuffisant pour marquer les esprits en arrivant dans une nouvelle ville.

Nelson Agholor a donc été recruté pour sa capacité à attaquer la profondeur. Après un statut non confirmé de choix du premier tour, la saison 2020 est cruciale quant à son futur dans la ligue. Le costaud Braylon Edwards a été drafté depuis South Carolina. Solide pour les réceptions contestées, son plancher est solide après quatre saisons universitaires (234 réceptions et 22 TDs). Lynn Bowden possède un profil opposé à celui de Braylon Edwards : un joueur offrant une grande marge de progression mais donnant peu de certitudes quant à son meilleur poste puisqu’avec Kentucky, il a joué receveur, coureur et quarterback. Il est un pari pour parfois surprendre l’adversaire avec un jeu original. Si cette escouade de receveurs venait à être en progression en 2020, alors cela signifierait que le choix du premier tour, Henry Ruggs, est validé.

Le joueur à suivre : Henry Ruggs III

Le receveur Henry Ruggs III vient apporter de la vitesse. Une preuve que le succès des Chiefs influence forcément leurs adversaires, plus encore les rivaux de division.

« La question principale pour Jon (Gruden) et moi était de savoir comment avoir une attaque plus dynamique », expliquait Mike Mayock en conférence de presse pendant l’intersaison.

Le receveur formé à Alabama est une formule 1 (4,27 secondes sur 40 yards). À 1m80, ses mains sont plus larges que celles du receveur Mike Evans (1m96, Bucs). Bien qu’évoluer avec l’université d’Alabama procure une opposition inférieure à la NFL, Henry Ruggs III a reçu une formation des plus complètes et il peut ainsi parcourir tout l’arbre de tracés. Il est un joueur très rapide, capable d’étirer le jeu par ses appels mais aussi et surtout de gagner des yards après réception grâce à une accélération fulgurante. Et la vitesse est loin d’être son unique atout. Ses mains sures le sont tout autant. À la fac, il a capté 98 passes et relâché seulement 2 ballons. Aucun en 2019.

Certains receveurs ont besoin d’une saison voire de deux pour digérer la différence entre le football universitaire et la NFL, d’autres le font plus rapidement (Odell Beckham en 2014 ou Juju Smith-Schuster en 2017). Si Henry Ruggs III avait une saison aussi remarquable que celle du coureur Josh Jacobs en 2019, l’attaque aérienne serait une vraie menace pour les défenses adverses. Le total de victoires augmenterait et Derek Carr obtiendrait du respect.

Calendrier

@Panthers, Saints, @Patriots, Bills, @Chiefs, bye week, Buccaneers, @Browns, @Chargers, Broncos, Chiefs, @Falcons, @Jets, Colts, Chargers, Dolphins, @Broncos

La preview audio du podcast

En résumé

Avec un début de calendrier très difficile en 2020, les Raiders doivent être prêt sous peine de laisser filer de la confiance chez les jeunes joueurs. Entraineur et dirigeants se déclarent ambitieux, tout en sachant que l’équipe n’est pas encore prête pour se considérer comme un prétendant solide aux playoffs.

L’attaque a beaucoup d’atouts. La défense encore des progrès à faire.

Semblant donner des possibilités de bilan allant de 6-10 à 9-7, les Raiders veulent faire honneur à leur nouveau stade : Just Win Baby ? Ou Just Wait encore un peu ?

Le pronostic : 8-8, pas de playoffs

Advertisement
tdabanniereunibet

Fil Info

Parier en ligne avec
2 Déc à 22:40PIT1.16pariez4.5BAL
6 Déc à 20:00ATL2.2pariez1.6NO
6 Déc à 20:00CHI1.57pariez2.25DET
6 Déc à 20:00HOU2.4pariez1.5IND

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu

Touchdown Actu

GRATUIT
VOIR