Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

bannieredecathlonfootus

Leçons de la semaine

Les 12 leçons de la Semaine 6 : viva Tennessee ! Viva Derrick Henry !

On s’est longtemps moqué d’eux, mais les hommes du Tennessee sont devenus une des équipes les plus excitantes de la ligue.

Ils sont quand même fun ces Titans

Qui aurait cru que Tennessee deviendrait une des équipes les plus enthousiasmantes de la ligue ?!

Derrick Henry est le bulldozer le plus spectaculaire du monde. Les coureurs sont tous surcôtés, mais il tente d’être l’exception qui confirme la règle. Ryan Tannehill semble désormais avoir une confiance en lui monumentale et les receveurs sont capables d’attraper le ballon sur la tête des défenseurs.

Le sang froid de Tannehill en fin de match pour envoyer directement A.J. Brown au touchdown plutôt que d’arrêter le chrono était au moins aussi impressionnant que la course de 94 yards d’Henry quelques minutes plus tôt. Qui l’était autant que ce snap direct pour le coureur afin de gagner le match.

Il n’y a plus que trois équipes invaincues en NFL, et les Titans ont parfaitement leur place dans ce trio.

On ne va peut-être pas enterrer les 49ers trop vite

Voilà ce qui se passe quand on a un excellent coach. On ne touche jamais vraiment le fond. Il fallait redonner confiance à Jimmy Garoppolo ? Kyle Shanahan a mis son quarterback à l’aise en multipliant les petites passes et en laissant Deebo Samuel, Brandon Aiyuk et George Kittle faire le boulot après la réception. Au moment de faire face au blitz sur une 4e&2 importante, Jimmy G était là pour trouver son tight end 11 yards plus loin. Ce n’est pas encore du Russell Wilson, mais c’est déjà ça.

Malgré les blessures, la défense a réussi à tenir des Rams pourtant solides depuis le début de l’année.

Avec un bilan équilibré à 3 victoires et 3 défaites, les 49ers sont encore loin des playoffs, et les absences de Nick Bosa et quelques autres vont toujours faire mal. Même si ce sera difficile il ne faut pas les enterrer.

Les Buccaneers sont une équipe défensive

Tom Brady est peut-être la star de l’équipe, mais Bruce Arians ne mentait pas qu’il disait que son équipe avait d’abord été bâtie sur la défense. Dimanche, Devin White (10 plaquages, 1 sack) et Lavonte David (8 plaquages, 1,5 sack) ont mené une escouade impressionnante, qui a mis Aaron Rodgers (16/35, 160 yards, 2 interceptions) au supplice.

L’arrive de Steve McLendon dans un échange après le match vient palier l’absence de Vita Vea, et voilà Tampa armé d’une des meilleures escouades défensives de la NFC.

Dans ces conditions, Brady (17/27, 166 yards, 2 TDs) peut jouer sereinement.

Les Ravens sont moins impressionnants qu’en 2019

Forcément, quand on a roulé sur la NFL comme Baltimore l’a fait la saison dernière, il est difficile de reproduire exactement la même chose.

Les Ravens 2020 sont une bonne équipe. Très bonne même. Mais il ne dégagent pas la même impression terrifiante que l’an dernier sur le plan offensif. Lamar Jackson, en premier lieu, est plus hésitant dans les airs, malgré un beau bilan de 10 touchdowns pour seulement 2 interceptions.

Au sol, Baltimore gagne une quarantaine de yards de moins par match que l’an dernier (164,3 contre 206).

Évidemment, on pinaille. C’est un ressenti. Un sentiment diffus mis en lumière par la difficile victoire contre Philadelphie. Un match émaillé par 12 pénalités qui ont ajouté à l’aspect brouillon.

Mais les Ravens ont gagné cinq de leurs six premiers matchs, et c’est en playoffs qu’ils sont attendus.

Les conversions à deux points, c’est bien

Ce n’est pas toujours mieux, mais ce n’est jamais plus bête. Personne ne voulait voir une prolongation entre Washington et les Giants. Peut-être pas même les supporters de ces deux équipes.

Alors merci pour la tentative à deux points. Par ailleurs, vaut-il mieux confier la gagne à son attaque sur une seule action ou à l’arbitre sur le tirage au sort de la prolongation ?

Parce que les Texans, eux, n’ont même pas vu le ballon en prolongation. Un peu injuste pour un Romeo Crennel qui avait joué la gagne avec une conversion à deux points en fin de match.

Les défenses historiques sont là

Quelle attaque a envie d’affronter les Steelers (220 yards autorisés aux Browns, 4 sacks, 2 interceptions) et les Bears (303 yards autorisés aux Panthers, 3 ballons volés, 4 sacks) en ce moment ? Personne.

Et si les Patriots étaient humains ?

C’est une statistique folle comme il en existe des dizaines au sujet de New England. Pour le première fois depuis 2002, les Patriots ont un bilan négatif au mois d’octobre.

Pas aidés par la COVID et les entraînements annulés des dernières semaines, les hommes de Bill Belichick n’étaient pas si loin de la victoire à Denver, mais l’attaque a rendu une copie bien trop vilaine pour s’en sortir. Et comme les équipes humaines, les Patriots ont des problèmes de choix de Draft qui ne marchent pas. Comme un symbole, N’Keal Harry, receveur sélectionné au premier tour, s’est trompé de tracé sur la dernière action offensive de son équipe.

Ah, si Atlanta avait su construire…

Une défense et un jeu au sol, cela aurait fait joli autour de Julio Jones et Matt Ryan.

Le bras de Matthew Stafford est toujours là

Aaron Rodgers et Ndamukong Suh ne passeront pas leurs vacances ensemble

« Ca remonte à loin et je suis sûr que les caméras ont capté quelques trucs. »

Voilà comment Aaron Rodgers a résumé à la presse la nouvelle journée qu’il a passé avec Ndamukong Suh. Les deux hommes ont souvent croisé le fer quand le défenseur était à Detroit. Depuis, il se fait moins remarquer, mais il aime toujours les petits coups à retardement. Un requin, t’en fait pas un dauphin (et inversement).

De quoi provoquer quelques échanges assurément très affectueux.

Avec les Jets, c’est toujours une histoire de fesses

Après le butt-fumble, la butt-interception. De là à dire que cette équipe pue du…

Tom Brady est très, très, très vieux

Après l’écrasante victoire des Buccaneers, Tom Brady a discuté un peu avec Jon Runyan. Non, pas le Jon Runyan qu’il a croisé pendant une année à la fac de Michigan. Son fils.

Advertisement
tdabanniereunibet

Fil Info

Parier en ligne avec
6 Déc à 20:00ATL2.2pariez1.6NO
6 Déc à 20:00CHI1.57pariez2.25DET
6 Déc à 20:00HOU2.4pariez1.5IND
6 Déc à 20:00MIA1.15pariez4.75CIN

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu