Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Draft Fiches Draft 2021 NCAA

[Fiches Draft] Kyle Trask (QB), de l’ombre à la lumière

Longtemps doublure, le texan montre de belles choses depuis sa prise de fonction.

À un peu moins d’un mois de la draft (29 avril), la rédaction de touchdownactu vous propose ses annuelles « fiche draft ». 80 joueurs, 40 en attaque et 40 en défense, parmi les meilleurs joueurs universitaires, qui feront le bonheur en 2021 de votre équipe NFL préférée.

Kyle Trask – Quarterback – 23 ans – Florida

Taille : 1m95

Poids : 108 kilos

Position estimée dans la draft : 2e – 3e tour

Stats 2020 : 12 matchs, 4283 yards, 301/437 (68,9% de passes complétées), 43 touchdowns, 8 interceptions.

Comparaison NFL : Kirk Cousins

Points forts

– Précision
– Lecture
– Caractère
– Jeu dans la poche

Doté d’un gabarit idéal pour un quarterback NFL, Kyle Trask possède surtout un caractère et une ténacité hors-norme. Le chemin parcouru par l’ancien pensionnaire de Florida pour en arriver là est la preuve d’une très grosse force mentale. Remplaçant de D’Eriq King dans les rangs lycéens, il n’a jamais débuté une rencontre à ce niveau. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’a pas réussi lorsque l’occasion s’est présentée. Au cours de sa saison junior et senior, il a lancé 16 touchdowns pour zéro interception, cumulant 1 545 yards dans les airs. Il a donné un aperçu de son trait le plus précieux – la précision, avec un pourcentage de complétion supérieur à 70% au cours de ses deux dernières années à Manvel High. Débarqué à Florida, il a dû encore patienter, freiné par des blessures ou barré par Feleipe Francks pour le poste de numéro 1.  Ce moment est arrivé par la force des choses en 2019, suite à la blessure du titulaire. Mais force est de constater que l’attaque des Gators s’est améliorée de semaine en semaine sous sa direction. Un sentiment renforcé l’an dernier où il a réalisé une saison de premier ordre dans la redoutable SEC, finissant au pied du podium dans la course au titre de meilleur joueur universitaire. Travailleur, le jeune homme a su rallier son équipe derrière lui pour en devenir un des leaders.

Trask possède une excellente intelligence footballistique et s’en sert pour prendre de bonnes décisions sur le terrain, comme le prouve son faible nombre d’interceptions tout au long de sa carrière. En constante progression, les recruteurs devraient apprécier cet élément combiné à sa précision, certainement son plus grand atout. Patient, il reste calme en toutes circonstances et ne se limite pas à sa première lecture. Il balaie constamment le terrain, ne se trompe que rarement dans ses lectures et distribue bien le ballon en utilisant toutes ses cibles. Il identifie constamment la cible ouverte, anticipe les tracés de ses receveurs et lance au bon moment dans la zone adéquate, facilitant ainsi leur travail. Grâce au bon positionnement de ses ballons, il est capable de lancer dans des fenêtres étroites ou de battre une bonne couverture.

Efficace sur des passes écran, chirurgical dans la zone médiane du terrain, il est meilleur lorsqu’il reste dans sa poche. Il contrôle à merveille son attaque, et avec du temps, il est capable de disséquer n’importe quelle défense. Trask possède également l’avantage d’avoir déjà joué derrière un centre, en shotgun ou pistol. Un grand nombre de quarterbacks universitaires n’ont jamais pris un snap sous le centre et beaucoup ont du mal à s’adapter à ce changement en professionnel. Les équipes n’auront pas ce problème avec lui. En revanche, sa production dépendra du casting qui l’accompagne et d’une solide ligne offensive pour le protéger.

Points faibles

– Athlétisme
– Jeu en dehors de la poche
– Mécanique de lancer

L’un de ses principaux problèmes reste son jeu en dehors de la poche. Lorsqu’il se déplace avec le terrain ouvert face à lui, il semble désorienté. Ses pieds s’agitent, et il se place face au défenseur en s’apprêtant à encaisser le choc, plutôt que d’essayer de faire le lancer. Il perd également toute capacité à analyser le terrain, ce qui peut conduire à des lancers inadéquats qui mènent à des pertes de balle.

La mécanique de lancer est également à revoir. Il a développé une mauvaise habitude de ne pas toujours accompagner ses ballons. Au moment de libérer le cuir, son coude reste verrouillé, créant plus de vélocité que la libération moyenne sur des tracés courts ou intermédiaires (moins de 20 yards). Mais pour des lancers de puissance en bord de terrain ou profondeur, il a plus de difficultés, avec des problèmes majeurs de cohérence. Sa balle profonde, par exemple, peut être très précise à certains moments, ou causer des maux de tête à son équipe (par exemple, le match contre Oklahoma). Il n’a pas un canon à la place du bras, ce qui peut refroidir certains prétendants dans une ligue basée sur le mimétisme. La majorité de son succès à l’université provient de passes courtes et intermédiaires qui donnent aux receveurs la possibilité de gagner des yards après réceptions. Il possède la faculté de faire tous les lancers mais doit améliorer sa gestuelle et sa fluidité de mouvement pour devenir un quarterback professionnel solide.

Enfin, il n’a pas la mobilité et la capacité athlétique, qui sont presque une condition préalable au succès dans la NFL moderne. Il est suffisamment agile pour bouger dans sa poche et échapper à la pression, mais c’est à peu près tout. Bien qu’il ait amélioré son jeu de jambes, c’est encore « une statue », qui ne va pas sortir de sa protection pour prolonger le jeu au sol. Il ne fournira pas non plus une double menace cohérente dans la zone rouge. En mouvement, les défenseurs le poursuivent facilement et il aura du mal à éviter la pression.

Destinations possibles

Pittsburgh Steelers, Indianapolis Colts, New England Patriots, New Orleans Saints, Washington Football Team

Bien qu’il y ait beaucoup d’équipes avec un besoin de quarterbacks, les options de Kyle Trask restent limitées. À l’heure actuelle, il est derrière au moins 5 autres joueurs et la meilleure destination sera une attaque qui ne l’oblige pas à lancer en profondeur. Son manque d’athlétisme le limite à quelques systèmes offensifs, mais il serait parfait dans une attaque west coast, basée sur un tempo élevé et des lancers rapides.

Remplaçant dans un premier temps, il lui faudra un ou deux ans pour se développer correctement, avant de pourquoi pas, glaner un poste de titulaire. Même si sa production dépendra en grande partie des joueurs qui l’entourent. Dans cette optique, son nom pourrait très bien sortir du chapeau au 2e tour. Si New England ne trouve pas son bonheur dès le premier soir, les Patriots peuvent très bien s’intéresser au profil du texan qui possède les qualités pour s’intégrer dans le dispositif offensif de Josh McDaniels dans le futur. Toujours dans cette vision de projet à développer, il ne serait pas étonnant de le voir débarquer à Pittsburgh derrière Ben Roethlisberger, ou Indianapolis, en doublure de Carson Wentz. Autre piste, la Nouvelle Orleans, qui pourrait voir en Trask le successeur de Drew Brees pour les années à venir.

Advertisement
tdabanniereunibet

Fil Info

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu

Touchdown Actu

GRATUIT
VOIR