Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Tableau noir

Tableau noir : Stevie Johnson

Atypique. Le receveur des Bills Stevie Johnson ne ressemble à aucun autre joueur évoluant à son poste. Parfois les traits ou la façon de se déplacer d’un joueur nous fait penser à un autre, un ancien ou un contemporain. Mais Stevie Johnson est unique. Attention, il est encore loin du niveau de Megatron, mais sur ces dernières saisons, il a donné plus de fil à retordre à Darelle Revis que n’importe quel autre receveur. Et ce week-end, face à Richard Sherman, un cador en devenir, Johnson a été la seule étincelle des Bills.

Avant d’affronter Buffalo, Sherman n’avait concédé que 32 réceptions pour 480 yards et un seul touchdown. Là, il a laissé passer six réceptions pour 89 yards, et a même été largué plus d’une fois par les tracés du numéro 13 des Bills.

Dans les faits, Stevie Johnson est le receveur NFL qui dispose du plus de liberté dans ses tracés. Les Bills ne craignent pas de l’isoler sur un côté du terrain et de le laisser libre de ses mouvements. En gros, rien n’est figé : Johnson se débrouille un peu comme il peut/veut pour ouvrir une cible à Ryan Fitzpatrick, sans crainte de surcharger une zone du terrain, ou d’attirer la passe sur un défenseur que le QB n’aurait pas vu.

Du foot de plage, qui explique en partie pourquoi Fitzpatrick a balancé six interceptions en ciblant Johnson. C’est indéniable, Johnson effectue ses tracés comme personne d’autre dans la ligue, et son style de jeu, déjà difficile à lire, est compliqué à étouffer pour les corners adverses. Analyse.

Crédit texte et images : Pro Football Focus.

Seahawks @ Bills – 1er quart-temps, 1:24 à jouer – Des aptitudes inhabituelles.

L’exemple parfait pour démontrer que la façon de bouger de Stevie Johnson ne ressemble à aucune autre. Les Bills l’ont isolé sur la gauche du terrain, avec une formation bunch de l’autre côté. Johnson est ainsi en homme à homme face à Sherman : un face à face qui convient probablement aux deux parties. Dès lors, Buffalo va laisser Johnson travailler sur la ligne pour prendre l’avantage sur son corner et se rendre disponible dans une zone ouverte. Richard Sherman s’aligne en couverture press-man, et décide de la jouer agressif pour perturber l’attaque de tracé du receveur.

pic1Au snap, il place solidement ses mains sur l’épaule gauche de Johnson, ce qui mettrait en péril le tracé de la plupart des receveurs NFL. Mais la façon très inhabituelle dont Johnson bouge lui permet de rouler son corps vers la droite tout en repoussant Sherman d’une main.
Comme s’il était balloté involontairement par les coups, Johnson esquive en réalité la pression que Sherman veut exercer sur lui, et s’ouvre un angle idéal car à cet instant précis, il vient de déposer son garde du corps sur place. Johnson file sur un slant à l’intérieur, capte la passe, échappe au placage du safety, avant d’être repris au terme d’un gain de 15 yards.

On comprend mieux sur ce jeu pourquoi les Bills laissent à Johnson tout le loisir de faire à son idée. Ils ont confiance en ses capacités de déplacement, qui doivent à un moment ou à un autre du match lui permettre d’être grand ouvert pour une réception. Stevie Johnson termine son tracé là où Sherman lui donne une opportunité de le finir, et non pas là où son playbook lui commande de le finir.

Seahawks @ Bills – 2ème quart-temps, 1:16 à jouer – Le tracé feinté.

Nous sommes sur une 3ème et 7 yards. Les Bills alignent trois receveurs à droite et Stevie Johnson est une nouvelle fois isolé à gauche. C.J. Spiller est déplacé en motion au large vers la gauche, ce qui place Johnson dans le slot. Seattle joue une couverture simple en homme à homme. Richard Sherman tente une nouvelle fois le press-man agressif sur la ligne. Mais là encore, il ne parvient pas à établir un contact assez clair sur le receveur. Johnson feinte une ouverture de tracé extérieure avant de rentrer intérieur et d’accélérer, obligeant Sherman à ouvrir ses hanches.

C’est pour ça que la couverture dans le slot est si compliquée. Les corners doivent savoir qu’ils peuvent être dépassés d’un côté ou de l’autre. C’est le ‘’two way go’’, qui les empêche de s’aligner dans l’idée de pousser le receveur vers un côté particulier.
pic2
Une fois qu’il a pris l’avantage, Johnson claque une accélération démoniaque, et force Sherman a tenir la cadence. Là, il plante la feinte de tracé la plus souple, la plus lisse et la plus rapide que l’on puisse voir. Une fois qu’il a la position préférentielle à l’intérieur, Johnson feinte vers le milieu du terrain, et montre à Sherman le tracé précis que le corner attend (un tracé censé lui permettre de séparer son corps de celui du Seahawk tout en croquant l’espace vide). Stevie Johnson fait tout le travail sur un pas, avec une agilité toute particulière, pour repartir extérieur. Sherman est définitivement hors course.

Le tracé ne fonctionne pas uniquement grâce à la vitesse d’accélération et la rapidité de feinte de Johnson, car Sherman est un client difficile. Le tracé fonctionne aussi et surtout parce que Johnson montre à Sherman ce qu’il a besoin de voir pour tomber dans le panneau. Sherman sait que Johnson a toute la liberté de partir croquer dans les espaces laissés vacants. Stevie Johnson utilise ça pour feinter vers une zone ouverte, et partir en profondeur obtenir un first down.

Seahawks @ Bills – 3ème quart-temps, 14:13 à jouer – Le catch à une main.

Une réception de 25 yards sur une 3ème et 20 yards. D’un niveau purement schématique, le jeu n’a rien d’incroyable. Mais lorsqu’un receveur réalise un catch pareil, il faut bien trouver le moyen d’en parler. Le tight end Scott Chandler a lui aussi réussi un catch hors norme dans le même match, mais c’est bien celui-là dont il faudra impérativement se souvenir.

Les Seahawks jouent une couverture assez soft puisque Buffalo doit passer 20 yards. Les Bills n’alignent que des receveurs, avec Stevie Johnson dans le slot. Il va faire un peu plus que simplement accélérer dans la longueur et tracé sur un ‘’post’’.

Le joueur censé couvrir Johnson est le safety Earl Thomas, aligné de son côté dans un système à trois safeties en mode observation-réaction. Thomas se troue dans la reconnaissance du tracé.

pic3

Quand Johnson brise son tracé et se retourne, le ballon est déjà dans les airs, derrière lui, et vraiment haut. Il n’a pas d’autre choix que de forcer un ajustement spectaculaire en mouvement pour tenter la réception. Il y parvient en éclatant sa détente verticale, avant de stopper net la course du ballon à une main, d’assurer la réception et de se laisser tomber en sécurité pour le first down.

Sans contestation possible, Stevie Johnson dispose d’une palette d’outils assez rare, qui lui permet d’évoluer à sa guise dans les espaces, sans être prisonnier d’un système de tracés bien particulier. Le problème, c’est qu’attendre une ouverture met le QB Ryan Fitzpatrick en danger permanent. La pression qu’il subit, et ses limites personnelles, perturbent sa lecture du jeu. Car avec un électron libre comme Johnson, Fitzpatrick doit fixer ses yeux sur une certaine partie du terrain, et cela donne un avantage certain aux defensive backs qui jouent une couverture en zone. Stevie Johnson est ainsi beaucoup plus efficace contre des couvertures homme à homme, que face à des défenses qui se contentent de lire le jeu du quarterback.

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Parier en ligne avec :
26-Nov à 20:00ATL1.16pariez3.55TB
26-Nov à 20:00CIN1.18pariez3.35CLE
26-Nov à 20:00IND2.2pariez1.45TEN
26-Nov à 20:00KC1.14pariez3.75BUF
Soirées NFL
au Hard Rock Café

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème A la une