Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Résumés

NFL Semaine 14 (19h) : les Patriots et Ravens miraculés ! Les Eagles rois de la neige

Folle ! Dingue ! Hallucinante ! Il n’y a pas assez d’adjectifs pour qualifier la série des matches de 19 heures de ce dimanche de la quatorzième semaine NFL.

À New England, ce qui semblait être un match terne et raté des Patriots s’est transformé en victoire miraculeuse. Du côté de Baltimore, les Ravens ont sauvé leurs rêves de doublé à 4 secondes du coup de sifflet final dans un match où six touchdown ont été marqués dans le dernier quart !

Les Eagles, eux, ont du dompter à la fois les Lions et la tempête de neige. Une défaite de Detroit qui profite aux Packers, vainqueurs des Falcons et toujours dans la course aux playoffs.

La victoire est belle pour New England. Mais la grave blessure au genou de Rob Gronkowski a de quoi calmer la fête.

La victoire est belle pour New England. Mais la grave blessure au genou de Rob Gronkowski a de quoi calmer la fête.

New England Patriots (10-3) – Cleveland Browns (4-9) : 27-26
Encore une fois, les Patriots ont complètement raté leur début de match. Mais cette fois, c’est quasiment un petit miracle qui a été nécessaire pour finalement l’emporter.

Menés de 12 points (14-26) à 2mn43 de la fin, Tom Brady (32/52, 418 yards, 2 TDs, 1 int) et ses coéquipiers semblaient perdus. Et pourtant. En 1mn31, le numéro 12 mène son équipe au touchdown sur un drive de 82 yards ! C’est Julian Edelman (6 rec, 64 yards, 1 TD) qui capte le ballon dans la end zone. Stephen Gotskowski tente alors un onside kick, et New England recouvre ! Les Pats’ bénéficient ensuite d’une pénalité pour pass interference qui place le ballon à 1 yard de la terre promise. Brady trouve alors Danny Amendola (4 rec, 36 yards, 1 TD) pour le touchdown qui remet son équipe devant (27-26) ! Les Browns récupèrent le ballon sur leurs 20 yards avec 31 secondes à jouer. Jason Campbell (29/44, 391 yards, 1 TD) remonte jusqu’au 40 yards adverses et Billy Cundiff tente un coup de pied de 58 yards pour la victoire… raté !

Complètement inefficaces en première mi-temps, les Patriots ont donc frôlé la correctionnelle. Au milieu du troisième quart, après un touchdown de 80 yards du toujours énorme Josh Gordon (7 rec, 151 yards, 1 TD), New England était mené 19-3. Mais tout est visiblement possible quand on a Bill Belichick et Tom Brady dans son équipe. Seul gros soucis, la blessure au genou de Rob Gronkowski, qui ne devrait pas rejouer cette saison.

Baltimore Ravens (7-6) – Minnesota Vikings (3-9-1) : 29-26
Après un premier acte soporifique, la rencontre s’est totalement débridée dans un dernier quart-temps de folie ! Après un ascenseur émotionnel terrible, les Ravens décrochent une victoire précieuse dans la course aux playoffs. Les Vikings, eux, ont une nouvelle fois laissé échapper une victoire qui leur tendait les bras.

Deux minutes et cinq secondes de la fin, les Vikings mènent 12 à 7. Le match s’emballe enfin. Sur une quatrième tentative dans la redzone, Dennis Pitta fête son retour par un touchdown et Torrey Smith ajoute la conversion à deux points (15-12). Mais sur une course de 41 yards Toby Gerhart (15 courses, 89 yards et un touchdown) enfonce la défense des Ravens et redonne l’avantage aux siens (15-19). Réplique instantanée avec Jacoby Jones qui transperce la couverture défensive des Vikings sur un retour de 77 yards et Baltimore reprend la tête (22-19). Mais ça n’est pas fini, loin de là. Dans les deux minutes les plus incroyables de la saison, Cordarrelle Patterson (5 réceptions, 141 yards et un touchdown) marque sur une screen pass au terme d’une cavalcade de 79 yards pour remettre Minnesota devant (22-26) à une minute de la fin !

Mais Joe Flacco (26/47, 218 yards, 2 touchdowns et 3 interceptions) n’a jamais peur ! Il part de ses 20 yards et remonte le terrain. À quatre secondes de la fin, il trouve Marlon Brown dans la end zone pour le touchdown de la gagne (29-22) !

Dans des conditions dantesques de neige, la première mi-temps est difficile pour les attaques. En dehors du touchdown d’Ed Dickson (7-0), rien à retenir jusqu’à la blessure à la cheville d’Adrian Peterson en début de deuxième quart-temps. Juste avant la pause, les Vikings ouvrent enfin leur compteur par la botte de Blair Walsh (7-3). Privés de Peterson, les Vikings ajoutent rapidement trois points au retour des vestiaires (7-6). Après la pause, Matt Cassel (17/38, 265 yards et 2 touchdowns) trouve Jerome Simpson qui fait parler ses qualités athlétiques sur une magnifique réception de touchdown. La conversion à deux points est ratée. Les Vikings passent alors devant (7-12). Mais au petit jeu de la fin de match folle, les Ravens ont sauvé in extremis leurs chances de playoffs.

Pittsburgh Steelers (5-8) – Miami Dolphins (7-6) : 34-28
Pendant une seconde, tout Pittsburgh a cru au miracle. Sur la dernière action du match, les Steelers tentent l’habituelle séquence de passes latérales désespérées. Sauf que cette fois, le sol glisse et les défenseurs tombent comme des mouches. Après quelques passes, Antonio Brown file au touchdown ! Sauf qu’il n’y a pas de touchdown. Le receveur a mis le pied dehors une trentaine de yards plus tôt et les Steelers sont renvoyés aux vestiaires avec une défaite.

Les Dolphins ont mis un peu de temps pour s’habituer à la neige, mais leur jeu au sol leur a permis de dominer ce match jusqu’à prendre 10 points d’avance dans le troisième quart (17-7). Ben Roethlisberger (23/39, 349 yards, 3 TDs) et Troy Polamalu (int pour TD) ont alors remis Pittsburgh devant (17-21). Mais après un échange de touchdowns (24-28), Ryan Tannehill (20/33, 200 yards, 3 TDs, 1 int) a bien mené son équipe en fin de match, notamment en trouvant Charles Clay (7 rec, 97 yards, 2 TDs) dans la end zone pour le touchdown qui a remis son équipe devant (31-28) à 2mn53 de la fin. Les espoirs de playoffs des Steelers viennent probablement de s’enterrer dans la neige du Heinz Field.

Cincinnati Bengals (9-4) – Indianapolis Colts (7-5) : 42-28
Les Colts viennent de confirmer une fois de plus qu’ils ne jouent que les seconde périodes de leurs matchs. Seulement si cette technique marche contre Tennessee, ça ne passe pas contre les Bengals. Les coéquipiers d’Andrew Luck n’ont pu marquer qu’après la mi-temps et en face Andy Dalton et les siens ont gardé un rythme continu mais efficace.

La première période est plutôt navrante d’un point de vu offensif. Un seul touchdown est marqué dans chacun des premiers quart-temps, et à chaque fois par les Bengals. Le premier est une passe de 29 yards de Dalton (24/35, 275 yards, 3TD, 5 courses, 11 yards, 1TD) pour Marvin Jones. En face les Colts ne font que punter et ni Andrew Luck (29/46, 326 yards, 4TD, 2 courses, 32 yards) ni ses coéquipiers ne semblent trouver la faille. Dans le deuxième quart BenJarvus Green-Ellis (17 portés, 48 yards, 2TD) marque sur une course d’un yard et Cincinnati mène 14-0 à la pause alors que les Colts ont raté un field goal.

La deuxième mi-temps est un festival offensif où 56 points sont marqués ! Le troisième quart voit Dalton se connecter avec Jermaine Gresham (5 rec, 41 yards, 1TD), pendant que Green-Ellis marque son deuxième touchdown. Luck se connecte avec Da’Rick Rogers (6 rec, 107 yards, 2TD) puis avec LaVon Brazill, et cela fait 28 à 14 pour les Bengals en fin de troisième quart. Les 15 dernières minutes voient Dalton trouver A.J Green (6 rec, 72 yards, 1TD) pour une passe de touchdown de 9 yards. Luck répond en trouvant Brazill avant que Dalton ne coure lui même pour marquer avant que Luck ne retrouve Rogers dans la end zone, 42 à 28 pour les Bengals, score final.

Même dans la neige, LeSean McCoy est un coureur redoutable.

Même dans la neige, LeSean McCoy est un coureur redoutable.

Philadelphia Eagles (8-5) – Detroit Lions (7-6) : 34-20
La neige est tombée par kilos sur Philadelphie et elle a planté le décor d’un match complètement fou. Après un premier quart quasiment impossible à jouer dans le blizzard, Joique Bell (23 courses, 69 yards, 1 TD) ouvre le score dans la deuxième période. Et comme la neige est bien trop gênante, les Lions convertissent à deux points ! Les glissades et les fumbles se succèdent et on pense alors assister à un match à faible scoring. Nick Foles (11/22, 179 yards, 1 TD, 1 int) lance même sa première interception de la saison !

Sauf que tout s’emballe après la mi-temps. Jeremy Ross aggrave le score sur un retour de punt de 58 yards (14-0). Mais DeSean Jackson (4 rec, 59 yards, 1 TD) répond immédiatement par une réception de 19 yards dans la end zone (14-6). Après un punt des Lions, la folie continue. Dès le début du dernier quart, la ligne offensive de Philadelphie impose sa loi et ouvre la route pour un touchdown de 40 yards de LeSean McCoy (14-14). Ross répond avec un retour de kickoff de 98 yards (14-20), mais McCoy (29 courses, 217 yards, 2 TDs) réplique avec une course de 57 yards pour un nouveau touchdown, et Foles trouve Riley Cooper pour la conversion à deux points (22-20).

Dans ces conditions extrêmes, le jeu au sol de Philadelphie fait la différence. Matt Stafford (10/25, 148 yards) n’avance plus et Philadelphie enfonce le clou. Sur une 4e et 1 yard juste devant la end zone, Nick Foles s’enfonce dans la end zone pour le touchdown du 29-0. Deux actions plus tard, Stafford lâche un fumble. Et Philadelphie termine son massacre au sol (299 yards au sol) avec un touchdown de 38 yards de Chris Polk.

Green Bay Packers (6-6-1) – Atlanta Falcons (3-10) : 21-22

Souvent critiquée, la défense des Packers a su tenir bon pour garder en vie les espoirs de playoffs de l’équipe. À 2 minutes de la fin, avec un point d’avance, Jared Bush a d’abord empêché Matt Ryan (20/35, 206 yards, 2 TDs, 1 int) de se connecter avec Tony Gonzalez (3 rec, 25 yards, 1 TD) sur une 4e et 5 yards. Après un punt rapide de l’attaque, Atlanta a récupéré le ballon avec 44 secondes et une dernière chance. Mais encore une fois, Bush surgit, cette fois pour l’interception qui boucle le match !

Les Falcons peuvent nourrir pas mal de regrets puisque Matt Bryant a manqué un field goal de 52 yards à un peu moins de 7 minutes de la fin. Atlanta menait même 21-10 à la pause après un excellent second quart marqué par trois touchdowns pour l’attaque ainsi qu’un fumble recouvert et une interception pour la défense. Mais après la pause, plus rien. Les Packers sont donc remontés grâce à deux field goal avant de prendre l’avantage sur un touchdown d’Andrew Quarless (6 rec, 66 yards, 1 TD) sur une passe de Matt Flynn (24/32, 258 yards, 1 TD, 1 int). Ensuite, la défense a fini le travail.

Washington Redskins (3-10) – Kansas City Chiefs (10-3) : 10-45
Les Chiefs ont enrayé leur série de défaite en humiliant de bien faibles Redskins qui n’ont jamais eu le temps de rentrer dans le match.

Sur les trois premiers drives, les Chiefs marquent un field goal et deux touchdowns par Jamaal Charles (19 courses, 151 yards, 1TD) et Dwayne Bowe (4rec, 69 yards, 1TD) (17-0). En défense, Kansas City intercepte Robert Griffin III (12/26, 164 yards, 1TD, 1INT). Lors du deuxième quart, les Chiefs ajoutent deux touchdowns sur une réception de Charles et un retour de punt de Dexter McCluster pour mener 31 à 0 après 20 minutes de jeu!

Les Redskins pensent sauver l’honneur lorsque Griffin se connecte avec Logan Paulsen (3rec, 44 yards, 1TD) dans la end zone (31-7). Mais sur le coup d’envoi qui suit, Quintin Demps parcourt 95 yards pour le touchdown (38-7).

Forcément avec un tel score, la second mi-temps est poussive. Ce sont même les Chiefs qui en rajoutent une couche avec un touchdown sur une course de 17 yards de Knile Davis (45-10). Les équipes finissent le match avec leurs remplaçants et plus rien ne se passe jusqu’au coup de sifflet final.

New York Jets (6-7) – Oakland Raiders (4-9) : 37-27
Les Jets réussissent à maintenir en vie leurs espoirs de playoffs. Après une interception en début de match, Geno Smith (16/25, 219 yards, 1 TD, 1 int) a enfin retrouvé le chemin de la end zone sur une passe de 25 yards pour Jeremy Kerley. De quoi mettre son équipe devant 10-0 après un quart-temps. Juste avant la pause, c’est un touchdown de New York sur un punt bloqué qui fait grimper le score à 20-3. Malgré deux touchdowns dans le troisième quart pour revenir à sept longueurs (27-20), les Raiders laissent filer le match sur un touchdown de Chris Ivory dans le dernier quart (37-20). Matt McGloin (18/31, 245 yards, 2 TDs, 1 int) a bien mené son équipe à un touchdown juste après (37-27), mais les Jets ont alors mangé quasiment deux minutes pour rendre le ballon avec 25 secondes à jouer. Le temps pour McGloin de se faire sacker et de manquer une passe…

Oakland a perdu mais pas sans faire dans l’originalité. Car si Matt McGloin a débuté la rencontre, Terrelle Pryor (2/5, 20 yards) a aussi joué au poste de quarterback le temps d’une seule série à cheval sur le premier et le second quart. Il a mené son équipe à un field goal avant de retourner sur le banc pour le reste du match.

Tampa Bay Buccaneers (4-9) – Buffalo Bills (4-9) : 27-6
Dans un des rares matchs où les conditions climatiques n’étaient pas délicates, les Buccaneers se sont facilement imposés en dominant les Bills de A à Z. Les locaux commencent très fort avec une course de 80 yards de Bobby Rainey (22 courses, 127 yards, 1TD) pour un touchdown (7-0). Les Bills répondent avec un field goal (7-3) mais les locaux reprennent le large sur le drive suivant avec Mike Glennon qui trouve Vincent Jackson (3rec, 70 yards, 1TD) sur une passe de 38 yards pour le touchdown (14-3).

Le deuxième quart débute par une série de maladresse des deux quarterbacks, EJ Manuel (18/33, 184 yards, 4INT) est intercepté. Sur le drive suivant, c’est Mike Glennon. Mais Manuel rend directement le ballon à son tour. Un deuxième turnover qui permet aux Buccaneers de marquer un field goal (17-3). Mike Glennon (9/25, 90 yards, 2TD, 2INT) est lui aussi intercepté avant de donner le large aux siens en trouvant Tim Wright dans la end zone (24-3).

La deuxième mi-temps est d’un ennui profond. Avec l’écart crée en première mi-temps, les Buccaneers ne tentent plus grand chose en attaque. Quand à l’attaque des Bills, elle continue sur son rythme avec trop de pertes de balle. EJ Manuel est encore intercepté et Woods perd la balle. Le match se termine sur le score de 27 à 6 en faveur des Buccaneers.

Résumés par : Alain Mattei, Raphael Masmejean, Axel Perrichet et Nelson Caignard

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc
Signatures Free agency

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu