Retrouvez TDA sur

Vous n'aimez pas la pub ?
Nous non plus.

Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee.

Merci !
L’équipe TDActu

Histoire

[histoire] Les Vikings de 1998 : la grande désillusion

L’histoire de la NFL est pleine de surprises. De ces équipes sorties de nulle part qui se mêlent à la lutte pour le titre suprême. Les Cardinals de 2008, finalistes malheureux face à Pittsburgh, ou les Giants de 2007, vainqueurs-surprises des Patriots, sont quelques exemples récents de ces formations totalement inattendues, mais qui ont su déjouer les pronostics pour se hisser sur le toit de la ligue. Seulement, si les contes de fées existent dans la NFL, les désillusions également. Et à ce petit jeu les Minnesota Vikings de 1998 ont probablement la palme.

Une génération dorée, bourrée de talent, un mix parfait entre une jeunesse insouciante et débordant d’envie et des joueurs d’expérience rompus aux joutes de la NFL. Un amalgame idéal, une saison presque idyllique, mais au bout un accroc. Un tout petit accroc aux conséquences désastreuses, qui laisse s’envoler un billet pour le Super Bowl qui semblait pourtant promis aux Vikings. Car en sport, être le meilleur ne suffit pas pour gagner. Et la NFL n’échappe pas à cette règle.

L’histoire d’un rouleau compresseur

Si les Minnesota Vikings version 1998 sont restés dans les annales, c’est avant tout grâce à leur attaque de feu. Véritable arme de destruction massive, l’escouade offensive composée par le head coach Dennis Green écrase la concurrence tout au long d’une saison conclue sur un bilan de 15 victoires pour une seule défaite. La franchise établit ce qui constituait alors un record en inscrivant pas moins de 556 points. Depuis, les Patriots de 2007 et leurs 589 unités sont passés par là.

1moss0215

Randy Moss (#84) et Cris Carter (#80) : duo de receveurs de choc

C’est cette attaque chirurgicale dirigée par Brian Billick qui voit l’explosion d’un petit rookie qui allait, au fil des années, se hisser parmi les meilleurs joueurs de l’histoire à son poste. Aux côtés de Cris Carter et Jake Reed, Randy Moss, fraîchement sorti de Marshall, débarque dans la ligue telle une tornade et éclabousse la saison 1998 de son talent. Cette année-là, le jeune receveur enregistre pas moins de 69 réceptions, 1313 yards et 17 touchdowns. Le vétéran Cris Carter attrape quant à lui 78 passes pour un total de 1011 yards et 12 touchdowns. Emmenée par Brad Johnson, puis Randall Cunningham après la blessure du premier en deuxième semaine, l’attaque des Vikings inscrit plus de 30 points lors de 11 de ses 15 succès.

Au sein de l’une des attaques aériennes les plus prolifiques de l’époque, et même de l’histoire, le jeu au sol n’est pas en reste. Désormais éclipsé par l’extraterrestre Adrian Peterson, Robert Smith se hisse aux côtés de Chuck Foreman parmi les tout meilleurs coureurs de l’histoire de la franchise. Dans une escouade offensive où le jeu aérien règne en maître, l’explosif Smith offre de la variété et de l’alternance grâce à ses 1187 yards et 6 touchdowns, tandis que le surpuissant Leroy Hoard ajoute 9 touchdowns tout en force et détermination.

Dans l’ombre d’une attaque aux allures de rouleau compresseur, la défense de l’excentrique et ô combien redoutable John Randle (10,5 sacks en 1998) ne concède que 296 points.

Seuls les Buccaneers parviennent à s’offrir le scalp des Vikings cette saison-là. Après une démonstration de force face aux Cardinals en Divisionnal Playoffs (41-21), un dernier obstacle se dresse sur la route qui doit mener tout droit au Super Bowl cette équipe que rien ne semble pouvoir arrêter. Mais il en fut tout autrement. Preuve qu’en sport rien n’est jamais joué d’avance.

L’histoire d’un coup de pied raté

17 janvier 1999, le Metrodome de Minneapolis est plein à craquer. Les hommes de Dennis Green accueillent les Falcons pour s’ouvrir les portes d’un Super Bowl qui leur semble prédestiné. Face à eux, une équipe d’Atlanta qui n’a rien d’un faire-valoir. Emmenés par un Jamal Anderson en forme olympique (1846 yards et 18 touchdowns au sol), les Géorgiens ont conclu la saison régulière sur un bilan de 14-2. Pourtant, à l’époque, personne ne donne cher de leur peau, face à des Vikings assoiffés de victoire.

30vike1221.1

En finale de la NFC, Gary Anderson rate le field goal le plus important de sa carrière

Dans un match où le rookie de l’année Randy Moss est verrouillé par le vétéran Ray Buchanan, les Falcons frappent d’entrée. A la mi-temps les visiteurs sont devant (20-14). Minneapolis refait son retard et à deux minutes de la fin Gary Anderson AKA Monsieur Parfait a l’occasion de donner un avantage de 10 points qui ouvrirait presque à coup sûr une voie royale vers Miami et un affrontement avec les Broncos de John Elway. Mais à 38 yards, celui qui n’avait pas raté le moindre coup de pied depuis près de deux ans, envoie le ballon trop à gauche. Les Vikings viennent de rater l’occasion de tuer le match. Le momentum a changé de camp. Les Falcons saisissent l’offrande et égalisent. Le titre de la NFC se jouera en prolongation.

Les deux équipes semblent exténuées. Dans un dernier effort, Atlanta parvient à remonter le ballon à distance suffisante pour un autre kicker d’élite, le Danois Morten Andersen. Le vétéran de 39 ans ne rate pas l’occasion et passe la tentative de 39 yards. Stupeur dans le Metrodome. L’improbable vient de se produire. Les Vikings, invaincus jusque-là dans leur antre, viennent de s’incliner. Leur rêve de Super Bowl vient de s’envoler. Le Sud-Africain Gary Anderson quitte le stade tête basse. Toute le talent des hommes du Nord n’aura pas suffit, les Falcons avaient plus de cœur ce soir-là.

La désillusion est immense. La leçon l’est aussi. Equipe de rêve, véritable armada offensive bourrée de talent, les Vikings de 1998 demeurent l’une des toutes meilleures formations a avoir foulé les terrains NFL. Mais contrairement aux Rams de 1999 et à l’image des Patriots de 2007 ils resteront dans l’histoire comme l’une de ces équipes à qui le triomphe tendait les bras mais qui n’ont pas su le saisir. Comme les coéquipiers de Tom Brady, leur talent n’aura pas suffi face à la détermination de leurs adversaires et face à ce que certains verront peut-être comme un signe du destin.

Anecdotes sur les Vikings de 1998 :

– Avant son échec en finale de conférence NFC, Gary Anderson avait réussit chacune de ses 35 tentatives.

– 10 joueurs des Vikings ont été invités au Pro Bowl à Hawaï en 1999 : Randall Cunningham (QB), Robert Smith (RB), Randy Moss (WR), Cris Carter (WR), Jeff Christy (OL), Randall McDaniel (OL), Todd Steussie (OL),  John Randle (DL), Ed McDaniel (LB) et Gary Anderson (K).

– Avec 17 touchdowns, le rookie de l’année Randy Moss a établit un record pour un joueur de première année. Un record toujours d’actualité.

La désillusion des Vikings, c’est ça :

http://youtu.be/bsaFRmbVQ_o

Mais les Vikings de 1998 c’est aussi ça :

Commentaires
Advertisement
tdabannierehrc

S’inscrire à la Newsletter !

Facebook

Épicerie US
American Life Market
Maillots NFL
Acheter sur le Nike Store
Forum
Discuter entre supporters !
Advertisement
Créations graphiques

Sur le même thème Actu